Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Réseaux énergétiques : le plan européen pour intégrer l'éolien en mer et le gaz vert

La Commission européenne propose de réviser le règlement sur les infrastructures énergétiques afin de préparer la neutralité carbone. Elle mise sur une meilleure intégration de l'éolien en mer, de l'hydrogène et du biogaz.

Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com
Réseaux énergétiques : le plan européen pour intégrer l'éolien en mer et le gaz vert

La Commission européenne a adopté, le 15 décembre, une proposition de révision du règlement RTE-E sur les réseaux énergétiques transeuropéens, adopté en 2013. « Le moment est venu d'investir dans les infrastructures énergétiques de demain. Les règles RTE-E révisées permettront d'intégrer des technologies propres dans notre système énergétique, y compris l'énergie éolienne en mer et l'hydrogène. Nous devons dès à présent mettre nos infrastructures énergétiques à niveau pour atteindre l'objectif de neutralité climatique à l'horizon 2050 », explique Frans Timmermans, vice-président exécutif chargé du pacte vert pour l'Europe.

Des projets d'intérêt commun (PIC) seront soutenus pour accélérer l'électrification du système énergétique, intégrer les énergies marines, accélérer le verdissement de l'approvisionnement en gaz. A l'inverse, les infrastructures de transport de pétrole et de gaz naturel ne seront plus éligibles aux aides.

Tous les nouveaux projets devront répondre à des critères de durabilité, mais aussi d'efficacité énergétique. « Seuls [seront] sélectionnés en tant que projets d'intérêt commun les projets d'infrastructure pour lesquels il n'existe pas de solutions alternatives raisonnables et qui contribuent aux objectifs de décarbonation de l'UE », indique la Commission.

Adapter les réseaux aux gaz renouvelables

Les smart grids, le transport d'hydrogène et certains types d'électrolyseurs seront ajoutés à la liste des infrastructures énergétiques soutenues. « Le futur réseau d'hydrogène européen devrait consister dans une large mesure en éléments de l'infrastructure de transport de gaz naturel réaffectés au transport de l'hydrogène, mais il nécessitera également des infrastructures nouvelles », estime la Commission.

Le réseau gazier existant est également adapté au transport de biométhane. Pour engager cette évolution, « la Commission propose de créer une nouvelle catégorie d'inves-tissement, celle des réseaux gaziers intelligents, afin de permettre l'injection dans le réseau de ces nouveaux gaz propres afin de remplacer le gaz naturel ». Il s'agira avant tout de mettre à niveau les réseaux actuels pour intégrer les gaz renouvelables et bas-carbone.

Les infrastructures de transport de dioxyde de carbone en vue de son stockage seront également soutenues.

Des plans de développement de réseaux pour chaque bassin maritime

Un accent sera également mis sur les réseaux électriques en mer, avec des dispositions facilitant leur planification et une mise en œuvre plus intégrée des projets, précise l'exécutif européen.

Des corridors prioritaires en mer seront définis, dans les différents bassins maritimes européens, et des plans de développement de réseaux intégrés en mer seront élaborés. « Les États membres, avec le soutien de la Commission, vont à présent définir et arrêter conjointement le volume de la production d'énergie renouvelable en mer à déployer dans chaque bassin maritime d'ici à 2050, avec des étapes intermédiaires en 2030 et 2040 », explique la Commission. Ces objectifs devront prendre en compte le potentiel d'énergies renouvelables en mer de chaque bassin maritime, la protection de l'environnement, l'adaptation au changement climatique et les autres usages de la mer.

Un guichet unique sera mis en place pour chaque bassin maritime. Il doit permettre de simplifier les procédures et de réduire les délais d'autorisation des infrastructures de transport en mer.

Réactions4 réactions à cet article

 

Rien compris, on cherche par tous les moyens des énergies renouvelables dont fait partie l'éolien marin,qui n'a rien à voir avec le terrestre, en effet il y a tout le temps du vent, brise de mer brise de terre appris à l'école, si le mécanisme de suivi des vents est suffisament rapide (ce qui n'est pas le cas en terrestre) il y a une production intéressante et régulière, enfin sans doute il faudrait changer de concept puisqu'il y a refus de passer aux éoliennes à axe vertical, et passer aux 6 pales à voilure variable pour tourner dès 5m/s et réguler par vent fort.
Quand à lacher du lest devant touristes en bateau ou marins pêcheurs, toute réserve marine est la bienvenue.

pemmore | 17 décembre 2020 à 10h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On va vouloir construire des dizaines de milliers de kilomètres de lignes haute-tension pour distribuer un courant éolien marin imprévisible (non, cher Penmore, la brise de mer ne souffle pas tout le temps, le rendement de l'éolien marin est de l'ordre de 40%, que fait-on le reste du temps ???) sur tout le territoire. A-t-on seulement sondé les écolos, qui s'opposent à ce genre d'équipement… Pour pallier cette opposition, l'Allemagne utilise déjà les réseaux de ses voisins, au risque de les faire s'effondrer…

dmg | 17 décembre 2020 à 22h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Neutralité carbone le biométhane ? ben voyons ...

Daniel | 17 décembre 2020 à 23h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est certain que l'augmentation des réseaux électriques (HT, MT, BT) et des couches de gestion supplémentaires (smartgrid, blockchains..) va considérablement complexifier les réseaux de distribution (électricité, gaz) en augmentant les coûts et au risque de ne plus bien les contrôler.....Pas certain que cela permette l'utopie de la concurrence si chère à la commission européenne dans un secteur où les flux d'énergie de forte puissance ne se manipulent pas aussi facilement que des flux d'énergie comme l'internet qui d'ailleurs commence à saturer lui aussi (cf l'internet quantique..). Je crains que l'on s'éloigne de la LowTech souhaitable pour une transition efficiente...Nous verrons bien mais nous risquons bien de rencontrer les mêmes problèmes que pour les réseaux ferrés où il n'est pas aisé de faire transiter X trains sur une même ligne! Ayons CONFIANCE !!!!!

GEGE42 | 18 décembre 2020 à 18h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager