En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'aéroport Lyon-Saint Exupéry entend réduire 350 tonnes d'émissions de CO2 par an

Transport  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Les principaux acteurs français du transport aérien, dont l'Union des aéroports français (UAF), ont signé le 28 janvier 2008, dans le cadre du Grenelle, une charte volontaire avec le MEEDDAT visant à réduire les nuisances des appareils et les émissions polluantes du secteur.

Dans le cadre de cette convention et d'un plan Grenelle présenté le 27 mars 2008 dans lequel il s'engage à réduire les émissions de GES liées à ses activités, l'aéroport Lyon-Saint Exupéry a annoncé hier la mise en service d'un réseau d'alimentation électrique en 400 Hz sur la plate-forme afin de fournir l'énergie aux avions en escale et réduire le recours aux APU (Auxiliary Power Unit) et aux GPU (Ground Power Unit) par les compagnies aériennes.

Les APU alimentées au kérosène et les GPU fonctionnant au Gasoil, fournissent l'énergie électrique nécessaire et l'air comprimé utilisés pour démarrer les avions, les climatiser ou les pressuriser. Ils sont à l'origine de bruit et d'émissions atmosphériques lors de l'escale (ou arrêt des avions). Par exemple, un Airbus A320 consomme 100 à 150 kg de kérosène par heure au sol, rappelle l'aéroport dans un communiqué.

Avec la mise en service de cette installation, l'aéroport Lyon-Saint Exupéry prévoit l'économie de 350 tonnes de CO2 par an. Au-delà de l'incontestable intérêt environnemental, cette installation permet également d'obtenir de meilleures conditions de travail pour le personnel avec la réduction du bruit et une forte réduction des émissions au sol, ajoute l'aéroport.

La réalisation de ce réseau électrique représente un investissement de plus de 3 millions d'euros en 2008 et 2009.

Réactions1 réaction à cet article

 
350 tonnes ça reste très modeste

Ca va dans le bon sens, mais 350 tonnes de réduction annuelle d'émissions de C02 ça reste très modeste.
C'est l'équivalent des émissions annuelles de 200 voitures moyennes émettant 150 gr de CO2 au km et faisant 12000 km par an

Pour faire preuve de réalisme, il faudrait comparer ces 350 tonnes aux tonnes de CO2 émises par an par tous les vols qui ont Saint Exupéry comme départ ou comme arrivée
J'espère que cette donnée est calculée chaque année, pour pouvoir en suivre l'évolution aussi objectivement que possible (ce qui suppose bien sûr une méthodologie de calcul)

Merci de votre réaction

Jean Murard | 19 février 2009 à 21h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager