En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les modalités de renouvellement des concessions hydroélectriques sont fixées

Les premiers appels d'offre pour le renouvellement des concessions hydroélectriques devraient être ouverts à la fin 2010. L'Etat a en effet cadré l'ensemble de la procédure visant à ouvrir à la concurrence une cinquantaine d'ouvrages d'ici 2015.

Energie  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
   
Les modalités de renouvellement des concessions hydroélectriques sont fixées
   
Le périmètre précis de renouvellement des concessions hydroélectriques attendu depuis plusieurs mois a été arrêté jeudi 22 avril par le ministère de l'Écologie. Dix concessions regroupant une cinquantaine d'ouvrages d'une puissance cumulée de 5.300 MW seront renouvelées d'ici 2015 soit 20% de la puissance installée.

Pour plus de cohérence, l'Etat a choisi de définir ce périmètre en regroupent plusieurs équipements hydrauliques installés sur un même cours d'eau. Les appels à candidatures se feront donc par vallée et leur ouverture s'échelonnera entre fin 2010 et 2013. Les concessions hydroélectriques dans les Alpes, les Pyrénées et le Massif central seront quant à elles attribuées entre 2013 et 2015. Ce nouveau périmètre nécessite toutefois d'anticiper la fin de concession sur plusieurs ouvrage ce qui oblige l'Etat à dédommager les concessionnaires.

Le choix des nouveaux concessionnaires se fera sur trois critères selon le ministère : critère énergétique, environnemental, et financier. L'Etat entend profiter de ces renouvellements pour moderniser les installations existantes et gagner en production. La mise en concurrence des concessions est en effet le premier volet d'un plan plus large visant à relancer l'hydroélectricité en France dans le cadre de l'exercice de programmation énergétique pour 2020. L'objectif concernant la production hydroélectrique en France métropolitaine est d'accroître l'énergie produite en moyenne sur une année de 3 TWh et d'augmenter la puissance installée de 3.000 MW au 31 décembre 2020 notamment en installant des turbines de nouvelle génération qui permettront d'accroître de 30 % la puissance électrique des barrages.
Cette modernisation devra toutefois se déployer dans le respect écosystèmes et des usages non énergétiques de l'eau et sur la base d'un nouveau modèle financier précisé dans le projet de loi Grenelle 2. En effet, sur le plan économique, les candidats devront proposer un taux pour la redevance proportionnelle au chiffre d'affaires de la concession. Le produit de cette redevance sera partagé à parts égales entre l'Etat et les collectivités territoriales.

Les énergéticiens dans les starting-blocks

La définition de ce périmètre de concession était très attendue par les énergéticiens. À l'occasion d'un débat organisé par le BIP Enerpresse la semaine dernière, Jean-François Alstofi, directeur de la division production-ingiénérie chez EDF estimait que ''la phase administrative avait assez duré'' et espérait ''entrer très vite dans le vif du sujet''. Surtout que l'énergéticien est le premier concerné en étant titulaire de plus de 86% des concessions remises en jeu. Les autres acteurs semblent tout aussi impatients et certains entendent bien se faire une place sur le marché français à l'image du Norvégien Statkraft : ''le marché français est le deuxième marché d'Europe'', justifiait Emmanuel Soetaert, président de Statkraft France. ''Le temps des grands barrages est terminé mais il y a un fort potentiel d'optimisation'', a-t-il ajouté tout en se gardant bien d'évoquer ses prétentions.

Le cadre étant fixé, les énergéticiens vont pouvoir entamer la procédure mais ce n'est pas avant cinq ans que les grands ''gagnants'' seront connus.

Réactions2 réactions à cet article

 
Concessions hydroelectriques

Nous y voila !
Il s'agit bien de dilapidation des biens communs car qui pourrait croire une fraction de seconde que des societes a but pour le moins lucratif vont moderniser des installations et les entretenir correctement, mieux que le concessionnaire EDF "d'etat" qui lui peut etre surveille et redresse alors que les prives s'en foutent des directives apres avoir signe le contrat. Voyez comment cela se passe pour les dechets menagers et autres.
J'aimerais tellement ne pas avoir raison !

Jeannot | 29 avril 2010 à 09h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Oui mais !.

Une concession est régie par un cahier des charges, ce dernier doit être respecté scrupuleusement, que ce soit par EDF ou tout autre concessionnaire.
Donc à charge de l'Administration de faire correctement sont travail pour vérifier les différentes obligations afférentes au cahier des charges.

Bibi06200 | 25 juin 2010 à 10h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager