Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Réutilisation des eaux usées traitées, les scientifiques poursuivent leurs investigations

L'usage des eaux usées traitées en sortie de station d'épuration reste très limité. Elles seraient pourtant intéressantes pour l'agriculture mais posent question aux plans sanitaire et environnemental. Les scientifiques veulent lever les doutes.

Reportage vidéo  |  Eau  |    |  Baptiste Clarke  |  Actu-Environnement.com

Dans l'Hérault, une plateforme scientifique est implantée dans la station d'épuration de Murviel-lès-Montpellier depuis 2017, dans le but de réutiliser les eaux usées pour des applications agricoles. Une source d'eau qui sinon rejoint le milieu naturel où elle continue son épuration.

Or, dans cette région, les épisodes de sécheresse sont de plus en plus fréquents et longs. Dernier exemple marquant, Météo France communiquait sur « le déficit de pluie jamais vu dans les archives météos », mi-avril dernier. L'organisme constatait « une baisse de 60 % des précipitations enregistrées en plaine et sur le littoral du Languedoc entre septembre 2020 et mars 2021 ».

Dans ce contexte, même la vigne souffre d'un déficit hydrique entrainant un ralentissement de la croissance de la plante, un jaunissement du feuillage, une perte de rendement et de qualité de la récolte. D'où l'intérêt croissant pour l'irrigation. Encore faut-il être desservi par un réseau d'eau ou pouvoir pomper l'eau grâce à un forage.

Une autre solution serait d'irriguer les parcelles qui se trouvent à proximité des stations d'épuration avec des eaux usées traitées. En milieu rural, ces stations sont généralement petites et implantées au milieu des champs, donc potentiellement proches des exploitations agricoles. Là où se trouve le besoin en eau. Ce qui offre l'avantage d'une irrigation en circuit court, avec un coût d'investissement moindre dans les canalisations.

Les eaux usées traitées présentent des avantages agronomiques car elles contiennent encore des nutriments, au contraire de l'eau claire. Du coup, l'agriculteur va réduire ses apports d'engrais. Mais il y a aussi tout un ensemble d'autres éléments à contrôler, comme la présence de pathogènes ou de polluants émergents tels les résidus médicamenteux. Regarder le reportage vidéo.

Sur la plateforme scientifique de Murviel-lès-Montpellier, des expérimentations sont conduites, dans le cadre d'un arrêté préfectoral, sur des productions maraichères dans des bacs hors sol, pour faire pousser des salades par exemple, ainsi que sur une parcelle de vigne d'environ 5 000 mètres carrés.

L'idée de ces expérimentations est de caractériser et de conserver les avantages de l'irrigation pour la croissance des plantes, mais aussi d'analyser les potentiels dangers d'un point de vue sanitaire et environnemental, tout en trouvant des solutions d'épuration complémentaires pour limiter ces impacts. L'autre point crucial est technique : les systèmes de goutte-à-goutte s'encrassent plus vite qu'avec de l'eau claire et donc se colmatent plus facilement. Là encore, des solutions sont à l'étude.

Pour que les eaux usées traitées soient adoptées par les agriculteurs, il faut qu'elles soient bon marché. Ces expériences montrent que s'il faut investir dans un système d'épuration supplémentaire trop coûteux, la solution sera écartée. Tout l'enjeu réside dans ce point : trouver un équilibre économique cohérent. Aussi, la réglementation doit prochainement s'harmoniser sur le plan européen et définir, entre autres, les seuils de polluants et de pathogènes à ne pas dépasser pour un usage agricole. Notons qu'en France, à ce jour, il est interdit, hors expérimentation scientifique, d'irriguer une production maraichère avec des eaux usées traitées.

Réactions4 réactions à cet article

 

Continuer la vigne dans ces conditions n'est pas un bon plan, déjà passer à des cépages plus résilients de moins bonne qualité, alors que c'était pas extraordinaire, c'est tout de même pas du vin de garde: de 11 ans comme un Anjou, côteau du loir bourgogne nord.
En France on manque d'oliviers, d'amandes, et on dépend de la Turquie, politiquement c'est nul, l'état devrait aider à cette reconversion.
Vu un reportage en Australie, un soi-disant vin extraordinaire, ils ont abandonné le pineau noir pour le cépage à piquette qu'on utilisait avant en Afrique du nord.
Le changement climatique est partout.

pemmore | 28 septembre 2021 à 12h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

la méthode la plus économique et la plus écologique de recycler l'eau c'est la fabrication de biomasse donc la photosynthèse ! Au Québec ils ont installé des champs de saules arrosés avec les eaux usées pratiquement sans traitement et ils "moissonnent" la biomasse tous les ans pour alimenter les chaufferies !

laurent | 03 octobre 2021 à 15h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Reportage intéressant, à l'échelon indiqué (petite station sur petit bassin de vie), la probabilité de pollution en amont de l'eau usée, notamment par les médicaments, est peut être plus réduite que sur des gros bassins de vie. Ceci dit, l'exemple de la vigne me laisse interrogatif. Ils savent que le sol est devenu difficile à cultiver, même pour de la vigne, mais ils en plantent quand même, sous contrainte d'irrigation..... comme dit pemmore, et même si on déborde du sujet initial, il n'y aurait pas plutôt besoin d'autres types de cultures, mojns demandeuses d'eau, par là bas?

nimb | 04 octobre 2021 à 06h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ nimb : l'évapotranspiration climatise et alimente le cycle des pluies ! la plante la plus gourmande en eau c'est l'arbre (le feuillus) et c'est justement pour cela qu'on en plante massivement !
Il ne faut surtout pas chercher à économiser l'eau du climat et elle représente les deux tiers des pluies !

laurent | 04 octobre 2021 à 09h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Accompagnement dans l'ARD des stations de traitement des eaux usées Cereg