Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La réglementation pour les ouvrages sur le plateau continental s'adapte à l'éolien marin

Energie  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

Le cadre pour les installations situées sur le plateau continental et dans la zone économique exclusive 2013 est désormais modifié par le décret n° 2021-1942 du 31 décembre. L'objectif ? « L'adapter à l'envergure et à la complexité des projets éoliens en mer et leurs ouvrages de raccordement », a indiqué le ministère de la Transition écologique.

Le décret permet que soient fixées dans le cahier des charges de la procédure de mise en concurrence des projets éoliens en mer et de leurs ouvrages de raccordement des règles spécifiques, différentes du cadre général. Celles-ci concernent notamment l'abrogation de l'autorisation, les délais de caducité de l'autorisation, la forme des garanties financières devant être constituées par le producteur ou le calendrier du démantèlement des installations. L'autorité compétente pourra également consulter les personnes ou organismes qu'elle estime adaptés aux enjeux.

Le décret permet de fixer par la voie règlementaire et sur le plan national le montant de la redevance applicable aux installations autorisées. Il ouvre également la possibilité d'imposer aux opérateurs de câbles de notifier à l'autorité maritime le tracé des câbles sous-marins qui sont posés sur le plateau continental, n'exploitent pas le plateau continental et n'atterrissent pas sur le territoire national. Il précise également le cadre juridique des études préalables à la pose de ces câbles.

Ce texte s'inscrit dans le cadre du 4e appel d'offres d'éoliennes en mer au large de la Normandie, entièrement situées en zone économique exclusive (ZEE).

Réactions1 réaction à cet article

 

En clair, on concocte pour l'éolien offshore des règles qui sortent complètement du cadre légal actuel. Ce passage en force est lamentable. Tout ça pour que des opérateurs financiers étrangers s'engraissent sur le dos des Français.
Et dans le même temps, le gouvernement veut relâcher les contraintes d'émission de CO2 pour la production d'électricité, ouvrant la porte au gaz, requis derrière l'éolien. Inqualifiable.

dmg | 04 janvier 2022 à 10h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Éolien-solaire : réussir la phase conception-construction de votre projet RES