Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'État va soutenir la décarbonation des bassins industriels de Dunkerque et Fos-sur-Mer

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet

Les zones industrialo-portuaires de Dunkerque (Nord) et de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) sont les deux premières lauréates de l'appel à projets « zones industrielles bas carbone » (Zibac), dans le cadre de France 2030. « Je salue les projets portés par les collectifs Euranergie, à Dunkerque, et Piicto–Syrius, à Fos-sur-Mer, qui deviendront les deux premières zones industrielles bas carbone françaises. Ces projets montrent le dynamisme de ces territoires et leur engagement pionnier dans la décarbonation de l'industrie. Ils sont aussi un facteur clé de réindustrialisation verte », a déclaré, le 16 janvier, Roland Lescure, ministre délégué chargé de l'Industrie.

Pour le programme DKarbonation à Dunkerque, l'État prévoit une aide globale à hauteur 13,6 millions d'euros pour réaliser des études d'ingénierie et de faisabilité de décarbonation de la zone. Ces études porteront sur un large panel de projets : autoroute de la chaleur, construction et intégration d'infrastructures CO2, électrification de la zone, production d'hydrogène bas carbone...

Le programme Syrius (Synergies régénératives industrielles Sud) à Fos-sur-Mer recevra aussi un soutien public de 4 millions d'euros pour réaliser une trentaine d'études d'ingénierie et de faisabilité cofinancées par l'État. Ces études porteront sur cinq axes : écologie industrielle et territoriale ; vecteurs énergétiques/réactifs et infrastructure ; captage, utilisation et séquestration du carbone et changements de procédés ; optimisation et décarbonation de la logistique ; et développement local et attractivité.

Les études des deux programmes seront conduites entre 2023 et 2024. Deux nouvelles relèves de l'appel à projets, le 15 novembre 2022 et le 15 mai 2023, permettront de sélectionner une dizaine de zones industrielles supplémentaires, les plus émissives, appelées à constituer une deuxième phase de cette initiative, précise le ministère de l'Économie.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Green Save Planet, faciliter la rénovation énergétique des foyers précaires AXDIS PRO
Conseil en résilience environnementale LPA-CGR avocats