En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Régime des catastrophes naturelles : le Sénat adopte une proposition de loi en première lecture

Aménagement  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Les sénateurs ont adopté, le 15 janvier, en première lecture, la proposition de loi de Nicole Bonnefoy et de ses collègues socialistes visant à réformer le régime des catastrophes naturelles. Ce texte fait suite au rapport que l'élue de la Charente a publié en juillet 2019. Ce document, issu d'une mission d'information, avait formulé une cinquantaine de propositions pour moderniser le système de gestion et d'indemnisation des dommages résultant d'une catastrophe naturelle.

« La proposition de loi tend à traduire dans la loi les principales propositions relatives au régime dit "CatNat", afin d'apporter une réponse rapide et concrète aux sinistrés, aux communes et aux maires concernés », expliquent ses auteurs. Le 8 janvier, la commission des finances avait toutefois rejeté le texte, après avoir mis en avant son coût pour les finances publiques et l'existence d'alternatives plus efficientes pour renforcer l'efficacité des dépenses de prévention.

Malgré ce rejet en commission, la proposition de loi a été votée à l'unanimité, moins une abstention, en séance publique après l'adoption de plusieurs amendements. Le texte apporte quelques ajustements au fonctionnement du fonds de prévention des risques naturels majeurs, dit « Fonds Barnier ». Il porte de deux à cinq ans le délai dont disposent les assurés pour réclamer à leur assurance le règlement de l'indemnisation en cas de dommages dus à la sécheresse. Il étend le régime de la garantie obligatoire pour cause de tempêtes et catastrophes naturelles aux orages de grêle. Il crée un crédit d'impôt pour la prévention des aléas climatiques portant sur les travaux destinés à réduire la vulnérabilité des habitations ou des locaux professionnels utilisés par des entreprises employant moins de vingt personnes.

La proposition de loi prévoit par ailleurs un délai de six mois pour les communes en vue de présenter une nouvelle demande de reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle, assortie d'éléments techniques complémentaires, en cas de refus d'une première demande. Elle instaure enfin, dans chaque département, une cellule de soutien aux maires confrontés à la gestion d'une telle catastrophe. Le texte a été transmis le 16 janvier à l'Assemblée nationale, qui l'a renvoyé à la commission des finances. Aucune date d'examen n'est pour l'heure prévue.

Réactions1 réaction à cet article

 

Que c'est dangereux tout cela, alors qu'il faut inciter les gens à quitter le littoral dans les zones vulnérables, les sénateurs proposent un crédit d'impôt, et puis quoi encore. Quant aux constructions sur les terrains argileux, il faut une étude de sols préalablement assortie d'un mode de construction adapté. Mais le but du Sénat est de plaire à leurs électeurs à savoir les élus locaux.

BJ50320 | 17 janvier 2020 à 09h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager