Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le réseau mondial de l'Unesco compte désormais 727 réserves de biosphère

Biodiversité  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

Les réserves de biosphère de l'Unesco couvrent désormais plus de 5 % de la surface terrestre. Vingt nouveaux sites viennent de rejoindre ce réseau mondial. Son objectif ? Favoriser dans ces espaces des solutions conciliant la conservation de la biodiversité et son utilisation durable. Dans ces sites, les acteurs impliqués dans la planification et la gestion ainsi que les communautés locales doivent intégrer trois « fonctions » principales : une conservation de la biodiversité et la diversité ; un développement économique durable sur le plan socioculturel et environnemental ; un soutien logistique au développement par la recherche, l'éducation et la formation. « L'Unesco accompagnera les pays pour réaliser l'objectif d'atteindre le seuil de 30 % de zones protégées en 2030 », a déclaré Audrey Azoulay, la directrice générale de l'Unesco.

Les réserves sont proposées par les gouvernements nationaux et sont désignées par le directeur général de l'Unesco à la suite des décisions du Conseil international de coordination du Programme sur l'homme et la biosphère (MAB ICC). À ce jour, le réseau compte désormais 727 sites (pour 714 l'année dernière). Certains sites ont été fusionnés, d'autres retirés.

Trois pays rejoignent pour la première fois le réseau : l'Arabie saoudite, le Lesotho et la Libye, avec respectivement les réserves de biosphère des Juzur Farasan, de Matšeng et d'Ashaafean.

En Europe, la réserve de biosphère Mur-Drave-Danube devient le premier site cogéré par cinq pays (Autriche, Croatie, Hongrie, Serbie, Slovénie). Elle vise « à créer un modèle de coopération internationale pour la gestion des bassins fluviaux, tout en jetant des ponts entre les populations humaines et la nature ».

La France, quant à elle, compte un nouveau site en Martinique et un en Moselle-Sud.

Réactions1 réaction à cet article

 

Il faudrait en France protéger surtout les pinèdes en métropole et Corse, ça passe tellement de temps à s'amuser à y mettre le feu.
"petit mégot, tu vas pas salir ma belle bagnole, et hop par la fenêtre!"

pemmore | 17 septembre 2021 à 13h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

TD-Diver & Baro-Diver : sondes / surveillance des eaux souterraines SDEC