En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Bugey 5 : la réparation de l'enceinte de confinement pose question

Energie  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com

Le 23 juillet, le réacteur 5 de la centrale nucléaire du Bugey (Ain) redémarrait après un arrêt de près de deux ans imposé par les travaux nécessaires au colmatage d'une fuite de l'enceinte de confinement. Pour réaliser cette réparation, EDF avait dû reprendre le joint périphérique entre le radier et l'enceinte de confinement en y plaçant du lait de chaux. Pour garantir l'efficacité de la réparation, l'électricien devra mesurer tout au long de l'exploitation du réacteur le niveau de cette substance dans le joint périphérique. Les premiers contrôles ont déjà révélé une anomalie, selon un avis publié début septembre par l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

Le 2 août, l'Autorité de sûreté nucléaire a informé l'Institut que les niveaux du lait de chaux mesurés avant le redémarrage du réacteur ont montré que le béton du radier continuait à l'absorber lentement. Ce phénomène est normal, mais il "devait aboutir rapidement à une stabilisation du niveau du lait de chaux". Mais, il semble que ce ne soit pas le cas.

Le suivi réalisé depuis le redémarrage "montrent que le phénomène est toujours présent", explique l'IRSN. EDF demande donc l'autorisation d'effectuer des appoints en lait de chaux, si les mesures confirment la baisse du niveau. En effet, si cette baisse se poursuit, la réparation pourrait devenir inopérante avant le prochain arrêt du réacteur, explique l'IRSN.

Une réparation inadéquate ?

L'Institut ne s'oppose pas à la demande d'EDF. Cependant, il pose des conditions. Tout d'abord, l'intervention des travailleurs dans l'enceinte de confinement (mesure du niveau et appoint en lait de chaux) ne doit pas durer plus d'une heure. Ensuite, si le niveau du lait de chaux ne se rétablit pas dans les dix minutes suivant l'intervention, EDF devra informer l'ASN.

Surtout, l'IRSN souhaite être informé de chaque ajout de lait de chaux et des volumes d'appoint réalisés. L'Institut note que des appoints trop fréquents ou importants traduiraient une "potentielle inadéquation" de la solution retenue par EDF pour rétablir l'étanchéité de l'enceinte du réacteur 5 du Bugey.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…