Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Risques majeurs : et si l'on désignait un référent unique dans chaque commune

La mission sur la modernisation de la culture du risque a remis ses conclusions. Parmi les onze recommandations qu'elle formule figure celle de désigner un interlocuteur « risques » en appui des maires pour améliorer la transmission des informations.

Risques  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
Risques majeurs : et si l'on désignait un référent unique dans chaque commune

En décembre dernier, la ministre de la Transition écologique avait missionné le journaliste Fred Courant et cinq experts pour faire des propositions de modernisation de la culture du risque, qu'il s'agisse de risques technologiques ou naturels. Ce lancement faisait suite à l'accident industriel de Lubrizol en septembre 2019 mais également à la tempête Irma en août 2017, aux inondations dans l'Aude en octobre 2018 et dans les Alpes-Maritimes en octobre 2020.

Les experts, secondés par le Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD), ont remis leurs conclusions à la ministre, Barbara Pompili, mardi 6 juillet. Ils formulent douze propositions qui vont de l'instauration d'un événement national fédérateur à la mise en place d'une charte commune des alertes aux populations, en passant par l'évolution de la plateforme Géorisques ou la formation des métiers du bâtiment aux solutions intégrant des mesures préventives. « Mon ministère est mobilisé pour analyser l'ensemble de ces propositions et les traduire en mesures concrètes dans les prochains mois », annonce Barbara Pompili.

Trois des propositions concernent directement les élus locaux. La commission d'enquête sénatoriale sur les conséquences de l'incendie de Lubrizol avaient en effet rapporté que 62 % des élus locaux interrogés déploraient un manque d'information sur les risques industriels. « Souvent, les élus ne détiennent pas plus d'informations que celle diffusée au public », avait déploré Delphine Favre, déléguée générale de  l'Association nationale des collectivités pour la maîtrise des risques technologiques majeurs (Amaris). Les missions de hauts fonctionnaires chargées d'évaluer la gestion de l'accident de la capitale normande avaient également préconisé de s'appuyer davantage sur les élus locaux. « Les maires rencontrés ont exprimé un sentiment de banalisation [des] avertissements », avait rapporté, de son côté, la mission constituée après les inondations dans l'Aude.

« Premier responsable des dysfonctionnements »

La mission Courant propose en premier lieu de sensibiliser les élus locaux et de mettre en œuvre une formation approfondie. « En effet, le maire méconnait souvent les risques auxquels est confrontée sa commune et il est pourtant consacré légalement comme directeur des opérations de secours (DOS) en cas de crise. La loi en fait aussi le premier responsable des dysfonctionnements qui peuvent intervenir lors de la gestion d'une crise. Enfin, il est susceptible de donner l'alerte à ses administrés », soulignent les auteurs. Ceux-ci suggèrent d'expérimenter des webinaires de sensibilisation proposant des exercices de mise en situation et d'échange d'expériences, et prennent pour exemple les formations proposées par le département de la Haute-Garonne.

 
Le maire méconnait souvent les risques auxquels est confrontée sa commune et il est pourtant consacré légalement comme directeur des opérations de secours.  
La mission Fred Courant
 
Dans un deuxième temps, la mission préconise des formations approfondies « à la fois sur la connaissance des risques, leurs typologies et la façon dont on doit les intégrer dans l'organisation territoriale, notamment grâce au plan communal de sauvegarde (PCS) ». Elle insiste aussi sur le document d'information communale sur les risques majeurs (Dicrim), qui a pour objectif d'informer les habitants sur l'ensemble des risques majeurs existant sur la commune, mais qui est souvent réalisé « davantage par obligation que par nécessité ».

Chaînon manquant entre l'État et le maire

Deuxième proposition de la mission : désigner un référent unique « risques » auprès des maires afin d'améliorer la transmission d'informations. Des solutions de prévention existent déjà, relève-t-elle : réserve communale de sécurité civile, service civique universel, élus délégués, ou citoyens « sentinelles ». Mais ces dispositifs sont souvent insuffisants et de nombreux élus ont témoigné « d'un chaînon manquant » entre l'État et le maire. « Cette fonction par délégation existe déjà dans les moyennes et importantes communes (en nombre d'habitants) mais reste inexistante pour les plus petites », rapportent les auteurs.

Enfin, pour récompenser les efforts engagés en la matière par les collectivités locales, la mission propose de créer un concours national à destination des communes sur le modèle des trophées éco-actions organisés par l'association des Éco Maires. « Plusieurs critères permettraient de sélectionner les communes lauréates, en tenant compte des actions d'acculturation et de prévention, des choix d'urbanisme et d'aménagement du territoire, de l'engagement des élus dans la formation, etc. », suggère la mission.

Reste à voir ce que Barbara Pompili va effectivement retenir de ces propositions. En tout état de cause, la ministre semble convaincue par la nécessité d'améliorer la culture du risque. « En adoptant les bons gestes et les bons réflexes, certains décès ou accidents qu'on déplore lors de catastrophes naturelles pourraient être évités. Et on sait que le dérèglement climatique ne va faire qu'intensifier ces catastrophes. Notre meilleure arme face à ces risques, y compris industriels, c'est la prévention », estime Mme Pompili.

Réactions2 réactions à cet article

 

Très bonne idée, d'autant qu'il y a de jeunes retraités disponibles pour constituer à moindre frais des comités locaux.

CLAUDIUS | 08 juillet 2021 à 11h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ancienne responsable du servie "risques majeurs" à la mairie de Toulouse (notamment en 2001) je suis encore très intéressée par cette discipline. Je suis aussi membre de l'AITF et nous devons redémarrer un groupe de travail sur ce thème. Cette année nous allons commémorer le 21 septembre la catastrophe d'AZF : allez-vous faire un dossier? beaucoup de choses se sont passées en 20 ans mais on n'a pas tiré toutes les conclusions.

Nicedith | 10 juillet 2021 à 09h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Demande d'autorisation d'exploiter un site ICPE HPC Envirotec