En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les associations dénoncent une réduction ''insuffisante'' des quotas de pêche du thon rouge

Biodiversité  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
La Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (ICCAT), réunie du 9 au 15 novembre à Recife au Brésil, a annoncé hier une réduction des quotas pour le thon rouge à 13.500 tonnes en 2010 dans l'Océan atlantique et en Mer Méditerranée, contre 22.000 tonnes cette année.

Selon la Commission européenne, la saison de pêche pour les thoniers senneurs sera dorénavant réduite à un mois, du 15 mai au 15 juin, sans possibilité d'extension pour mauvais temps. Les pays de l'organisation internationale chargée de gérer la pêche du thon rouge auraient également promis de s'attaquer à la surcapacité de leurs flottes de pêche, avec un objectif de réduction de moitié d'ici 2011.

Les organisations environnementales Greenpeace et WWF ont dénoncé le 16 novembre une baisse insuffisante des quotas et parlent d'un ''nouvel échec de l'ICCAT''. Selon le WWF, l'ICCAT aurait approuvé la proposition faite par un groupe composé de sa présidence, de l'UE, du Japon qui importe notamment 80% du thon pêché en Méditerranée, du Maroc et de la Tunisie, de baisser, pour 2010, le total admissible de capture (TAC) pour le thon rouge à 13.500 tonnes.

Ce seuil est ''encore trop élevé pour permettre une restauration du stock'', a souligné Greenpeace. Les associations estiment que les quotas doivent être ramenés à 8.000 par an pour se donner 50% de chances de voir les stocks de l'espèce se reconstituer en 2023.

Greenpeace et le WWF ont ainsi réitéré leur demande d'inscrire le thon rouge sur la liste des espèces protégées de la CITES en mars 2010 au Qatar, en vue de l'interdiction de son commerce international. Pour François Chartier en charge de la campagne Océans de Greenpeace France, ''l'Iccat a échoué à adopter un plan de gestion qui permette d'envisager de sauver le thon rouge. Dans ces conditions, l'interdiction du commerce international du thon rouge, par un classement en annexe I de la Cites, s'impose. C'est le seul moyen d'éviter une extinction de cette espèce emblématique''.

D'après le WWF, une étude présentée lors de la conférence annuelle de l'ICCAT, aurait précisé que ''seul l'arrêt total de la pêche pourrait offrir de bonnes chances de sortir de la zone rouge d'ici 2019 grâce à la reconstitution des stocks''.

L'ICCAT a néanmoins indiqué qu'elle pourrait suspendre toute prise de thon rouge en 2011, si son comité scientifique montrait que les ressources continuaient de se détériorer.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…