En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Prévention du risque chimique : six entreprises montrent l'exemple

L'Assurance Maladie – Risques professionnels a remis le 29 mai les Trophées Risques chimiques pros en ouverture du Salon Préventica. Focus sur les actions menées par les six entreprises lauréates pour réduire l'exposition de leurs salariés.

Risques  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com
Prévention du risque chimique : six entreprises montrent l'exemple

Quatre agents cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR) sont dans le collimateur de l'Assurance Maladie – Risques professionnels (AM- RP) : les émissions de moteur diesel, les fumées de soudage, le perchloroéthylène et le styrène. Les Trophées Risques chimiques pros, remis le 29 mai lors du Salon Préventica à Lyon, récompensent six entreprises engagées dans la réduction de l'exposition des salariés à ces agents.

"Selon la dernière enquête Sumer 2010, plus de 10% des salariés sont estimés exposés à au moins un produit CMR", rappelle Marine Jeantet, directrice de l'AM-RP. Pourtant, peu d'entreprises connaissent les risques chimiques. D'où la volonté de cette branche de la Sécurité sociale dédiée à la santé et la sécurité des travailleurs de valoriser l'action des entreprises exemplaires afin de faire des émules.

Diviser par dix l'émission de chrome hexavalent

La société Ygnis Industrie de Cauroir (Nord) se voit récompensée pour son action sur les fumées de soudage. Des fumées classées "cancérogènes avérés" par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) en novembre 2017. Spécialisée dans la fabrication de chaudières et de ballons d'eau chaude, l'entreprise a mis en place un nouveau procédé de soudure permettant de diviser par dix l'émission de chrome hexavalent. Elle a également changé les cagoules ventilées portées par les soudeurs et équipé ses ateliers de torches aspirantes, qui ont permis de réduire par deux le niveau d'exposition. L'ensemble de la démarche de prévention a coûté 120 K€ mais elle a permis à l'entreprise de dépasser les objectifs qu'elle s'était fixée au début de la démarche en 2013. Elle lui permet également de s'engager dans le développement de nouveaux produits en inox.

C'est également sur cette problématique des fumées de soudage qu'a été distingué par un prix spécial le pôle de formation des industries technologique de l'Ain (AFPMA) situé à Péronnas. Ce centre, fréquenté par plus de 600 stagiaires par an, a ouvert en septembre 2016 un nouvel espace de formation équipé d'installations pilotes et de postes de dernière génération pour le soudage manuel : postes ergonomiques à dosserets aspirants, torches aspirantes, aspiration spécifique au gougeage arc-air, cabines avec bras aspirant et système de déclenchement de l'aspiration asservie à la torche de soudage, etc.

Gaz d'échappement captés tout au long du contrôle technique

Le trophée pour la catégorie "émissions de moteur diesel" a, quant à lui, été remis à l'entreprise Contrôle technique automobile Midi-Pyrénées implantée à Toulouse (Haute-Garonne). La société, qui a bénéficié des aides Air Bonus de la Carsat, a installé des extracteurs de gaz d'échappement après avoir pris en compte les spécificités de chaque centre. "Le choix s'est porté sur des extracteurs mobiles sur rails au plafond ou sur les murs pour permettre aux salariés de ne pas se préoccuper du système une fois branché. Les gaz d'échappement sont ainsi captés tout au long du contrôle technique", se félicite la société.

C'est aussi pour son action sur les fumées diesel que l'entreprise Auto Bilan France, spécialisée dans le contrôle technique des poids lourds, s'est vue décerner le prix innovation du jury. Elle déploie depuis 2014 une cabine de contrôle pressurisée dans l'ensemble de ses centres. "Ce concept de contrôle technique poids lourds (PL) - tout cabine - est en permanente amélioration, en collaboration avec la Cramif qui est notre partenaire et conseil sur ce sujet depuis 2011", explique l'entreprise. Celle-ci expérimente également un contrôle à la vidéo dans son centre de Trappes (Yvelines) après de premiers essais réalisés dans son centre de Fleury-Mérogis (Essonne).

Substitut naturel et non nocif

Le fabricant de bateaux Liteboat, situé à Pontcharra (Isère) est, quant à lui, récompensé pour sa démarche de prévention à l'exposition au styrène. En concertation avec les salariés, la direction a mis en place une dizaine d'actions : séparation des activités d'application de styrène et des activités de finition, installations d'une cabine de gelcoatage [application d'une résine thermodurcissable] et d'étuvage munie d'une ventilation Atex avec rejet extérieur, installation d'un poste de préparation des produits chimiques muni d'un dosseret aspirant Atex, remplacement des produits styréniques par des résines à faible teneur et émissions de styrène, etc.

La teinturerie Pagès de Gif-Sur-Yvette (Essonne) a, quant à elle, été primée pour son action de prévention par rapport au risque "perchloroéthylène", après avoir réussi à mettre en œuvre un substitut "naturel et non nocif". Après plus de dix ans de recherches et développement, la société a conçu de "nouvelles formulations lessivielles" et élaboré "des programmes informatiques spécifiques adaptant les programmes de lavage aux lessiviels sur base végétale". La société a réussi à supprimer l'exposition de ses salariés aux vapeurs toxiques tout en obtenant un niveau de propreté supérieur à celui fourni par le perchloroéthylène.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…