Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Risque chimique : les petites entreprises se sentent peu concernées

Risques  |    |  Graziella Dode  |  Actu-Environnement.com

A la demande de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS), l'IFOP a réalisé une étude sur la sensibilisation au risque chimique et la réalisation de l'évaluation des risques chimiques (EVSRC) dans les entreprises de moins de 50 salariés.

D'après cette étude, 68% des entreprises concernées par le risque chimique ont réalisé le Document unique d'évaluation des risques professionnels. Mais que est le constat principal ? "Bien que l'intégration du risque chimique au Document unique soit en progression, certaines petites entreprises utilisant de tels produits ont encore peu conscience de l'exposition de leurs employés au risque chimique", affirme l'étude.

Faible sensibilisation au risque chimique

Les résultats confirment que les outils informatiques d'aide à l'évaluation des risques chimiques ont joué un rôle. Mais sur 89% des entreprises interrogées, une réelle méconnaissance de la présence de ces risques en leur sein est constatée : 36% des dirigeants indiquent spontanément utiliser des produits chimiques dans leur entreprise alors que 53% d'entre eux n'en ont pas conscience. Plus d'un quart des entreprises utilisant des produits chimiques ne conservent aucune fiche de données de sécurité (FDS). Parmi les entreprises qui les établissent, seules 49% le font pour l'intégralité des produits. Il ressort donc de l'enquête que la sensibilisation au risque chimique dans les petites entreprises reste relativement faible.

Manque de temps et faible information

D'après l'étude, la majorité des personnes interrogées se disent prêtes à s'investir dans la réalisation d'une évaluation du risque chimique et à connaître le caractère obligatoire d'une telle évaluation. Pourtant, d'autres semblent réfractaires car plus d'un quart indiquent ne vouloir l'établir que sous la contrainte de l'inspection du travail.

L'étude démontre que plusieurs facteurs semblent aller à l'encontre de l'évaluation des risques dans ces entreprises tels que le manque de temps ou la faible information sur les produits. Une liste des produits chimiques présents au sein de l'entreprise est requise pour l'évaluation des risques, or seulement 41% des entreprises en dispose.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

APIA Jasper : logiciel de reporting QSE / QHSE à la demande G2D Développement