Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Réserve naturelle de la plaine des Maures : le casse-tête pour trouver un nouveau gestionnaire

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

L'incendie survenu, le 16 août 2021, dans la réserve naturelle de la plaine des Maures a exacerbé les tensions qui préexistaient entre les parties prenantes du territoire. Après l'annonce du département du Var de son retrait de la gestion de cet espace protégé, la ministre de la Transition écologique et sa secrétaire d'État à la Biodiversité avaient missionné le Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD), en octobre dernier, afin d'assurer « la restauration et la bonne gestion dans le temps » de cette réserve de 5 700 hectares. Créée en 2009, cet espace, d'une très riche biodiversité, abrite l'emblématique tortue d'Hermann.

Le CGEDD a publié, le 25 avril, son rapport de mission, daté du mois de mars, dans lequel il émet onze recommandations à l'attention de l'État, des collectivités territoriales et du futur gestionnaire de la réserve. Les principales tensions, rapportent les auteurs, portaient sur « la prééminence de l'activité de police, le déficit de dialogue et de concertation, et les modalités de prise en compte de la biodiversité dans les travaux, notamment de défense des forêts contre l'incendie (DFCI) ». Face à ce constat, ils recommandent d'inscrire la réserve dans un projet de territoire en développant « des solidarités écologiques et économiques ». La mission voit d'ailleurs dans le projet de création d'un parc naturel régional par la Région une opportunité.

Elle estime que les activités de pastoralisme, de gestion forestière et de viticulture peuvent être favorables à la biodiversité et à la prévention contre les incendies « si elles empruntent des itinéraires techniques appropriés ». Quant aux travaux de défense contre l'incendie, elle recommande la réalisation d'un plan intercommunal de débroussaillement et d'aménagement forestier (Pidaf) centré sur le périmètre de la réserve. Sur le volet répressif, la mission préconise de hiérarchiser les atteintes au milieu naturel : « La place de la police doit être repensée, avec une approche plus progressive pour les infractions n'ayant pas d'impact direct sur le milieu naturel mais en maintenant une forte mobilisation sur les atteintes à l'intégrité de la réserve. »

Pour le choix du futur gestionnaire, le CGEDD préconise le lancement d'un appel à manifestation d'intérêt (AMI) sur la base d'un cahier des charges prévoyant une période de transition de deux ans afin que « le futur gestionnaire crée des liens de confiance avec les acteurs du territoire, initie des concertations sur les sujets essentiels identifiés et prépare un projet stratégique ». Deux associations, la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) et la Société nationale de protection de la nature (SNPN) se sont portées candidates auprès de la ministre de la Transition écologique, tandis que d'autres acteurs, comme le conservatoire des espaces naturels de Provence-Alpes-Côte d'Azur (CEN Paca), le syndicat mixte de la plaine des Maures ou la Région, ont été envisagés. Mais « aucune des candidatures déclarées ne s'impose naturellement auprès d'une majorité d'acteurs », a constaté la mission avant de préconiser cet AMI.

Réactions2 réactions à cet article

 

J'étais en vacances à la Garde Freinet lors de l'incendie et une chose m'a interpellée: les propriétaires particuliers sont tenus de débroussailler régulièrement leur terrain et d'élaguer les arbres (chênes verts, chênes lièges, pins..) surtout s'ils sont très hauts, ce qu'ils font. De plus ils ont le plus souvent un réseau dense de bornes à incendies sur leur propriété (21 exactement sur un domaine de 5 hectares dans la maison d'hôtes où j'étais accueillie). Mais ce n'est pas le cas pour les forêts domaniales de la réserve, qui ne sont pas bien entretenues ni sécurisées en eau. Ainsi les canadairs et dashs ont pris des risques énormes tout au long de la semaine pour déverser leur cargaison d'eau de mer ou de produits extincteurs sur les parties inaccessibles de la Plaine. Je pense qu'on gagnerait à développer un réseau quadrillé de bornes d'arrosage automatique sur l'ensemble des zones forestières domaniales , avec programmation informatique de la mise en action des bornes (même si cela paraît un gros investissement, ça peut se faire progressivement en commençant par les endroits les plus reculés). La police est effectivement très présente pour surveiller et interdire d'accès les massifs, mais là encore j'ai été étonnée car l'incendie a démarré un lundi après midi, et les policiers avaient déjà fermé les massifs depuis le vendredi précédent, à cause de la chaleur et de la sécheresse...preuve que ces mesures n'éradiquent pas le danger.

gaïa94 | 10 mai 2022 à 17h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

(suite) il faudrait aussi mettre des panneaux d'interdiction de fumer (mégots) de faire du feu, de laisser des bouteilles en verre ou de les casser (effet miroir) avec les sanctions encourues pour les contrevenants. J'ai vu des mégots un peu partout sur les sentiers qui surplombent la Garde Freinet et des bouts de verre en quantité , tout ceci montre que la population ne se préoccupe pas du risque, voire le provoque, comme me l'a dit une habitante: des pyromanes trouvent très amusant d'encourager des départs de feu de cette manière, hors de leur présence.

gaïa94 | 10 mai 2022 à 17h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Sonde EXO : surveiller la qualité des eaux en milieux naturels et marins Xylem Analytics France