En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Réhabilitation des friches : cinq projets pilotes pour construire une démarche globale

Aménagement  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com

L'artificialisation des sols étant au menu du Conseil de défense écologique du 7 novembre 2019, la ministre de la Transition écologique Élisabeth Borne a fait le point sur l'avancement des réflexions gouvernementales sur ce sujet. Lors du Conseil de défense écologique de mai dernier, un inventaire des friches a été réalisé et a comptabilisé 2 400 sites. La ministre a confirmé qu'une plateforme en open data est en cours de développement pour les faire connaître aux porteurs de projets. Parallèlement, un groupe de travail sur l'artificialisation des sols, piloté par Julien Denormandie et Emmanuelle Wargon, travaille à des propositions pour le début d'année prochaine. En attendant, le ministère annonce la sélection de cinq projets pour servir de « pilotes d'une démarche plus globale qui devra être finalisée en lien avec tous les acteurs concernés d'ici au printemps prochain. »

Deux projets proviennent des résultats de l'appel à projet de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) lancé en novembre 2018 : l'un portant sur une friche d'un hectare à Montreuil (Seine-Saint-Denis) polluée par une ancienne tannerie, sur le territoire des anciens murs à pêches. Six millions d'euros seront consacrés à sa reconversion en logements, espaces verts, espaces agricoles. L'autre projet porte sur un écoquartier à Aytré (Charente-Maritime), à côté de la Rochelle, sur une ancienne friche ferroviaire de 35 hectares. Trois millions d'euros seront investis dans ce projet.

Trois projets sur des friches militaires viennent également d'être retenus par le ministère des Armées : sur la base aérienne de Creil (Oise), pour 292 hectares ; dans les emprises de l'ex-CEAT Guillaumet et de l'ancienne école d'ingénieur de l'ISAé à Toulouse (Garonne), sur 16,4 hectares ; et sur l'ancienne base aérienne 901 de Drachenbronn (Bas-Rhin).

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager