En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les rivières intermittentes contribuent aux émissions de dioxyde de carbone

Eau  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com
Les rivières intermittentes contribuent aux émissions de dioxyde de carbone

La contribution aux émissions de dioxyde de carbone des rivières intermittentes et des torrents éphémères devrait être intégrée dans les évaluations mondiales du cycle du carbone : c'est l'un des résultats du projet international collaboratif " 1.000 rivières intermittentes".

Dans le lit de rivières asséchées, d'importantes quantités de litière végétale terrestre peuvent en effet s'accumuler. Lors du remouillage, celle-ci peut subir un traitement microbien rapide et émettre du dioxyde de carbone. Pour estimer dans quelles proportions, les scientifiques ont collecté des échantillons de litière terrestre accumulée durant les phases d'assecs dans 212 rivières intermittentes de 22 pays. Ils ont ensuite simulé de courtes inondations.

Résultats ? L'émission de dioxyde de carbone lors du remouillage de la litière contribuerait à hauteur de 10% des émissions quotidiennes de CO2 des cours d'eau pérennes, en particulier dans les climats tempérés. Leur prise en compte semble impérative dans un contexte de changement climatique. "Entre 25 et 45% des cours d'eau seraient aujourd'hui intermittents en France", estimait lors d'un colloque Thibault Datry, chargé de recherche spécialisé dans l'écologie des cours d'eau temporaire, à l'institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture

Réactions1 réaction à cet article

 

J'ai un peu de mal à saisir. La matière organique produite par la végétation se retrouve sous forme de CO2 avec deux exceptions notables: les tourbières qui permettent une accumulation et certaines vasières où on observe une méthanisation, une dégradation anaérobie. Le problème des rivières intermittentes n'est à mes yeux qu'au niveau de la régularité de la décomposition classique de la matière organique avec des pics de relargage.
Rien ne se crée, tout se transforme.

VD69 | 24 mai 2018 à 18h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…