En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Ondes électromagnétiques : Robin des Toits appelle à un arbitrage parlementaire

Risques  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com

Dans une lettre ouverte adressée le 14 mai à une vingtaine de parlementaires, dont Chantal Jouanno et Nathalie Kosciusko-Morizet, respectivement ancienne secrétaire d'Etat et ancienne ministre de l'Ecologie chargées alors du Grenelle des Ondes, l'association Robin des Toits appelle à un arbitrage parlementaire au sujet de l'expérimentation de l'abaissement des seuils d'exposition. "Depuis janvier 2013, l'Agence nationale des fréquences (ANFR) qui pilote [les] expérimentations ne respecte plus ce cahier des charges" adopté par le Comité d'expérimentation sur l'abaissement de l'exposition du public (Copic), déplore l'association qui demande aux parlementaires de l'auditionner contradictoirement ou alternativement avec l'ANFR.

"Vous serez appelé-e-s à vous prononcer sur l'exposition du public aux champs électromagnétiques artificiels d'ici juillet 2013 probablement et vous devez pouvoir le faire avec des résultats d'expérimentations qui ne fassent pas polémique et qui ne soient pas biaisés", justifie Robin des Toits.

"[L'ANFR] a modifié les données de ces expérimentations - à la grande satisfaction des opérateurs - et elle souhaite modifier les résultats d'une expérimentation pourtant déjà menée à Grenoble avec l'assentiment général", dénonce l'association, jugeant que "l'objectif est de disqualifier le seuil d'expérimentation de 0,6 volt par mètre (V/m), seuil retenu dans le cadre de ces expérimentations, et recommandé notamment par le Conseil de l'Europe dans sa Résolution 1815".

Réactions4 réactions à cet article

 

Peut-être faut-il penser que plus on diminue les champs électromagnétique (des fréquences du téléphone) plus on dégrade la qualité de la transmission. Ne pas oublier non plus qu'il s'agit d'un échange entre 2 émetteurs (antenne relais et téléphone) et que baisser seulement d'un côté ne règle rien a cette "peur des ondes".
En dernier il est bon de considérer les centaines de millions d'usagers (sans doute le milliard est dépassé) partout dans le monde et de voir dans quel état de santé ils sont aprés des années d'utilisation. L'échantillon de population est plus que suffisant pour statuer.
Mais Robin des toits ne s'est pas (encore?) posé cette question...

ami9327 | 16 mai 2013 à 20h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"le seuil d'expérimentation de 0,6V", ne saurait être "disqualifié" étant donné qu'il n'a jamais été...qualifié ! De fait, il ne repose sur aucune justification scientifique. Quant à la recommandation 1815 du conseil de l'Europe il s'agit d'une proposition des Verts Luxembourgeois. Soit 13 pages écrites par le député Vert Jean Huss de formation professeur d'allemand et d'histoire. Cette proposition représente le point de vue de ce parti et n'a pas de rapport avec les avis des autorités sanitaires Européennes ou ceux de l'OMS.

Glazounov | 16 mai 2013 à 20h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je suis EHS et exilée des ondes alors la "peur irrationnelle des ondes" me scandalise! Nous sommes de plus en plus nombreux à subir le WIFI etc.Dans une zone assez protégée les sympthomes disparaissent, et d'autres Pays reconnaissent le danger!! Merci aux Associations et aux Elites qui nous soutiennent. Citoyenne EHS

nafnaf | 09 août 2013 à 11h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

à Naf naf, pardonnez moi ma franchise. Pour moi ce ne sont pas les ondes que vous subissez, mais plutôt le terrorisme intellectuel de ces associations qu'en plus vous remerciez alors qu'elles sont (au moins en partie) responsables de votre état ! En présentant le problème de la santé et des ondes de manière fallacieuse, elles diffusent ce qu'il faut bien appeler des : "fausses informations", en plus d'éloigner les personnes malades des circuits thérapeutiques dont elles devraient bénéficier. Il ne s'agit pas seulement que de peur. Une somatisation peut très gravement dégrader la santé. Pour l'OMS, les symptômes peuvent apparaitre quand les personnes pensent être exposées aux ondes (une antenne non encore branchée par ex.). Si vous vous sentez mieux à tel ou tel endroit, ce n'est pas tant parce qu'il y aurait moins d'ondes que le fait de penser en être délivré. Lorsque l'OMS a engagé des études sur ce sujet, elle s'attendait à ce que la vérification expérimentale confirme certaines études épidémiologiques. C'est l'inverse qui s'est produit. Aucun rapport de cause à effet n'a été vérifié. La dernière méta-étude (46 études) ne faisant que renforcer davantage ce résultat. L'OMS reconnait l'électrosensibilité depuis 2005, mais n'a aucun élément factuel pour mettre les ondes en cause. Selon l'aide mémoire OMS 296 : "Des études bien contrôlées et menées en double aveugle ont montré que ces symptômes n'étaient pas corrélés avec l'exposition aux CEM"

Glazounov | 09 août 2013 à 20h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…