En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Abeilles : l'usage du fipronil sera restreint dans l'UE fin 2013

Afin de limiter la mortalité des abeilles, les Etats membres ont approuvé la proposition de la Commission européenne visant à restreindre pour deux ans les traitements de semences à base de fipronil, matière active du pesticide Régent de BASF.

Biodiversité  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
Abeilles : l'usage du fipronil sera restreint dans l'UE fin 2013

Les représentants des Etats membres, réunis le 16 juillet en comité d'experts du Comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale, ont soutenu la proposition de la Commission européenne de restreindre l'usage du fipronil, matière active du pesticide Régent de BASF, pour son impact sur la survie des abeilles.

Restriction d'un quatrième pesticide dans l'UE

Il s'agit du quatrième insecticide appartenant à la famille chimique des phénylpyrazoles interdit pendant deux ans dans l'Union européenne. En mai dernier, l'UE a confirmé la restriction de trois pesticides de la famille des néonicotinoïdes (la clothianidine, l'imidaclopride et le thiaméthoxame) fabriqués par les groupes Bayer et Syngenta, à compter du 1er décembre 2013.

A l'instar des néonicotinoïdes, cette restriction du fipronil fait suite à un avis de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) qui a identifié le 27 mai des risques pour les abeilles. Lorsque cette substance est utilisée en tant que traitement de semences de maïs, l'Efsa a pointé un "risque aigu élevé" pour les abeilles exposées aux émissions de poussières issues de ces semences. En revanche, pour d'autres cultures, notamment le tournesol, "une évaluation complète des risques n'a pas pu être réalisée" par l'autorité faute de données. L'Efsa avait également estimé un risque "peu élevé en ce qui concerne les légumes pour lesquels l'utilisation du fipronil est autorisée, car les abeilles ne butinent pas leur pollen ou leur nectar".

La restriction, soutenue par 23 Etats membres, va elle plus loin que l'évaluation des risques de l'Efsa. Seuls deux pays ont voté contre - l'Espagne et la Roumanie utilisatrices - et trois pays se sont abstenus.

A compter du 31 décembre 2013, l'usage du fipronil sera donc interdit pour deux ans pour le traitement des semences de maïs mais aussi de tournesol. Le fipronil pourra être utilisé pour le traitement de semences pour certaines cultures sous serres, à l'exception des poireaux, des échalotes, des oignons et des légumes crucifères (choux de Bruxelles, choux-fleurs, brocolis...), liste la Commission européenne. La raison de ces exceptions ? "Les semences traitées peuvent aussi être semées sur le terrain, la récolte de ces cultures ayant lieu avant la floraison", explique Bruxelles dans un communiqué.

Les semences déjà traitées par le fipronil peuvent être utilisées jusqu'au 28 février 2014. "Les autorités nationales doivent veiller à ce que les restrictions soient correctement appliquées", a prévenu la Commission européenne.

Dès 2004, la France avait déjà interdit le pesticide Régent fabriqué par BASF, utilisé pour l'enrobage des semences de maïs et de tournesol, en raison de ses impacts sur les abeilles. Banni dans plus des deux tiers des pays de l'UE, le fipronil continue toutefois d'être utilisé sur le maïs en Espagne, en Hongrie, en République Tchèque, en Slovaquie ou en Bulgarie. Il est également utilisé en Belgique, en Roumanie et aux Pays-Bas pour d'autres cultures.

Une décision contestée par BASF

Dans un communiqué, le chimiste allemand BASF a aussitôt contesté les restrictions d'usages de son insecticide dans l'UE estimant qu'elles "limitent l'accès des agriculteurs à des technologies innovantes et approuvées par la réglementation".

"La décision prise au sujet du fipronil est le résultat d'une évaluation qui s'est largement focalisée sur de nouveaux domaines d'expertise sur les abeilles qui posent encore questions et pour lesquels il existe actuellement un débat dans la communauté scientifique. De plus, les données de terrain, qui valident un usage sécurisé de notre produit pour les abeilles n'ont pas été suffisamment prises en compte (…). Les autorités doivent s'engager à proposer une approche qui permette le renforcement de la santé des abeilles, tout en respectant un cadre scientifique solide", a déclaré Jürgen Oldeweme, vice-président du Département Sécurité produits et Affaires réglementaires de la division Protection des Plantes de BASF. Le groupe a appelé la Commission européenne à "s'engager dans un plan d'action ambitieux visant à identifier les réelles causes du déclin de la santé des abeilles".

Un moratoire insuffisant pour les ONG et les apiculteurs

De son côté, l'ONG environnementale Greenpeace estime que l'interdiction proposée ne "sera pas suffisante et que seule une interdiction totale à long terme peut aider à restaurer" la santé des populations d'abeilles. "La proposition de la Commission européenne comporte des lacunes pour diverses cultures avant la floraison, et pour les utilisations dans les serres. Ces lacunes font que le pesticide restera dans les sols et l'environnement", déplore l'ONG dans un communiqué.

Près de dix ans après la suspension du Régent en France, l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf) a salué cette décision mais demande également "d'aller plus loin", vers une interdiction de tout traitement insecticide préventif. "Le fipronil, tout comme les néonicotinoïdes, est très persistant dans le sol et une restriction de son utilisation, pour deux ans seulement, n'aura qu'un effet limité sur la santé des pollinisateurs. Les traitements préventifs sont des mauvaises pratiques agricoles à bannir", a souligné Olivier Belval, président du syndicat apicole.

Réactions1 réaction à cet article

 

et les autres pesticides, non interdite? ON N4EN PARLE PAS BEAUCOUP?§LES ABEILLES SONT VITALES POUR NOTRE SURVIE APPAREMMENT,ça n'a pas l'air d'alerter les gouvernements, pourquoi permet on encore aux fabricants de tous ces engrais et pesticides de continuer à vendre leur "mort" où sont les controles l'argent, est il plus important que la vie ?

emy | 24 juillet 2013 à 08h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…