En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Recyclage des plastiques : les professionnels du secteur veulent que l'aval tire la filière

Le recyclage des plastiques ne progressera pas si les producteurs ne sont pas fortement incités à utiliser des résines régénérées. Les recycleurs réclament des mesures réglementaires et fiscales.

Déchets  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com

Le recyclage des plastiques ne décollera pas sans de fortes incitations en faveur de l'incorporation de résines régénérées dans les produits neufs. Ces incitations pourraient être règlementaires et financières, l'essentiel étant de créer les conditions économiques qui permettent de rentabiliser les investissements. Telle est l'une des principales conclusions d'un séminaire sur "la nouvelle économie des plastiques" organisé ce mercredi 13 décembre à Bercy. Le recyclage des plastiques fait actuellement l'objet d'un groupe de travail piloté par la direction générale des entreprises (DGE) du ministère de l'Economie. Les résultats seront repris au printemps 2018 par la feuille de route sur l'économie circulaire, prévue par le Plan climat du gouvernement présenté en juillet dernier.

Faire face à nos contradictions

Le gouvernement fixe pour objectif le recyclage de l'ensemble des plastiques à l'horizon 2025. Cet objectif, formulé par Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle, a été maintes fois rappelé par le ministère de la Transition écologique. Mais, pour l'instant, l'Europe ne dispose pas de l'outil industriel pour massifier le recyclage des plastiques. Jean-Marc Boursier rappelle que sur les 50 millions de tonnes de plastique mises sur le marché européen chaque année, seulement 6 millions de tonnes sont récupérées chaque année grâce aux dispositifs de collecte sélective. La moitié est exportée vers la Chine, précise le président des Fédérations française et européenne des activités de la dépollution et de l'environnement (Fnade et Fead). La situation devrait changer rapidement, puisque la Chine a fait savoir cet été qu'elle voulait mettre un terme à ces importations. "Nous nous retrouvons face à nos contradictions", analyse-t-il, déplorant qu'on demande aux citoyens de trier plus, alors qu'on ne dispose pas de débouchés pour traiter les matières recyclables.

Dans ces conditions, comment accélérer le pas ? La réponse englobe une multitude d'enjeux, de la conception des produits à la régénération des résines, en passant par la collecte et le tri des déchets. Parmi tous ces sujets, la mise en place d'incitations en faveur de l'incorporation de matière recyclée dans les produits neufs fait consensus, tout au moins chez les recycleurs. Aujourd'hui, les résines régénérées ne représentent que 5 à 7% de la matière utilisée par les plasturgistes. Il faut que l'aval tire la demande et mette en marche tous les acteurs de la chaîne, n'ont eu de cesse de répéter les intervenants. Surtout, il faut rendre viable le modèle économique pour que les régénérateurs de plastique engagent les investissements. Ils sont massifs, prévient Jean-Marc Boursier, puisqu'il faut compter 10 millions d'euros pour une unité de recyclage de 10.000 tonnes. Plusieurs milliards d'euros sont nécessaires à l'échelle européenne.

Taux d'incorporation

L'Europe pourrait jouer un rôle, notamment grâce à la stratégie plastique que présentera l'exécutif européen le 16 janvier prochain. Celle-ci sera "très ambitieuse", assure Aurore Maillet, membre du cabinet du commissaire européen en charge de l'environnement. Si elle ne donne pas de mesure concrète, elle confirme que le document pourrait contenir des mesures d'incitation destinées aux grands consommateurs, tels que le secteur automobile.

Deux grandes catégories de mesures sont demandées pour contraindre les producteurs à utiliser des résines régénérées pour leurs produits. Les acteurs français, réunis au ministère de l'Economie, attendent que l'Etat modifie les règles de la commande publique pour favoriser les produits incorporant des matières recyclées. Dans le même esprit, ils défendent une mesure plus large : la mise en place d'un taux minimum règlementaire d'incorporation de matière recyclée. La Californie, qui applique de telles règles, est citée en exemple.

Prix du carbone et TVA

La seconde grande catégorie d'incitations regroupe des mesures fiscales et financières. Aujourd'hui, les pouvoirs publics semblent prêts à verdir la fiscalité pour renforcer le modèle économique des matières recyclées. "Il me semble clair qu'il faudra mettre en place de outils financiers et fiscaux", explique Brune Poirson, secrétaire d'Etat à la Transition écologique, en clôture du séminaire.

L'une des pistes évoquées est le recours au prix du carbone. Pour le président de Veolia, Antoine Frérot, un prix de 30 à 40 euros par tonnes de CO2 appliqué à la résine vierge serait suffisant pour rendre compétitifs les plastiques recyclés. Ce niveau est "un minimum", estime pour sa part Jean-Marc Boursier, jugeant que 50 euros par tonne de CO2 seraient plus appropriés, compte tenu du coût élevé de certaines résines. Quant à l'Association Alliance Chimie Recyclage (2ACR), elle plaide pour un dispositif différent qui valoriserait les certificats remis par les producteurs de résine recyclée. Cela reviendrait à rémunérer les gains environnementaux, dont la réduction des émissions de gaz à effet de serre, via une forme de subvention, plutôt qu'en taxant les émissions de CO2. Pour être efficace, la mesure devrait être appliquée au niveau européen, les metteurs sur le marché travaillant essentiellement à cette échelle, estime 2ACR. Enfin, le président de la Fead plaide aussi pour une baisse de la TVA applicable aux matières recyclées. Cette mesure, défendue par d'autres acteurs, notamment l'association de collectivités Amorce, a fait l'objet d'un amendement au projet de loi de finances pour 2017. Pour l'instant, la mesure est restée lettre morte.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…