En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le changement de cap climatique au Japon déclenche une controverse

Investi Premier Ministre du Japon le 16 septembre 2009 après la victoire historique de son parti face aux conservateurs, Yukio Hatoyama a annoncé une révision complète des objectifs et des stratégies de réduction de GES du pays. Levée de boucliers.

Gouvernance  |    |  Agnès SinaïActu-Environnement.com
Le changement de cap climatique au Japon déclenche une controverse
C'est à New York, à la tribune du Sommet des Nations unies sur le climat, le 22 septembre 2009, que Yukio Hatoyama, nouveau Premier ministre japonais (Parti démocrate du Japon, centre gauche), annonce un virage complet dans la politique de son pays, six jours seulement après sa nomination. Critiqué pour ses objectifs timorés de réduction de gaz à effet de serre (-8% d'ici à 2020 par rapport à 1990), le gouvernement sortant du Premier ministre conservateur Taro Aso n'a pas eu l'audace de son successeur. Jusqu'à présent, le puissant lobby des industriels, le Keidanren, a mis en échec toute politique climatique ambitieuse au nom de son coût pour l'économie. Ce qui explique en partie la timidité des stratégies précédemment mises en œuvre, ainsi que l'analyse Norichika Kanie, chargé de recherche à l'Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI).

Selon ce chercheur, le Japon a opté, jusqu'à la dernière élection, pour une doctrine de politique climatique reposant sur l'estimation du potentiel national de réduction d'émission. Ce calcul est guidé par le souci de maintenir le niveau de compétitivité économique du pays par rapport aux autres pays industrialisés. Cette approche est voisine de celle qui vise l'amélioration de l'intensité énergétique par point de PIB. Elle diffère de l'approche « contraction et convergence », qui met l'accent sur une trajectoire d'émissions équitable entre pays, calculée per capita, selon le principe de responsabilités communes mais différenciées. D'après les calculs effectués par l'équipe de recherche de Norichika Kanie, les résultats sont très différents selon le scénario d'allocation d'émissions choisi. Dans le scénario le plus équitable, qui tient compte d'un coefficient de pondération par le PIB, (plus un pays est riche, plus il doit réduire ses émissions), le Japon devrait réduire ses gaz à effet de serre de 30% d'ici à 2020. Or le scénario choisi par le gouvernement sortant de M. Aso n'aboutissait qu'à un objectif de -8%, ce qui n'avait pas manqué de décevoir la communauté internationale.

L'on conçoit donc que l'initiative climatique, annoncée en septembre par le nouveau Premier ministre, fasse polémique au pays du soleil levant. Outre son annonce fracassante d'une réduction de 25% des émissions nippones d'ici à 2020 (par rapport à 1990), M. Hatoyama a également révélé « l'initiative Hatoyama » pour soutenir les pays en voie de développement sur la voie de leurs propres réductions d'émissions au-delà de 2012. Dans son discours devant les Nations unies, M. Hatoyama a affirmé que ''l'aide publique et les transferts de technologies aux pays en développement (étaient) d'une importance critique'' avant de développer les quatre principes de son ''initiative'' : contribution financière substantielle versée aux pays en développement et aux petits Etats insulaires les plus vulnérables, règles d'enregistrement et de vérification des réductions d'émissions des pays en développement, cadre international de transfert de technologies faibles en carbone et protection de la propriété intellectuelle, marché de permis d'émission dans la perspective d'un marché international et instauration d'une taxe carbone. Le marché de permis d'émission est encore en phase expérimentale au Japon. Les gouvernements précédents avaient envisagé d'ouvrir ce marché en 2013, mais M. Hatoyama l'avancera peut-être à 2011.

« Show diplomatique »

Dans une note diffusée le 20 octobre par le 21st Public Policy Institute, un think tank nippon proche du milieu industriel, la nouvelle politique lancée par M. Hatoyama est vivement critiquée. L'auteur, Akihiro Sawa, professeur à l'université, y stigmatise ''un show diplomatique'' sur le changement climatique, assorti d'un affichage de chiffres aussi crus qu'intenables. Il regrette la disparition de la doctrine de maîtrise des émissions par approche sectorielle « bottom up » (où l'économie décide jusqu'où elle peut aller dans l'effort sans mettre en péril sa compétitivité), au profit d'une nouvelle perspective, fondée sur l'approche « top down », dictée par les traités internationaux et les préconisations des rapports du GIEC. Ironiquement, note cet auteur, l'approche « bottom up » était le point commun avec la politique de M. Obama aux Etats-Unis, qui, avant de conclure sur des objectifs internationaux, élabore un ensemble de mesures d'abord domestiques faisant consensus au sein de l'économie américaine en dehors du Protocole de Kyoto. L'administration de M. Obama mène des pourparlers bilatéraux avec la Chine, et le Président des Etats-Unis se rendra lui-même à Pékin à la mi-novembre, où il fera une annonce importante en vue de la conférence de Copenhague. Akihiro Sawa regrette que le Japon ne s'inscrive plus dans ces logiques bilatérales de réductions volontaires.

En ce qui concerne le critère d'équité mis en avant par le nouveau Premier Ministre japonais, le think tank industriel le considère aussi flou qu'injustifié. Selon la note de M. Sawa, le nouvel objectif de -25% par rapport à 1990 aurait un coût cinq à six fois plus élevé que celui de l'objectif de -15% par rapport à 2005 proposé en juin 2009 par le Premier ministre antérieur, M. Taro Aso. Comme les Etats-Unis, le Japon s'est jusqu'à présent fondé sur l'année de référence 2005, plus équitable à ses yeux que l'année 1990, avantageuse pour l'Union européenne et les Russes en raison de leur « hot air ». Les industriels japonais revendiquent par ailleurs une approche de réduction par secteurs internationaux d'activité, dans lesquels ils resteraient maîtres de la situation, compte tenu de leur savoir-faire. Cette approche a été portée par le Premier ministre Fukuda (du Parti libéral démocrate, conservateur) entre 2007 et 2008, ce qui lui a valu de vives critiques de la part des ONG lors de la conférence de Bali sur le climat en 2007.

En tout état de cause, les politiques climatiques au Japon ont jusqu'à présent été déterminées par le pouvoir économique, selon le chercheur de l'IDDRI Norichika Kanie, qui constate une séparation complète, au sein même du gouvernement japonais, entre environnement et économie.

Réactions3 réactions à cet article

 
Frilosité, quand tu nous tiens...

Quel dommage que ce bel exemple d'une vraie politique de rupture ne soit pas partagé.
Ce peuple dont l'intelligence et la discipline le meneraient à coup sur au top de la lutte, redonnerait à son économie moribonde le coup de pouce dont elle a besoin, après les difficultés inévitables de la mise en oeuvre de mesures contraignantes mais Ô combien efficaces!

Squale55 | 05 novembre 2009 à 09h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Les Japonais ont compris la fable du CO2

Changement de régime politique au Japon : le nouveau 1° ministre marque son indépendance par rapport au Big Brother US (qui avait envoyé 2 bombes atomiques pour pacifier les masses dans deux ville, alors que le Japon était prêt à capituler depuis plusieurs semaines déjà). Le 1° ministre Japonais lève le coin du voile : la "fable du CO2" est le prétexte à imposer une cure d'austérité sur les peuples éprouvés par la Crise [à cause des activités délictueuses des banques], et à favoriser un gouvernement mondial des Elites pour soi-disant lutter contre la catastrophe annoncée. Cela a un petit air de déjà vu : la guerre contre le terrorisme, ou la Pandémie de grippe, des causes planétaires commodes pour faire accepter les sacrifices et la perte de nos libertés...Nous vivons bien une époque de catastrophes qui se rapprochent de plus en plus souvent. A qui cela profite ? Les Japonais nous envoient un message clair. Il faut réfléchir à ce qui est notre intérêt, et pas celui des manipulateurs d'opinion.

naullay | 05 novembre 2009 à 15h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Les Japonais ont compris la fable du CO2

Si là est ta réelle vision des choses, je ne suis plus surpris que la France soit si en retard sur la question du réchauffement climatique, et d'une manière générale, en terme d'environnement.
Relis ce que t'as dit j'espère que tu comprendras le non sens de tes propos. Si prenons pas maintenant des mesures aussi radicale que les japonais, ce sera irréversible.
Les fameuse valeurs de liberté que tu portes n'existerons plus car plus personne ne sera plus là.
Tu devrais avoir honte de toi !!! Comme j'ai honte si autant de français que toi résonne comme toi ... N'oublie pas qu'il y en a qui ont déjà ouvert les yeux pendant que tu fais la politique de l'autruche.

jonathan | 11 novembre 2009 à 18h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…