Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Véhicules électriques : Renault se structure

Transport  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

Le groupe Renault poursuit son objectif de transformer l'usine de Flins (Yvelines) en une usine dédiée à une économie circulaire de la mobilité, Re-Factory : il a signé pour cela un accord de partenariat industriel - à travers sa filiale Mobilize - avec une start-up allemande Betteries. L'objectif ? Prendre en charge l'ensemble du processus de recyclage des batteries. L'idée est d'assembler un système de stockage d'électricité mobile, développé par Betteries, avec des modules de batterie de seconde vie des véhicules électriques Renault.

« Ce système innovant est composé d'un à quatre éléments de 2,3 kWh chacun et peut donc atteindre une capacité totale de 9,2 kWh, soit l'équivalent de la consommation moyenne d'un foyer sur une journée, pointe dans un communiqué Betteries. Les usages et applications de ce système sont multiples lorsque le raccordement au réseau électrique est impossible : chantiers, food trucks, stockage d'énergie solaire, tournages et événements, ou encore à bord de petits bateaux électriques ».

Au début du mois, Renault a également annoncé la naissance de Renault ElectriCity, une nouvelle entité juridique qui regroupe les sites de Douai, Maubeuge et Ruitz. « En créant cette entité unique, Renault ambitionne de faire de ces usines l'unité de production la plus compétitive et la plus performante de véhicules électriques en Europe avec 400 000 véhicules produits par an à horizon 2025 », explique le constructeur.

Réactions2 réactions à cet article

 

Avec le futur tout électrique (pompe a chaleur, véhicules, ordinateurs, etc...) on va droit dans le mur.
La conception des batteries est catastrophique et l'extraction des minerais nécessaires contribue à l'exclusions des autochtones. Les entreprises en quête « d’or blanc » se lancent dans l’exploitation du lithium à l’échelle industrielle. Principal débouché : les voitures électriques. Cette intensification minière aura des conséquences environnementales et sociales, sur fond de corruption et de conflits d’intérêts. La communauté scientifique ne cesse d’alerter sur le désastre environnemental qui s’accélère et s’aggrave, la population est de plus en plus préoccupée, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique.

Encore une fois on met la charrue avant les bœufs. Ou va t'on trouver l’électricité en sachant que la France ne maîtrise plus la filière nucléaire? Ni aucune autre filière d'ailleurs!

ouragan | 22 juin 2021 à 09h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Qu'en est t'il de la compatibilité des prises de recharge notamment avec les super chargeur Tesla ?

scalectric4 | 22 juin 2021 à 10h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager