Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La réserve naturelle des Glorieuses officiellement créée

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Il s'agit de la 170e réserve nationale. Le décret créant la réserve naturelle de l'archipel des Glorieuses, appartenant aux îles Éparses dans le sud-ouest de l'océan indien, est paru ce jeudi 10 juin au Journal officiel.

Les Glorieuses sont situées au cœur de l'un des 35 « points chauds » de la biodiversité mondiale. Elles abritent quelque 3 000 espèces, dont les tortues vertes et imbriquées, les baleines à bosse et plusieurs espèces d'oiseaux marins, dans des écosystèmes remarquables tels que les récifs coralliens et les herbiers de phanérogames marines. Mais la création du parc naturel marin en 2012, dont la réserve naturelle prend le relais, n'a pas enrayé les atteintes au milieu et aux espèces. « On estime (…) que la région aurait déjà perdu près de 70 % de ses espèces », indiquait le rapport de présentation du projet de réserve en mai 2020. En cause ? De fortes pressions anthropiques : activités illégales de pêche, introduction d'espèces exotiques envahissantes, dérangements liés à la fréquentation humaine, changements climatiques, macrodéchets... Se pose donc la question des moyens dédiés à la surveillance et à la gestion de la réserve. Une question qui est particulièrement ressortie de la consultation publique menée l'année dernière.

La création de cette réserve est une concrétisation de la stratégie nationale des aires protégées annoncée par Emmanuel Macron en janvier dernier lors du One Planet Summit, explique le ministère de la Transition écologique. « Protéger 30 % des espaces terrestres et marins français d'ici à 2022 est une belle ambition. Le véritable défi est de placer 10 % de nos aires protégées sous protection forte. Au-delà des chiffres, l'enjeu est de concentrer nos efforts sur les « points chauds » de biodiversité dont l'archipel des Glorieuses et les écosystèmes remarquables qu'il abrite, est un parfait exemple », explique Bérangère Abba, secrétaire d'État chargée de la biodiversité. « Au-delà de la reconnaissance de la biodiversité exceptionnelle de l'archipel des Glorieuses, la création de cette réserve naturelle constituera un formidable terrain pour la recherche scientifique grâce à la station internationale financée et créée en 2020 et pouvant accueillir huit personnes »,  ajoute Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer.

Réactions2 réactions à cet article

 

Des îles totalement inhabitées et ravagées, on peut se demander ce qu'il se passe?
C'est particulièrement choquant.
C'es îles dépendent de la région Réunion, faut recruter du monde la-bas pour faire appliquer la loi.

pemmore | 11 juin 2021 à 16h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le secteur de la conservation de la nature souhaite transformer 30% de la planète en réserve naturelle en détournant des milliards de dollars destinés à atténuer le changement climatique vers des "solutions climatiques naturelles". Ce serait un désastre pour l'humanité et pour la planète :
Il s'avère que la plus grande diversité ne se trouve pas dans les zones où toute interférence humaine est interdite - elle se trouve dans les endroits où les peuples autochtones et autres communautés locales sont restés sur place et ont continué à faire ce qu'ils ont toujours fait, gérer leur environnement.
Dans des endroits aussi différents que l'Australie, le Brésil et le Canada, on trouve plus de diversité dans les territoires autochtones que dans les Aires Protégées.
80 % de la biodiversité se trouve en territoire autochtone et ceci est valable chez nous. Les autorités s'acharnent à protéger des aires en bonne santé en continuant de bétonner à outrance.

le New Deal for Nature - un tiers du globe volé pour le profit, en bafouant les droits autochtones. Le plus grand accaparement de terres du monde, soi-disant « vert » est censé sauver le monde.

ouragan | 11 juin 2021 à 17h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Capteurs de pression VEGABAR 10, 20, 30 à plage de mesure étendue VEGA