En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Photovoltaïque : vers une relance de la production en Europe ?

Alors que la production de panneaux photovoltaïques a chuté en Europe face à la concurrence asiatique, la filière plaide pour une relocalisation de cette industrie en misant sur les technologies de nouvelle génération.

Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com
Photovoltaïque : vers une relance de la production en Europe ?

Le Gouvernement a demandé aux filières industrielles de plancher, dans le cadre du Conseil national de l'industrie (CNI), sur les enjeux de réindustrialisation de certaines activités et / ou la sécurisation des approvisionnements stratégiques.

La crise liée au Covid-19 a en effet révélé la dépendance aux importations de la France pour des produits essentiels comme les masques ou les médicaments… Mais d'autres secteurs sont également sous tension. Si, dans un premier temps, l'urgence sera d'accompagner la reprise des entreprises à l'issue de la crise, dans un second temps, la question de la relocalisation de certaines activités va se poser.

La filière photovoltaïque européenne a, depuis des années, perdu l'essentiel de son outil de production face à la concurrence asiatique. Mais, avec la chute des coûts de production, le coût du transport est devenu de plus en plus prégnant. « Le transport représente aujourd'hui 10 % du prix d'un module », indique Richard Loyen, délégué général du syndicat du solaire Enerplan. Les craintes sont que, demain, cette part devienne croissante. D'où l'intérêt de relocaliser l'outil de production photovoltaïque. « L'enjeu se situe à l'échelle européenne plutôt que nationale. Le nerf de la guerre, c'est en effet de produire du photovoltaïque compétitif. Et la compétitivité se traduit par des effets de taille. Quand on voit les Chinois investir dans des outils de production de plusieurs dizaines de gigawatts, il faut se mettre à la bonne maille à l'échelle de l'Europe », souligne l'expert.

Faire du solaire une filière stratégique

À l'échelle européenne, la filière a d'ailleurs plaidé pour que cette réindustrialisation fasse partie intégrante du plan de relance vert (Green deal). La stratégie de la Commission européenne repose sur la création d'alliances pour déployer des industries bas-carbone, comme les batteries et l'hydrogène. Un forum industriel devrait être organisé en septembre prochain pour plancher sur les risques et les besoins des différents secteurs industriels.

L'association européenne SolarPower Europe demande qu'une stratégie soit définie pour le solaire. Si ce secteur était reconnu comme stratégique par la Commission européenne, il pourrait en effet prétendre à des investissements prioritaires. Un appel a été lancé dans ce sens fin février par plusieurs dizaines d'associations nationales, d'instituts de recherche… « L'Europe abrite des instituts de recherche de classe mondiale spécialisés dans le solaire photovoltaïque, qui ont développé des technologies innovantes et des applications solaires qui dominent le marché mondial. Une stratégie industrielle européenne est essentielle pour maintenir ce leadership solaire et garantir que les instituts et entreprises européens restent à la pointe de la conception et de la fabrication de panneaux solaires photovoltaïques », soulignait alors Roch Drozdowski-Strehl, directeur général de l'Institut photovoltaïque d'Île-de-France (IPVF).

Être leader dans le photovoltaïque de nouvelle génération

La filière européenne mise sur le photovoltaïque de nouvelle génération et les cellules à haut rendement. « Face à la Chine, l'Europe a perdu la bataille industrielle sur la première génération photovoltaïque. On doit désormais être capable de miser sur les nouvelles technologies », analyse Richard Loyen.

Solaire intégré au bâti, tuiles solaires, nouveaux matériaux, mais aussi solaire flottant, agrivoltaïsme« Le champ des possibles est aujourd'hui gigantesque, avec ou sans silicium. L'Europe compte parmi les meilleurs centres de recherche du secteur », explique le représentant d'Enerplan.

 
L'Europe abrite des instituts de recherche de classe mondiale spécialisés dans le solaire photovoltaïque, qui ont développé des technologies innovantes et des applications solaires qui dominent le marché mondial.  
Roch Drozdowski-Strehl, directeur général de l'IPVF
 
Mais pour cela, il faut créer les conditions nécessaires : lever les barrières administratives et réglementaires pour permettre l'émergence rapide de projets d'usines, faciliter l'accès aux capitaux, et créer un marché intérieur suffisamment grand pour soutenir l'offre. SolarPower Europe estime, par exemple, qu'il faudrait atteindre 30 millions de toitures solaires en 2030 et accélérer le déploiement de centrales solaires au sol pour soutenir une industrie européenne. Avec un marché intérieur suffisamment fort, l'Union européenne pourrait même attirer des industriels asiatiques, venant implanter des outils de production sur place afin d'éviter les coûts de transport. Les usines photovoltaïques étant largement automatisées, le coût de la main d'œuvre joue en effet très peu sur la compétitivité. « Les équipementiers européens vendent des chaînes de production en Asie. Pourquoi pas à l'Europe ? », interroge Richard Loyen.

Hétérojonction, germanium, recyclage du silicium...

Le potentiel est là. La France et l'Allemagne produisent du silicium. Et plusieurs acteurs se lancent dans des projets innovants. À l'instar d'Enel Green power, via sa filiale 3Sun, qui a reconverti son usine italienne de panneaux photovoltaïques en site pilote de production de panneaux solaires bifaciaux. L'usine, inaugurée début 2020, mise sur la technologie à hétérojonction, combinant silicium amorphe et cristallin. « L'usine sicilienne produira en continu environ 500 000 panneaux par an. Les panneaux photovoltaïques bifaces ont une efficacité de plus de 20 % et une puissance nominale de 400 W. La fonction "bifaciale" permettra également de capter le rayonnement solaire depuis la surface arrière et d'atteindre une production d'énergie supérieure de 30 % en relatif », précise le CEA-Liten, qui a participé à l'émergence de cette technologie.

Plusieurs projets de recherche phares sont également soutenus par le programme européen H2020. Ils portent sur l'amélioration des procédés de fabrication des cellules solaires (projets NextBase et Disc), le photovoltaïque intégré aux bâtiments (PVSITES), le solaire à concentration avec des cellules dotées d'un substrat à base de germanium (CPVMatch), la fabrication de silicium à partir de rebus de sciage de briques de silicium (Selisi)...

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager