Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Restauration rapide : le tri des déchets en salle progresse peu

Les professionnels assurent que le tri des déchets d'emballages progresse dans les fast-foods. Pour autant, les progrès sont lents et il semble que la collecte des déchets triés en vue de leur recyclage ne soit pas toujours au rendez-vous.

Déchets  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com
Restauration rapide : le tri des déchets en salle progresse peu
Actu-Environnement Le Mensuel N°400 Cet article a été publié dans Actu-Environnement Le Mensuel n°400
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

En juin dernier, quinze enseignes de la restauration rapide passaient un contrat d'engagement avec le ministère de la Transition écologique et solidaire. Celui-ci prévoit que, fin 2019, 70 % des établissements trient les déchets des clients en salle, puis 90 % en 2020 et enfin 100 % en 2021. Sont concernés, les fast-foods, comme Burger King, KFC, Domino's Pizza, ou McDonald's, ainsi que les sandwicheries, telles que Class'Croute, La Croissanterie, Brioche Dorée, Paul, Starbucks, ou Subway. Cette signature était censée clore la polémique, lancée en octobre 2017 par un rapport de l'association Zero Waste France. Celui-ci démontrait que sur 122 fast-foods visités par l'ONG, seulement cinq proposaient le tri des déchets en salle.

Sur quelle base est calculée la conformité ?

#ZerodéchetauMcDo, un collectif citoyen, a décidé de vérifier si McDonald's respecte le contrat passé avec le ministère de la Transition écologique. Selon ses observations, ce n'est pas le cas : les tous derniers chiffres du collectif montrent que seulement 36 % des 179 restaurants visités (sur un total de 1 470) sont dans les clous.

McDonald's confirme indirectement ces chiffres : « depuis la signature de la charte d'engagement, nous avons ouvert des filières de tri, collecte et valorisation à un rythme de deux restaurants McDonald's par jour ouvré », explique l'enseigne. À ce rythme, quelque 350 restaurants sont passés au tri depuis juin dernier, soit un peu moins de 25 % de l'ensemble. « Aujourd'hui, l'intégralité des restaurants a engagé le processus de création de filière locale pour poursuivre le déploiement à un rythme aussi soutenu », poursuit l'enseigne, ajoutant « [être] donc bien en capacité de proposer le tri sélectif dans 100 % de ses restaurants en trois ans ».

Le Syndicat national de l'alimentation et de la restauration rapide (Snarr) explique pour sa part que, dans l'ensemble, les signataires se sont conformés au contrat. « La plupart ne sont pas loin des objectifs », assure Cerise Ducos, responsable des affaires règlementaires au Snarr, précisant que le détail du déploiement a été envoyé au ministère de la Transition écologique début janvier. Mi-janvier, le ministère confirmait avoir reçu les données. Toutefois, il ne les avait pas encore toutes étudiées.

Quoi qu'il en soit, les chiffres pourraient être biaisés par l'application d'une clause du contrat d'engagement qui prévoit que les restaurants présentant des contraintes opérationnelles puissent obtenir un délai supplémentaire. L'atteinte des 70 % porte-t-elle sur l'ensemble des établissements, ou seulement sur ceux qui n'ont pas de contraintes opérationnelles ? Ni le ministère, ni les professionnels ne répondent à cette question.

La collecte doit encore être généralisée

Par ailleurs, au-delà de l'installation de bac de tri dans les salles de restaurant, la collecte des déchets triés pose aussi problème. Les enseignes font face à une double contrainte. Tout d'abord, l'éparpillement des restaurants aboutit à une collecte diffuse. Ensuite, le manque de place et les règles sanitaires imposent une fréquence de collecte élevée. La combinaison des deux facteurs fait exploser les coûts. « On doit réaliser des prestations sur-mesure », confirme Muriel Olivier, déléguée générale de la Fédération nationale des activités de la dépollution et de l'environnement (Fnade).

 
Depuis la signature de la charte d'engagement, nous avons ouvert des filières de tri, collecte et valorisation à un rythme de deux restaurants McDonald's par jour ouvré.  
McDonald's France
 
Pour y remédier, les professionnels de la restauration cherchent à mutualiser les tournées, de sorte qu'un prestataire unique collecte les déchets de plusieurs enseignes d'une même zone (un centre commercial, par exemple). Des discussions ont eu lieu ces derniers mois entre les acteurs pour établir des règles communes en vue de lancer des appels d'offres. Ils se sont notamment entendus sur une harmonisation des schémas de collecte.

Mais pour l'instant, seules des expérimentations sont en cours dans des zones tests. La généralisation de la collecte viendra plus tard. Certains établissements ont donc équipé leur salle de bac de tri, alors qu'ils ne disposent pas encore de solution de collecte. Des exploitants en ont même informé leurs clients, explique la représentante du Snarr. La Fnade confirme indirectement le peu de collecte sélective des déchets triés en salle : les appels d'offres n'ont pas été encore lancés, explique-t-elle.

La loi rebat les cartes

Les professionnels de la restauration et du traitement pointent aussi des évolutions règlementaires et législatives qui compliquent la mise en œuvre du tri en salle. ces évolutions peuvent remettre en cause le contrat passé avec les pouvoirs publics.

La première contrainte est liée au décret qui interdit les gobelets, verres, assiettes et couverts jetables, ainsi que les plateaux-repas, pots à glace, saladiers et boîtes destinés à la consommation sur place ou à emporter depuis le 1er janvier 2020. Ces interdictions ont un impact direct sur la nature des déchets à collecter, ce qui modifie les flux de déchets en termes de nature et de valeur, et altère le modèle économique du dispositif de collecte.

Quant à la loi économie circulaire qui vient d'être adoptée au Parlement, elle contient des dispositions « dramatiques », estime le Snarr. La mesure la plus critiquée est la fin annoncée, au plus tard en 2023, du tout jetable dans la restauration rapide. Le texte impose l'utilisation de gobelets, de couverts, d'assiettes et de récipients réemployables. Cette mesure, critiquent les professionnels de la restauration rapide, remet en cause le déploiement du tri dans le secteur. « À quoi bon investir dans un dispositif qui sera caduc dans trois ans ? », interrogent en substance les professionnels du secteur.

Réactions3 réactions à cet article

 

Comment se matérialisent les objectifs des fast food ?
Et Est-ce que les consommateurs de fast food (que j'ai été il y a bien longtemps) trieront comme ils le font quand ils jettent gobelet, paquets et pailles dans la nature?
Je demande à voir avant de le croire...

Cyril31 | 04 février 2020 à 09h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A "restauration" rapide, "tri" rapide : hors salle, zou ! , les déchets sont jetés pêle-mêle sur les parkings de zones commerciales, dans les fossés et tallus ou carrément sur la route ! Si les consommateurs sont les principaux responsables, la responsabilité des sociétés commercialisant ces "repas" est également pleine et entière.
Les anglais ont interdit depuis quelques d'années les emballages jetables avec collerette (type sundays ou jus d'orange) au motif de la mortalité qu'ils occasionnent sur les hérissons qui viennent lécher l'intérieur, se trouvent prisonniers de l'emballage et finissent par en mourir. Si c'est possible outre-Manche, pourquoi pas chez nous ?

Pégase | 04 février 2020 à 12h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Résumons donc...
En juin, le gouvernement et les chaines de restauration rapide, devant le constat de l'absence de tri en dépit de la loi dans les fast food, passent un accord pour que 70% des "restaurants" soient en conformité avec la loi fin 2019 et 100% en 2021.
Un peu comme si je me fais prendre sans contrôle technique sur ma voiture et que j'explique au gendarmes "bon, j'ai un peu trainé c'est vrai, mais promis d'ici la fin de l'année je m'occupe des freins et dans deux ans et demi, si tout va bien, je serais en règle."
J'étais déjà assez choqué à l'époque qu'on accepte de négocier la loi avec MacDo, mais les entendre aujourd'hui expliquer qu'il sont très loin de l'objectif négocié, et que même là ou on trie, tout rejoint la même poubelle à la sortie je trouve qu'il y a de quoi être en colère !
Alors quand en plus ils se justifient en expliquant qu'ils n'ont pas anticipé la complexité de l'installation de poubelles de tri, et qu'en plus vu que bientôt on n'aura plus droit au tout jetable, je boue un peu...
Je proposerais donc à l'état de changer de méthode de négociation : les points de vente qui ne sont pas en règle seront fermés administrativement jusqu'à leur mise en conformité, comme on fait avec les petits commerçants.
Vous verrez qu'on va être dans une vrai démarche de progression! Dura lex, sed lex !

Seb | 04 février 2020 à 16h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager