En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Développer les réseaux de froid à base d'EnR, ou comment réduire l'impact de la climatisation

Le quartier Seguin Rives de Seine à Boulogne-Billancourt (92) est alimenté en froid par un réseau basé sur le stockage de glace et le refroidissement par eau de Seine. Une installation peu polluante comparativement à de multiples petites centrales de climatisation collective.

Reportage vidéo  |  Energie  |    |  Marie Jo SaderActu-Environnement.com
Développer les réseaux de froid à base d'EnR, ou comment réduire l'impact de la climatisation

C'est sur le Pont de Sèvres, que s'ouvre sous nos pieds la centrale frigorifique qui alimente les bâtiments tertiaires de la ZAC Seguin-Rives de Seine, un quartier de Boulogne-Billancourt (92) de 74 hectares. Entièrement invisible de l'extérieur, l'installation est composée d'une centrale de production avec du froid positif (au dessus de 0°C) et négatif (en dessous de 0°C) pour un écrêtage de la puissance et de la consommation électrique grâce au stockage de glace. Celui-ci fonctionne comme des batteries, avec une recharge la nuit et une décharge le jour au moment où le besoin en climatisation est le plus important dans la journée.

Le refroidissement de l'ensemble est assuré par une station de pompage d'eau de Seine qui fonctionne même en free-cooling l'hiver lorsque la température de l'eau est proche de 5°C. L'énergie est alors transportée via un réseau de canalisation souterrain pour être livrée aux clients via un échangeur installé dans chaque bâtiment raccordé.

Encore peu de réseaux de froid

Moins de consommation électrique et d'eau, mobilisation d'énergies renouvelables, efficacité énergétique grâce à des machines à haut rendement, réduction de moitié des émissions de CO2 et faibles risques sanitaires (légionellose) et de dispersion des polluants, les réseaux de froid disposent de nombreux atouts par rapport aux installations de climatisation individuelles. Pourtant avec les réseaux de chaleur, ils ne constituent que 6% de l'énergie thermique distribuée en France. Sur les 479 centrales du pays, 16 produisent du froid et 469 de la chaleur.

Mais paradoxalement, le réseau de froid de Paris Climespace (groupe GDF Suez) est le plus important d'Europe avec 70 km de canalisations et 5 millions de m2 carrés raccordés. Sur le même modèle que cette centrale parisienne, l'installation de la ZAC Seguin-Rives de Seine est le fruit d'une délégation de service public de la ville de Boulogne-Billancourt, portée cette fois par la société Idex.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Marie Jo Sader

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…