En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Renouvelables et efficacité énergétique : l'Union européenne est sur de bons rails

L'union européenne devrait atteindre ses objectifs 2020 en matière de renouvelables et d'efficacité énergétique. Reste toutefois un point noir : le secteur des transports qui n'affiche quasiment pas de progrès.

Energie  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

L'Union européenne est en bonne voie pour atteindre son objectif de 20% de renouvelables en 2020 et de 20% d'efficacité énergétique à la même date. Le rythme de développement des renouvelables est supérieur à celui prévu et la consommation d'énergie finale est déjà inférieure à celle fixée pour 2020. Le tableau est bon, à une exception : le secteur des transports qui ne progresse quasiment pas dans les deux domaines. Telles sont les principales conclusions du deuxième rapport sur l'état de l'Union de l'énergie, publié le 1er février par la Commission européenne.

50% d'électricité renouvelable en 2030 ?

La part des renouvelables a représenté 16,4% de la consommation énergétique finale en 2015, permettant une réduction des émissions de gaz à effet de serre européennes de 436 millions de tonnes en équivalent CO2 (MtCO2eq). Par ailleurs, le rapport dédié au sujet rappelle que "la trajectoire indicative pour 2015/2016 est 13,8%". Vingt-cinq Etats membres dépassent leur objectif prévisionnel, le meilleur élève étant la Suède (54,1% de renouvelables, pour un objectif de 43,9%). A l'opposé, la France, le Luxembourg et les Pays-Bas sont les trois pays à ne pas atteindre l'objectif intermédiaire. Seuls les Pays-Bas ont informé la Commission et présenté un plan de rattrapage. Quant à la France, la consommation énergétique finale n'est couverte par les renouvelables qu'à hauteur de 14,4%, pour un objectif intermédiaire de 16% et un objectif final de 23% en 2020.

L'UE atteindra-t-elle l'objectif de 20% en 2020 ? Etant donnée l'avance, il est probable que ce sera le cas. Mais l'exécutif européen affiche une confiance mesurée : "La trajectoire devient progressivement plus raide dans les années à venir et il faudra intensifier les efforts pour atteindre l'objectif européen". La Commission attire aussi l'attention sur le secteur des transports qui reste à la traine. Non seulement, la part de renouvelables est largement en deçà de la trajectoire fixée, mais elle a tendance à stagner sur la décennie écoulée. En 2015, la part des renouvelables dans les transports est de 6%, ce qui rend improbable l'atteinte de l'objectif de 10% en 2020 fixé pour le secteur. En revanche, elle affiche son optimisme pour la production électrique renouvelable : elle est passée de 21,7% en 2011 à 28,3% en 2015. A ce rythme, les renouvelables "devraient atteindre 50% d'ici 2030".

Efficacité énergétique : le transport, mauvais élève

Autre bonne nouvelle, l'Union est aussi en bonne voie pour atteindre son objectif d'efficacité énergétique de 20% en 2020. La consommation finale d'énergie "est déjà 2,2% en dessous de l'objectif indicatif pour 2020". Cette consommation s'est repliée de 11% entre 2005 et 2014. En revanche, la consommation d'énergie primaire, qui ajoute les pertes du secteur énergétique à la consommation finale, "n'a pas encore atteint l'objectif pour 2020". Elle a diminué de 12% entre 2005 et 2014, mais reste 1,6% au dessus de l'objectif 2020.

En 2014, 17 Etats membres ont atteint l'objectif exprimé en énergie finale et 19 l'objectif exprimé en énergie primaire, explique la Commission. La France ne figure dans aucune des deux listes du rapport dédié à l'efficacité énergétique. S'agissant des secteurs, l'industrie affiche la plus forte baisse de consommation d'énergie finale en dix ans (-16%), suivie de près par le résidentiel (-15%). Toutefois, certains pays ont vu la consommation énergétique industrielle repartir fortement à la hausse entre 2014 et 2015, sous l'effet de la reprise économique et un regain d'activité de l'industrie cimentière. C'est notamment le cas de Chypre (+19%). La Commission précise que le taux de rénovation énergétique des bâtiments est de 1% par an, soulignant que l'Allemagne et la France affichent des taux légèrement supérieurs, de l'ordre de 1,75% et 1,5%, respectivement.

Le transport, qui est le premier secteur en terme de consommation d'énergie finale avec 33% de la consommation européenne, affiche un bilan médiocre. La consommation d'énergie finale n'a reculé que de 4% entre 2005 et 2014. Plus inquiétant, le secteur est le seul qui enregistre une hausse de la consommation énergétique entre 2013 et 2014 (+1%). "La baisse du prix de l'énergie est une des principales raisons de la hausse constatée dans le secteur des transports", explique le rapport, ajoutant que "les autres raisons incluent l'augmentation du nombre de véhicules et du trafic fret et passagers".

Réactions1 réaction à cet article

 

Tout va bien sauf pour 33 % de l'ensemble !
On a vu meilleurs résultats .

sirius | 06 février 2017 à 11h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager