En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Risques naturels : le Fonds Barnier pérennisé en outre-mer mais sa revalorisation est refusée

Aménagement  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Les députés ont voté le 4 novembre la prorogation pour cinq ans, soit jusqu'à fin 2024, de la possibilité pour le fonds de prévention des risques naturels majeurs, d'intervenir pour la démolition et, sous certaines conditions, pour l'indemnisation de l'habitat informel situé en zone fortement exposée aux risques en outre-mer. Cette prorogation a été votée via un amendement du Gouvernement au projet de loi de finances pour 2020 (PLF 2020).

« Cette possibilité expire au 31 décembre 2019 en Guyane et à Mayotte, alors même qu'elle a démontré son utilité. Les territoires d'outre-mer sont très exposés aux risques naturels. L'amendement vise à mettre hors de danger les habitants menacés », a expliqué la secrétaire d'État Emmanuelle Wargon.

« S'agissant d'un amendement présenté par le Gouvernement, on me permettra de trouver complètement illogique le rejet de celui que nous avons présenté au nom de la commission des finances, qui l'avait adopté à l'unanimité, visant à rehausser le plafond du fonds Barnier de 137 millions à 180 millions d'euros, alors même que la taxe affectée rapporte 210 millions », a pointé le député Éric Coquerel (La France insoumise). L'Assemblée achève la première lecture du PLF le 19 novembre prochain.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager