En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Débat public sur Cigéo : la CNDP suspend les réunions pendant 15 jours

Déchets  |    |  Camille SaïssetActu-Environnement.com

A la suite de l'arrêt en plein vol de la réunion inaugurale du débat public sur le projet de Centre industriel de stockage géologique réversible de déchets nucléaires de haute et moyenne activité (Cigéo), la Commission nationale du débat public (CNDP) a décidé de différer les deux prochaines réunions publiques. Elle s'investit dans l'organisation au plus vite d'une table ronde réunissant tous les acteurs de Meuse et de Haute-Marne : parlementaires, élus, responsables sociaux professionnels, syndicats, associations et l'Etat.

Garante du "droit au débat qui comprend notamment l'information des citoyens et la possibilité pour chacun de faire entendre ses arguments, y compris sur l'opportunité du projet", la CNDP envisage de nouvelles formes de participation du public, certaines destinées aux citoyens directement concernés par le projet et pour tous un forum citoyen sur Internet.

Conscients de l'impact sur le projet de Cigéo des quatre scénarios du futur bouquet énergétique présentés dans le cadre du débat national sur la transition énergétique le jour même de cette réunion avortée, et de l'avis de l'ASN formulé la veille, la CNDP exprime l'urgence d'une saisine des principaux producteurs de déchets qui justifient d'envisager un tel projet, et bien sûr du maître d'ouvrage, l'Andra.

Enfin, elle rappelle que la tenue d'un débat public sur les grands projets ayant un impact sur l'environnement et l'aménagement du territoire est un droit établi et protégé par la loi relative à la démocratie de proximité. Qualifiant ce fait de "progrès démocratique considérable", elle précise qu'il résulte de l'engagement de la France dans l'application de la Convention d'Aarhus et l'érige en autorité neutre et indépendante.

"S'opposer physiquement et quels qu'en soient les motifs, à l'exercice de ce droit, revient à porter atteinte à une liberté fondamentale" avertit-elle, avant d'appeler "toutes les parties prenantes à faire preuve d'esprit de tolérance et d'ouverture". Et ce, tant à la reprise des réunions publiques que sur le site Internet où le débat s'amplifie.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…