En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Réserve de Crau : la nappe phréatique touchée par la pollution aux hydrocarbures

Eau  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Le déversement de 4.000 m3 de pétrole, survenue le 7 août à la suite d'une rupture de l'oléoduc dans la réserve naturelle nationale de la Crau (Bouches-du-Rhône), a touché la nappe phréatique, a indiqué le 7 septembre la Société du pipeline sud-européen (SPSE), après avoir relevé des signatures [traces] en hydrocarbures sur certains des piézomètres, des instruments de mesure installés autour de la zone polluée.

La société, dont les actionnaires majoritaires sont Total et Exxon, précise qu'une campagne de prélèvements et d'analyses faite sur les puits et captages d'eau potable à proximité ne révèle aucun signe de pollution. Il s'agit aujourd'hui de mieux caractériser la nappe en amont de la zone de fuite, souligne SPSE, ajoutant qu'un nouveau piézomètre sera installé afin de déterminer la part de la pollution imputable à la fuite de l'oléoduc. La société pourrait en outre mettre en œuvre un protocole de traitement de la nappe en cas de pollution avérée. Des analyses doivent également mesurer les impacts éventuels sur la faune et la flore.

Cette annonce intervient alors que plusieurs d'associations environnementales parmi lesquelles France Nature Environnement (FNE) et la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) ont dénoncé le 7 septembre des travaux titanesques de dépollution entrepris par la société. Ces travaux consistent à retirer 36.000 tonnes de terre sur cinq hectares touchés, avec une rotation d'environ 1.500 camions.

Les associations se disent dans un communiqué inquiètes des conséquences des travaux de dépollution et redoutent que la priorité pour SPSE soit juste de remettre le pipeline en état de marche au plus vite ! . Selon elles, la circulation se fait de manière désordonnée sur le chantier et les engins roulent et écrasent végétaux et animaux sur plus de 13 hectares de milieu naturel protégé alors qu'aucune voie d'accès n'a été définie en accord avec la réserve naturelle.

De son côté, la SPSE a reconnu lundi avoir installé le chantier dans une grande urgence pour éviter une extension de la pollution par pénétration dans le sol et via des épisodes pluvieux tout en ajoutant que la mise en route a été compliquée et que toutes les dispositions évoquées dans le protocole n'ont pas été respectées, les premiers jours, dans leur intégralité. Les associations demandent notamment la mise en œuvre d'un suivi du chantier de dépollution, avec des points d'étapes réguliers et avec la possibilité de tout stopper en cas de problème, et une analyse sur l'état et les risques des canalisations et installations industrielles, actuelles et futures qui traversent la Crau.

Réactions2 réactions à cet article

 
Total encore...

"La société, dont les actionnaires majoritaires sont Total..."
Cette entreprise va devoir un jour rendre compte de ses incompétences et lâchetés devant les tribunaux .

galaxie | 09 septembre 2009 à 09h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
soyons tous plus responsables

je ne connaissais pas la Réserve de crau.C'est grace à mon fils qui regarde une certaine émission de tv.mais je suis désolée de voir que ce site n'échappe pas('malheureusement )à la polution.C'est désolant..Mais ns sommes tous coupables car tous ns utilisons ces produits poluant)

martine | 02 mai 2010 à 10h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager