Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Réduction des pesticides : les financements publics ne servent pas l'ambition

Une étude, publiée par la fondation Nicolas Hulot, révèle que très peu de financements publics alloués à l'agriculture soutiennent une réelle réduction des pesticides. Seul 1 % de ces financements aurait des effets avérés.

Agroécologie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com
Réduction des pesticides : les financements publics ne servent pas l'ambition

Sur la réduction de l'usage des pesticides, « on fixe des objectifs ambitieux aux agriculteurs sans leur donner les moyens, analyse Caroline Faraldo, responsable agriculture et alimentation de la fondation Nicolas Hulot (FNH). Le poids de l'échec est essentiellement sur les épaules des agriculteurs ».

Pour tirer ce constat, la FNH a réalisé une étude sur les financements publics et privés des secteurs agricoles et alimentaires et sur la part de ces financements orientés vers une baisse des pesticides. Pour rappel, la France s'est fixé l'objectif de réduire de 50 % leur usage d'ici 2025, à travers les différents plans Écophyto.

Or, sur les 23,2 milliards d'euros (Md€) d'argent public consacrés chaque année à ces deux secteurs, sous forme de subventions, d'allègements fiscaux etc., seuls 11 % ont une « intention de réduction des pesticides ». Pire : seul 1 % aurait un impact avéré sur la dépendance aux phytosanitaires des agriculteurs. Il s'agit des aides à l'agriculture biologique et de certaines mesures agro-environnementales (MAEC) de la politique agricole commune (PAC), notamment celles portant sur les systèmes.

En parallèle, la fiscalité va à l'encontre de cet objectif, en bénéficiant aux exploitations les plus utilisatrices de pesticides. Celles-ci toucheraient en moyenne 2,6 fois plus que les autres agriculteurs. Les financements privés, estimés chaque année à 19,5 Md€, seraient quant à eux délivrés avec une quasi absence de critères environnementaux.

« Ce cas d'école éclaire quelques profonds dysfonctionnements dans notre démocratie. Le gap est important entre les promesses et leurs réalisations », analyse Nicolas Hulot.

Une minorité d'exploitations très intensives en pesticides

Pourtant, ces financements sont importants pour faire basculer une majorité d'agriculteurs vers une moindre utilisation des pesticides. L'évolution de l'usage des produits phytosanitaires ces dix dernières années (+25 %) est liée à une minorité d'agriculteurs qui, eux, en utiliseraient toujours plus. Ces derniers représenteraient près de 9 % des exploitations françaises et 7 % de la surface agricole utile (SAU), mais 55 % de l'utilisation des phytos.

À l'opposé, un tiers des agriculteurs, représentant 31 % de la SAU, et déjà moins gourmands en phytos, ont réduit de 1 % leur consommation de phytos en dix ans. Au centre, le ventre mou des agriculteurs (57 %), affichant des consommations moyennes en pesticides, hésite entre l'une et l'autre des voies. « Ce sont bien elles, en priorité, que les pouvoirs publics doivent accompagner pour faire pencher la balance du bon côté : leur donner un cap et des perspectives, sécuriser leur transformation, assurer la rémunération des systèmes agricoles vertueux et booster les installations et transmissions en agroécologie », estime la FNH. D'autant que, d'ici dix ans, la moitié des agriculteurs actuels seront partis à la retraite.

Orienter les financements vers les meilleures pratiques

La FNH demande donc au Gouvernement de pousser les curseurs à fond en faveur d'une réduction des pesticides, dans le cadre de la future PAC et du plan stratégique national qui la déclinera à l'échelle nationale . Il s'agirait d'accorder cinq fois plus de moyens la rémunération des systèmes de production en agriculture biologique et d'orienter 40 % des aides du premier pilier dédiés à des paiements pour services environnementaux. L'ONG souhaite également que ne soient conservées que les MAEC réellement efficaces, c'est-à-dire les MAEC systèmes, en renforçant leurs ambitions et leur financement. La dotation aux jeunes agriculteurs devrait être transformée en aide largement bonifiée pour les installations en agroécologie, et ce, sans critères d'âge. L'État devrait également soutenir les démarches d'accompagnement de collectifs engagés dans l'agroécologie et l'alimentation durable, et consacrer 63 M€ chaque année aux projets alimentaires territoriaux (PAT).

La FNH demande enfin la mise en place, à l'échelle nationale, d'une fiscalité assortie de bonus/malus sur le principe du pollueur-payeur. « Les bonus et malus doivent être prévisibles et très progressifs pour permettre aux agriculteurs d'anticiper », souligne Caroline Faraldo.

Réactions5 réactions à cet article

 

Ah, que cela fait plaisir de voir de l'argent public si bien utilisé ! Voyons cependant le bon côté des choses : 232 millions d'euros (une misère !) ont permis d'avoir un impact positif sur l'environnement et probablement la santé - dont celle des agriculteurs. Le "côté obscur de la farce" est beaucoup moins enthousiasmant. Parler de détournement de fonds publics relèverait même de l'euphémisme. Ce n'est pas encore le Luxembourg, mais la profession agricole tricolore est en bonne voie pour incarner le prochain paradis fiscal de l'UE. Et puisque nous parlons de pourcentages, s'apercevoir que la diminution de l'emploi des pesticides s'est faite à hauteur de 1 % des consommations initiales, aucun doute, cela fait rêver !
Visiblement, avec les plans Écophytos, l'escroquerie n'est pas juste intellectuelle.

Tonton Albert | 09 février 2021 à 10h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

D'accord avec vous, Tonton Albert, à une nuance de taille près : il convient de distinguer les grands "gagnants" du système de l'agriculture productiviste (une poignée seulement mais fort bien structurée syndicalement, dotée d'un entrisme à tous les niveaux décisionnels qui forcerait l'admiration si les conséquences n'étaient pas aussi délétères pour l'intérêt général et jamais à court d'idées roublardes pour détourner l'attention de ses agissements bien trop rarement reluisants) et une majorité d'agriculteurs qui sont brinquebalés et pressurés, si ce n'est broyés, par les organismes de gestion, vendeurs de matériel et intrants, "coopératives agricoles", industriels de l'agroalimentaire et autres syndicats majoritaires n'admettant aucun écart au dogme établi.
Le système agricole dominant actuel repose sur une immense escroquerie intellectuelle et technique, un détournement massif et endémique de fonds publics mais aussi d'une omerta soigneusement entretenue à tous niveaux décisionnels.
Avec pareil constat, ses thuriféraires ne seront pas surpris de la contestation grandissante au sein de l'opinion publique, tant ce système lui est désormais clairement devenu injustifiable et inacceptable.

Pégase | 09 février 2021 à 14h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je n'arrive pas à télécharger le rapport. Mais que 7 % de la surface agricole utile concentre 55 % de l'utilisation des phytos, il y a quelque chose qui cloche.

Bidule | 10 février 2021 à 08h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"À l'opposé, un tiers des agriculteurs, représentant 31 % de la SAU, ont réduit de 1 % leur consommation de phytos en dix ans."

est-ce une coquille ou parle t'on vraiment de 1% en dix ans? si c'est ça la frange "réussie" du plan écophyto ça paraît quand même bien peu...

MarieB | 10 février 2021 à 08h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Dans le genre omerta et détournement de fonds publics à grande échelle, l'exemple des algues vertes sur les côtes bretonnes s'avère particulièrement emblématique. Une enquête minutieuse sur ce phénomène est habilement retracée dans une BD documentaire ( https://www.editions-delcourt.fr/bd/series/serie-algues-vertes-l-histoire-interdite/album-algues-vertes-l-histoire-interdite). Indispensable pour qui s'intéresse aux sujets agricoles, et plus particulièrement aux dérives productivistes que notre modèle cocorico engendre.

Tonton Albert | 10 février 2021 à 14h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager