En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les règles déontologiques pour une publicité « durable » évoluent

Gouvernance  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com

L'autorité de régulation professionnelle de la publicité (Arpp) vient de publier une version actualisée de ses règles déontologiques en matière de développement durable. Ce nouveau texte « encadre de manière plus efficace les représentations des modes de consommation d'un produit ou d'un service dans les publicités », explique l'Arpp. Le nouveau document fait ainsi référence aux modes de consommation excessifs ou contraires aux principes de l'économie circulaire, qui comprennent notamment la lutte contre le gaspillage. Il est plus particulièrement énoncé, qu'à ce titre, « la publicité ne doit pas inciter au gaspillage par la mise au rebut d'un produit ou sa dégradation alors que celui-ci fonctionne encore et / ou qu'il demeure consommable, sans tenir compte, lorsque cela est possible, de sa durabilité, de sa réutilisation, de sa seconde vie ou de son recyclage ».

Cette mise à jour répond plus précisément à la mesure 16 de la Feuille de route pour l'économie circulaire (Frec) qui vise à « renforcer la lutte contre la publicité incitant à la mise au rebut prématurée des produits et au gaspillage des ressources. » Le texte entrera en vigueur au plus tard le 1er août 2020.

C'est à ces règles déontologiques que se réfère le jury de déontologie publicitaire lorsqu'il est saisi pour une plainte. Dans plusieurs avis publiés le 4 mai, ce jury a d'ailleurs reconnu que l'opérateur du nucléaire Orano (ex-Areva) n'avait pas respecté ces règles dans plusieurs publicités, mettant en avant le caractère recyclable des déchets nucléaires. Le syndicat des distributeurs bio, Synadis bio, a aussi été épinglé pour avoir dénigré les productions conventionnelles de fruits et légumes.

Réactions2 réactions à cet article

 

La publicité qui mentionnait "votre vieille voiture de 8 ans" dans les années 90/début 2000 me revient en mémoire car pour moi parfaitement représentative de ces abus du marketing.
J'ai en revanche du mal à voir le lien entre le marketing trompeur d'Orano/Areva et le dénigrement de production conventionnelle de légumes par Synadis bio.

Pégase | 07 mai 2020 à 11h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En matière de déontologie il est savoureux de voir les publicitaires afficher leur nouvelle morale .
Il suffit de suivre l'activité de l'association "Paysages de France " pour lire les multiples abus commis par cette profession . abus couverts la plus souvent par les préfets ,eux -mêmes souvent condamnés mais qui persistent dans leur refus de faire appliquer... la Loi !

sirius | 07 mai 2020 à 19h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager