Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

FermEcophyto : évaluer l'impact environnemental et économique d'une réduction des produits phytosanitaires

Agroécologie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

"Une exploitation agricole peut être performante et rentable tout en améliorant son impact environnemental", estime le groupe coopératif français In Vivo, qui a lancé en complément du programme Dephy Ferme (Démonstration, Expérimentation et Production de références sur les pratiques économes en produits pHYtosanitaires) du plan Ecophyto, la démarche FermEcophyto. "L'objectif est d'aller plus loin que la diminution de l'utilisation des produits phytosanitaires en analysant les nouvelles pratiques et l'aspect économique. Le but est de s'assurer que la diminution de l'usage des phytosanitaires s'accompagne bien d'une diminution d'impact et diffuser les bonnes pratiques aux exploitants", explique Meryll Pasquet, ingénieur chez In Vivo.

Cent cinquante cinq exploitations agricoles, impliquées dans le programme Dephy, ont été étudiées pendant dix mois, 550.000 données ont été récoltées et analysées sur plus de 3.000 parcelles avec des indicateurs sur la rentabilité et la productivité, sur la pression en pesticides et en azote, et sur l'impact des pratiques vis-à-vis du climat, de l'eau et de la biodiversité. Ces données serviront de base de référence pour analyser les améliorations obtenues au cours des prochaines années.

Premier constat issu de cette première année d'analyses : l'amélioration environnementale ne dépend pas uniquement de la réduction d'utilisation d'engrais et de pesticides. "Certaines bonnes pratiques ont d'ores et déjà été identifiées, comme l'utilisation de produits contenant des matières actives ayant une durée de vie moins longue dans les milieux et donc moins sujettes au lessivage, un meilleur pilotage de la fertilisation, notamment avec des cultures intermédiaires, et le compostage des apports organiques".

Pour la deuxième année de ce programme, des plans d'action individuels seront mis en place et le nombre de fermes participantes sera élargi. "Nous allons diffuser les résultats par parcelle à chaque exploitation et proposer des solutions appropriées. Pour chaque coopérative, nous allons donner un plan d'action type pour une exploitation qui servira de modèle. Tous les résultats des actions entreprises seront comparés à un référentiel pérenne, constitué grâce à des données départementales sur l'agriculture".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Qualification OPQIBI : étude de la biodiversité et des écosystèmes OPQIBI