En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

DNTE : le groupe ENR propose une hausse de l'objectif 2020 du photovoltaïque

Le groupe "énergies renouvelables" propose de porter l'objectif 2020 du photovoltaïque entre 15 et 25 GW. Mais en restant sur des mesures de court terme, le groupe est passé à côté du débat : réfléchir à un transition énergétique à l'horizon 2050.

Energie  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com

Adopter un objectif 2020 en matière de capacité photovoltaïque compris entre 15 et 25 gigawatts (GW), contre 5,4 GW actuellement. Telle est la principale mesure concrète proposée par le groupe de travail "énergies renouvelables" à l'occasion de la présentation de ses travaux jeudi 25 avril devant le Conseil national du débat sur la transition énergétique (CNDTE) réuni en plénière. Les 65 participants du groupe ont tenu 10 séances entre le 16 janvier et le 15 avril, organisant leurs travaux autour d'une réflexion filière par filière et d'une approche transversale.

Christophe Porquier, vice-président EELV du Conseil régional de Picardie et représentant de l'Association des régions de France (ARF), et Damien Mathon, délégué général du Syndicat des énergies renouvelables (SER) et représentant des entreprises, ont expliqué avoir présenté en préambule les 17 recommandations consensuelles, huit transversales et neuf sectorielles. Par ailleurs, le corps du rapport présente des recommandations majoritaires mais non consensuelles classées en cinq chapitres : objectif 2020, simplification administrative, développement industriel, financement ainsi que les réseaux et le stockage. Les annexes présentes les propositions minoritaires.

Le photovoltaïque sort gagnant

La filière solaire photovoltaïque et thermodynamique bénéficie des recommandations les plus fortes : "il a été considéré par une large majorité des membres du groupe de travail que l'objectif à réviser en priorité est l'objectif de développement du photovoltaïque", explique le document. Dès le préambule le groupe de travail recommande une révision à la hausse de l'objectif 2020 et un relèvement à 250 kilowatts (kW) de l'éligibilité au tarif d'achat, contre 100 kW aujourd'hui. Dans le corps du texte, l'objectif jugé "souhaitable par une large majorité du groupe" est une fourchette allant de 15 à 25 GW en 2020. Le rapport plaide aussi pour la création d'un tarif dédié à la surimposition sur bâtiment et la simplification des conditions de raccordement et des procédures.

Pour le groupe de travail, cette attention particulière portée au photovoltaïque se justifie par l'ancienneté d'un objectif 2020 fixé en 2007, le fait que l'objectif sera dépassé et la chute des prix enregistrée en cinq ans. C'est d'ailleurs en partant d'un constat similaire que l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) a proposé deux jours avant la réunion du CNDTE de porter à 15 GW l'objectif 2020. "La contribution initialement attendue du photovoltaïque était de 0,5 Mtep, soit une puissance nominale installée de 5.400 MW, en 2020. Cet objectif devrait toutefois être dépassé", estime l'Agence soulignant que "fin décembre 2012, le parc photovoltaïque français connecté au réseau est estimé à 4 GW environ, contre 2,9 GW fin décembre 2011".

Reste que le groupe de travail se borne à suggérer une hausse de l'objectif sans trancher l'épineuse question du financement.

 
Une large majorité Le maître mots du corps du rapport est "une large majorité", soulignant que les mesures proposées ne sont pas consensuelles.
Cette formulation, qui permet de ne pas citer explicitement les opposants, a fortement déplu à Maryse Arditi qui a demandé à ce que l'opposition des ONG environnementales soit explicitement mentionnée s'agissant du développement des agrocarburants et de l'hydroélectricité. La représentante France Nature Environnement a déclaré "ne pas pouvoir assurer la participation de FNE" à la suite des débats si cette opposition ne figurait pas dans le rapport.
Reste que les rapporteurs ont montré des réticences, expliquant que tout le monde avait validé cette approche consensuelle, et qu'on peut s'interroger sur le sérieux de la menace de FNE et la part de mise en scène. L'avenir tranchera.
 
Des doléances connues de longue date

Au delà de cette mesure phare, les propositions semblent limitées à une boîte à outils regroupant des mesures vagues et consensuelles. Le groupe de travail souhaite ainsi avant tout obtenir des objectifs ambitieux en matière de renouvelables et un pilotage des filières en fonction de critères technico-économiques. Dans la foulée, il recommande pêle-mêle la stabilité du cadre règlementaire, la lisibilité des mécanismes de soutien, des politiques de formation, de R&D et de soutien à l'export, l'adaptation des réseaux énergétiques, l'intégration environnementale des renouvelables et un peu de fiscalité écologique et de promotion de l'autoconsommation. "Des recommandations assez générales", concède Christophe Porquier.

Quant aux recommandations sectorielles, chaque filière a formulé un souhait. La biomasse attend une relance de la filière bois (construction, ameublement,…) pour s'approvisionner en sous-produits, la chaleur espère un doublement du fonds que lui consacre l'Ademe, l'éolien aimerait obtenir un régime juridique sécurisé, l'hydroélectricité veut maintenir un objectif de développement, la géothermie de moyenne profondeur plaide pour un code minier simplifié, l'hydrolien propose de soutenir financièrement les installations pilotes et les agrocarburants défendent le soutien en faveur de la substitution au pétrole. Bref, une synthèse des doléances portées de longue date par les acteurs des filières concernées.

Quant aux mesures concrètes elles sont renvoyées au corps du texte, preuve que l'accord entre les participants se limite aux généralités (voire encadré).

La transition énergétique ? Quelle transition ?

De manière générale, à la lecture des principales conclusions, on constate que les objectifs concrets se limitent à l'horizon 2020. Rien sur l'échéance 2030 actuellement négociée à l'échelle européenne et rien non plus sur l'objectif Facteur 4 pour 2050. C'est d'ailleurs ce qu'ont souligné les deux rapporteurs qui ont admis que la réflexion n'a porté que sur le court terme. Les objectifs pour 2025, 2030 ou 2050 sont conditionnés au succès de celui fixé pour 2020 et les scénarios à long terme sont du ressort d'un groupe ad hoc qui n'a pas rendu sa copie, ont justifié Christophe Porquier et Damien Mathon.

Plutôt que de transition énergétique, le document se contente donc de proposer une stratégie afin de rattraper le retard accumulé par la France concernant l'objectif européen validé en 2008 de 23% de renouvelables dans le mix énergétique français en 2020. Un retard, qui, s'explique par de multiples revirements et "stop and go", pour reprendre le terme de Christophe Porquier.

"Le rapport manque de souffle", constatent donc dix ONG dans un communiqué commun. Elle reproche au document de "[rester] sur les objectifs 2020 et [de proposer] essentiellement quelques simplifications administratives". Point de "visibilité de long terme et de politiques stables pour lancer des investissements", déplorent-elles, félicitant néanmoins la ministre de l'Ecologie, Delphine Batho, pour avoir pris le 24 avril "des engagements, là où le rapport se tait : la France demandera à l'Union européenne de fixer pour 2030 des objectifs contraignants distincts pour la diminution des émissions de gaz à effet de serre, l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables".

Réactions3 réactions à cet article

 

Tant mieux, si l'économie française a les moyens de subventionner par le phv une augmentation de l'émission de gaz à effets de serre, ce qui est le cas de cette technologie aujourd'hui...
Restent que les objectifs de diminution de l'émission des GES sont bien mis à mal par le phv qui était censé au contraire de diminuer les émissions de GES

DL | 29 avril 2013 à 10h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La question financement du PV ?
Regardons le solaire au sol : a 8 c€/kWh (pour les projets dans le sud car au nord de Valence, c'est ininteressant) le tarif d'obligation d'achat et 5 c€/ kWh le kWh a prix de marche, le surcout rembourse par la CSPE est de 3 c€/kWh (Rappel le tarif etait de 32 c€/kWh, soit un surcout de 27 c€/kWh). On peut raisonnablement conclure que les centrales au sol ne cout plus tres cher au client EDF.

Quant aux centrales sur toit, a 18 c€/kWh contr 60 il y a 3 ans, le cout pour le client est passe de 55 c€/kWh a 13, soit divise par 4, et encore ne prend-on pas en compte les couts evites de reseau qui devraient etre inclus si on veut etre justes.

Steph | 29 avril 2013 à 11h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@DL : PV = augmentation des GES ??? Quelles sont vos sources ???
En vérité, cette technologie rembourse sa dette en CO2 en seulement quelques années de fonctionnement. D'autant plus que les bilans carbone deviennent des critères de plus en plus surveillés (cf appels d'offres des centrales au sol par exemple). Sans compter les filières de recyclage qui se sont mises en place (PVcycle et Ceres notamment) et permettent aujourd'hui de valoriser une grande partie des modules usagés. Associés à un potentiel très important d'implantations possibles (sol ou bâtiment ; ressource fiable et connue ; peu de contraintes d'installation par rapport à d'autres technologies plus difficiles à installer dans certains endroits, cf éolien), le PV fait clairement lieu d'option sérieuse pour penser au mix énergétique !

Freretoc | 29 avril 2013 à 13h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…