En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

A la réunion du Comité de Paris hier soir, quasi consensus sur les objectifs de long terme

09 décembre 2015
Spécial COP - Retrouvez les moments forts de la conférence Retrouvez les moments forts de
 la conférence climat de Paris le Bourget

Le Comité de Paris a tenu sa deuxième session hier soir de 19h à 20h. Lors de cette réunion, le président de la COP, Laurent Fabius, a donné la parole aux ministres facilitateurs afin qu'ils rendent compte des résultats des consultations qu'ils ont menées durant la journée.

Sur l'accélération des mesures à prendre avant 2020, les ministres Amber Rudd, chargé de l'énergie et du climat au Royaume Uni et Pa Ousman Jarju, ministre de l'environnement de Gambie, ont résumé les discussions : certaines Parties ne sont pas prêtes à des mesures dès avant 2020, mais la négociation continue.

Sur l'objectif de long terme, "les discussions ont été très positives : de nombreuses Parties ont pris en compte les propositions de compromis formulées au cours des derniers jours", ont estimé les co-facilitateurs Tine Sundtoft, ministre du climat et de l'environnement de Norvège, et James Fletcher, ministre de l'énergie et du développement durable de Sainte Lucie. "Sur l'objectif de long terme de température, nous avons identifié la volonté de la plupart des Parties que l'objectif de 1,5° soit reflété dans l'Accord. Une autre formulation pourrait être : « bien en dessous de 2°C ». Une troisième possibilité serait un objectif de « en-dessous de 1,5°C » comme limite de température, assorti de conditions liées au développement durable, aux moyens de mise en œuvre, à l'équité et à la sécurité alimentaire".

Points de blocage

Au chapitre des pertes et dommages, qui visent les destructions irréversibles de territoires, comme après le typhon Haiyan qui a frappé les Philippines en 2013 ou l'ouragan Katrina à la Nouvelle Orléans en 2005 (Etats-Unis), "nombre de points restent à résoudre, en particulier la manière dont le soutien à l'adaptation sera défini dans l'Accord. Il n'y a pas de terrain d'accord clair sur ce point car la responsabilité des dommages et la compensation sont des lignes rouges pour certaines Parties. Le renforcement d'institutions spécifiques pour répondre à l'enjeu des pertes et dommages a également fait l'objet de délibérations", ont exposé Åsa Romson, ministre du climat et de l'environnement de Suède, et René Orellana, ministre de la planification et du développement de Bolivie.

Sur la différenciation des trajectoires de réduction d'émissions et sur les mécanismes de transparence et de financement, les co-facilitateurs Izabella Monica Vieira Teixeira, ministre de l'environnement du Brésil, et Vivian Balakrishnan, ministre des affaires étrangères de Singapour n'ont pu apporter d'éléments supplémentaires : la négociation achoppe sur des points durs à ce stade.

L'avant-dernière version du texte de l'Accord sera présentée par le président de la COP ce mercrdi à 13h.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager