En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Recyclage : l'année 2014 a été difficile pour le secteur

En 2014, les recycleurs ont connu une année morose, avec une baisse de 2% du chiffre d'affaires du secteur. Celle-ci traduit la chute des cours du pétrole et de certaines matières premières. 2015 ne s'annonce pas sous les meilleurs auspices.

Déchets  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com

L'année 2014 n'est pas bonne pour la filière française du recyclage. Le chiffre d'affaires global s'établit à 9,03 milliards d'euros, en baisse de 2% sur un an, pour une collecte de 38 millions de tonnes (+3,5% à périmètre constant, c'est-à-dire hors BTP). En cause ? Une baisse des prix de certaines matières recyclées liée à la chute des cours du pétrole et de certains minerais. "La conjoncture générale est très difficile", confirme Jean-Philippe Carpentier, président de la Fédération des entreprises du recyclage (Federec) qui a présenté, ce mardi 15 septembre, les chiffres du marché pour 2014. Cette situation "témoigne d'une perte de valeur sensible pour la profession", s'inquiète la fédération.

Après la baisse des volumes associée à la crise économique de 2008, "la baisse des cours du pétrole, l'atonie de certains marchés, la concurrence étrangère ou les fluctuations monétaires accentuent l'érosion des prix de vente de certaines matières premières recyclées", telles que les plastiques, les ferrailles ou les textiles, résume la fédération. Elle s'inquiète d'une situation globale qui "témoigne d'une perte de valeur sensible pour la profession".

"On parle de plus en plus d'économie circulaire, mais l'économie linéaire reprend le pas (…) les entreprises se tournant vers des matières vierges", déplore le président de Federec, qui regrette aussi que les éco-organismes ne visent que "la maîtrise des éco-contributions" de leurs adhérents au détriment du soutien à l'industrie du recyclage.

Les branches ferreux, plastiques et papiers souffrent

Les métaux ferreux illustrent parfaitement l'année morose vécue par les recycleurs français. "L'année 2014 a été triste", explique Jean-Pierre Gaudin, président de la branche, ajoutant que "2015 ne sera pas meilleure et probablement pire". En 2014, quelque 12,9 millions de tonnes de ferrailles ont été collectées (+3% sur un an) pour un chiffre d'affaires de 3,12 milliards d'euros. Ce tonnage "est plutôt en baisse", les marges diminuent et les fluctuations des prix sont à la baisse, explique Federec.

Le constat n'est pas aussi négatif pour la branche plastique, même si le 4ème trimestre, caractérisé par une faible demande, "gâche l'année 2014", explique le président de la branche, Albert Azoubel. L'an dernier, son chiffre d'affaires s'est établi à 249 millions d'euros, pour 830.000 tonnes collectées (+10% sur un an). Bien sûr, la chute des prix du pétrole met sous pression les vendeurs de résine recyclée. Ainsi, le prix du PET clair baisse et le PEHD recyclé en France souffre de la "sévère" concurrence des pays de l'Est en matière de prix et de la substitution du PEHD par le PET pour certains emballages alimentaires (le lait, notamment).

En 2014, le tonnage de papiers et cartons collecté en France s'élève à 7,31 millions, en hausse de 0,6% grâce à "un effort de collecte important", pour un chiffre d'affaires de 760 millions d'euros "en grande stabilité depuis quatre ans". Mais cette progression n'est pas uniforme : si le volume des cartons collectés progresse de 2%, à 4,5 millions de tonnes, celui des papiers graphiques est impacté par la baisse chronique de 5% par an de la consommation française de papiers graphiques, explique Pascal Genneviève, président de la branche papiers cartons. Par ailleurs, compte tenu de l'excédent de collecte (les exportations françaises s'établissent à 1,9 million de tonnes en 2014), le secteur, en particulier pour les papiers graphiques, pâtit de "sérieuses incertitudes" pour les années qui viennent.

Non ferreux et déchets du BTP tirent leur épingle du jeux

Patrick Kornberg, président de la branche métaux non ferreux, est l'un des rares représentants de Federec à avoir le sourire. Son secteur a vu son chiffre d'affaires progresser de 6%, à 3,13 milliards, pour 1,9 million de tonnes recyclées (+4,5%). Contrairement aux autres branches, elle a bénéficié du maintien des cours des matières premières concurrentes, en particulier au second semestre 2014. Ainsi, la reprise du marché automobile a soutenu la demande en aluminium, illustre Patrick Kornberg. Dans ce contexte, 2014 est meilleure que 2013 et 2015 devrait être encore mieux, au regard des cours des matières premières au premier semestre de l'année.

Enfin, le président de la branche déchets du BTP, Erwan Le Meur, a lui aussi le sourire, mais pour des raisons différentes. Sa branche, créée en juin 2014, rapporte pour la première fois ses chiffres et fait état de 38 millions de tonnes de déchets valorisés, dont 10 millions pour les déchets non dangereux (700 millions de chiffre d'affaires) et 28 millions pour les déchets inertes (420 millions de chiffre d'affaires). Les déchets du BTP sont "en grande majorité utilisés en sous-couche routière", explique-t-il, précisant que cet emploi correspond à 20 millions de tonnes en 2014. Si l'optimisme est de mise pour le président de cette nouvelle branche c'est que tout reste à faire : la France vient juste de transposer l'objectif de 70% de recyclage à l'horizon 2020, une centaine de centres de tri sont à créer, les grands groupes du BTP sont plus sensibles à l'enjeu, la branche travaille actuellement à la sortie du statut de déchet du béton broyée et, surtout, le secteur peut compter, à long terme, sur un gisement annuel de quelque 250 millions de tonnes.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…