En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Géoparc : le parc des Bauges rejoint la liste du patrimoine géologique mondial

Biodiversité  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

Le Réseau mondial des géoparcs nationaux, créé en 2004, compte neuf nouveaux sites, répartis dans sept pays, dont un en France (Les Bauges), a annoncé l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) à l'issue de la 10eme Conférence européenne des géoparcs qui était organisée du 16 au 18 septembre dans le géoparc norvégien Gea Norwegica. ''Pour obtenir le label géoparc, les sites doivent présenter un patrimoine géologique conséquent, être dotés d'une solide structure de gestion et d'une stratégie de développement économique, s'appuyant notamment sur le tourisme durable, explique l'Unesco, ajoutant : ''Ce réseau a été créé afin d'encourager la coopération entre experts et praticiens en matière de patrimoine géologique ou de sa promotion''.

Les neuf nouveaux géoparcs entrants sont Hong Kong et Tianzhu Shan (Chine), Villuercas Ibores Jara et Sierra Norte de Sevilla (Espagne), les Bauges (France), Burren et falaises de Moher (Irlande), Katla (Islande), Alpes apuanes (Italie) et Muroto (Japon). Au total, le réseau compte désormais 87 géoparcs situés dans 27 pays.

Les Bauges : une forteresse rocheuse

   
   
Le géoparc des Bauges se situe dans le Parc naturel régional du Massif des Bauges, une zone de moyenne montagne appartenant aux Préalpes françaises du nord. ''De loin, l'endroit fait penser à une forteresse rocheuse, une île naturelle préservée émergeant d'une mer urbanisée'', indique l'Unesco. Les falaises de calcaire résistant et les roches sédimentaires du massif ''forment des synclinaux perchés et donnent aux Bauges son relief si particulier''. Autres richesses géologiques : les grandes lignes de faille tectonique qui ''témoignent des processus de formation du relief'' et ''le paysage karstique qui est traversé par des défilés, grands ou petits, taillés dans le calcaire du crétacé, qui créent des zones humides, des lacs, des sources et des grottes''. Enfin, ''la falaise de la Savoyarde - un impressionnant plissement des couches calcaires du sud de la région - doit son nom au fait que son profil fait penser à celui d'une paysanne coiffée de la "frontière" (coiffe traditionnelle de la Haute Tarentaise dont les rubans descendent vers la nuque)''.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…