En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Lancement du Comité des élus pour les alternatives aux pesticides

Agroécologie  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

Ce 27 mars à l'Assemblée nationale, les associations Agir pour l'environnement, Générations futures, Phyto victimes et l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf) ont lancé le Comité des élus pour les alternatives aux pesticides. "Le but de ce comité est d'inviter les élus à se former et s'informer sur les dangers liés à l'utilisation des pesticides, diffuser et mutualiser les bonnes pratiques agricoles afin de réduire fortement l'utilisation des pesticides en promouvant les alternatives existantes. Pour cela, les élus seront également appelés à soutenir le rapport d'information sénatorial intitulé « Pesticides : vers un risque zéro... »", indique le communiqué de presse.

Une centaine d'élus a déjà signé la charte du comité.

Réactions6 réactions à cet article

 

« Comité des élus pour les alternatives aux pesticies » ? C'est un truc officiel ou, une fois de plus un de ces trucs créés par les désinformateurs en jouant sur les mots ?

« La France est, en volume, le premier pays utilisateur européen de pesticides et le troisième au monde derrière les Etats-Unis et le Japon » ?

La France était le premier producteur agricole de l'Europe (dépassée maintenant par l'Allemagne qui ne subit pas le jusqu'au-boutisme antipesticide de prétendues ONG et de politiciens poltrons) et un des grands producteurs de fruits, légumes et vigne qui nécessite une protection phytosanitaire dispendieuse (y compris en « bio » qui use et abuse de substances dangereuses).

« La France compte désormais des dizaines d’exploitants et de salariés agricoles reconnus en maladie professionnelle par la Mutuelle Sociale Agricole (MSA) » ?

Des chiffres ! Et des comparaisons avec d'autres professions !

« Les derniers chiffres annoncés du plan Ecophyto montrent une augmentation de l’indicateur au lieu de la forte baisse attendue » ?

Ces gens savent-ils que les années se suivent et ne se ressemblent pas. Qu'on nous fournisse par exemple la quantité de cuivre épandue en 2012 sur les cultures de pommes de terre bio ! Et, tant qu'à faire, le nombre d'hectares perdus.

Wackes Seppi | 27 mars 2013 à 21h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les ciyoyens en ont marre de subventionner des produits agricoles de qualité médiocre gavés de cocktails de pesticides et ensuite de payer pour dépolluer l'air , la terre et l'eau, les maladies des agriculteurs et des consommateurs!
Maintenant ça suffit! Chaque euro dépensé doit l'être pour notre qualité de vie à tous, agriculteurs compris et non pour enrichir des productivistes et multinationales sans foi ni loi!
100 de % de BIO c'est un objectif!
Interdiction des pesticides!
Recherche et remplacement des produits dangereux!
Allez un petit effort faisons dèjà respecter les lois éxistantes sur TOUT le territoire que ce ne soit plus une honte de voir nos campagnes jaunes et oranges, les forêts marais et haies détruites et les agriculteurs et particuliers, cramer leurs plastique derrière chez eux!

redcloud | 28 mars 2013 à 22h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Super ! Cela permettra de démasquer les politiciens véreux de la FNSEA qui font partie de la caste des lobbys !

Les moyens se mettent en place :

- l'ITAB est enfin soutenue financièrement par le ministère de l'agriculture, agroécologie oblige !
- L'ASPro PNPP signe une convention d'expérimentation " alternative aux pesticides " avec le lycée agricole de Neuvic administré en comité de pilotage !

Les preuves officieuses vont enfin devenir officielles !

L’indignation de la société civile pour un autre model agricole est en marche !

Eau Pure | 29 mars 2013 à 18h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bravo à ces élus mais que de chemin hélas à faire pour parvenir à une agriculture saine et soucieuse de la vie .
Seul le vrai bio nous sauvera (mais combien de temps encore faudra t'il...) nous sauvera de la démence des mégalo-chimistes !

jms | 02 avril 2013 à 09h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Seul le bio... ?

Il faudrait s'informer et surmonter les dégâts de la propagande

« Les ciyoyens en ont marre de subventionner... » ?

On arrête les subventions, et vous payez votre alimentation au prix de revient. Pour le « bio », c'est deux, voire trois fois plus cher qu'en « conventionnel », dont 97,2% des produits ne présentent aucun résidu ou des résidus en-deçà de la limite admissible.

Enfin, pour le « bio », quand il y en a. Demandez donc à votre Institut chéri de vous dire combien de champs de pommes de terre « bio » n'ont pas été récoltés l'année dernière à cause du mildiou. Et tant qu'à faire, combien de cuivre on a mis dessus. C'est très bon pour la santé et l'environnement, le cuivre...

Wackes Seppi | 02 avril 2013 à 11h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le bio de la propagande ?
L'affaire du chlordécone (entre autres) montre que les partisans du tout pesticide ont bien perdu tout sens de la raison à la fois sur le plan intellectuel et moral.
Mais sans doute ils ne souffrent pas des conséquences de l'emploi de ces affreux produits et au contraire ont bien gagné de l'argent avec eux !

jms | 02 avril 2013 à 13h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…