Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Prévention des risques : mieux informer les acheteurs en amont de transactions immobilières

Risques  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

Risques sismique, d'inondation, liés au radon ou encore à un sol argileux : désormais la connaissance de l'exposition d'un logement que ce soit à des risques naturels, technologiques, miniers, de pollutions ou nuisances sonores est accessible en quelques clics. Le ministère de la transition écologique propose en effet un outil en ligne : après avoir renseigné son adresse, le site Georisque permet désormais d'accéder à un état de risques simplifié de la parcelle. L'accès à ces informations était déjà rendu obligatoire par la loi du 30 juillet 2003. Lors de vente ou location d'un bien immobilier, le propriétaire doit en effet informer l'acquéreur ou le locataire. Toutefois, ces informations étaient fournies tard dans le processus de choix. Désormais, elles pourront être consultables à tout moment.

Mieux reconstruire après inondation

Par ailleurs, pour mieux prendre en compte ces risques, le Gouvernement dans le cadre de la loi de finance pour 2021 a créé un dispositif expérimental dénommé « Mieux reconstruire après inondation ». L'objectif : apporter une aide, en complément de la reconstruction « à l'identique » financée par les assureurs, pour reconstruire des habitations de façon plus résiliente après une inondation, afin d'éviter de nouveaux dommages. Cette disposition sera financée par des fonds de prévention des risques naturels majeurs (FPRNM) dit Fonds Barnier. Cette possibilité est ouverte dans les communes disposant depuis moins d'un an, d'un arrêté portant reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle à la suite d'inondations. L'expérimentation sera limitée à trois ans à compter de la désignation d'au moins une commune. Six mois avant la fin de l'expérimentation, le Gouvernement devra présenter au Parlement un rapport d'évaluation. De la même manière, le Fonds Barnier s'ouvre également à la remise en état de terrain accueillant les biens exposés aux risques naturels.

Réactions2 réactions à cet article

 

A ces risques il faut ajouter la présence actuelle ou future d'une zone éolienne.

sirius | 01 mars 2021 à 10h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pas compris cette histoire de sol argileux, il y en plein dans l'ouest et ça ne bouge pas si c'est une construction traditionnelle avec une dalle bien monobloc et rigide.
c'est sur que dans certains endroits il y a des constructions idiotes et ne respectant les habitudes locales, tiens en bord de mer à moins de 300m de l'estran, quand je vois une bicoque plonger dans la mer je suis hilare, t'as voulu prendre notre horizon, tu prends le bouillon!

pemmore | 01 mars 2021 à 12h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Barrages de confinement pour débris flottants DIFOPE