En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Une étude souligne l'impact du Roundup sur le système endocrinien à faible dose

Risques  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Une étude du professeur de biologie moléculaire Gilles Eric Seralini, publiée le 19 décembre 2011 dans la revue scientifique Toxicology in Vitro souligne à nouveau les impacts de l'herbicide Roundup de Monsanto, à base de glyphosate sur le système endocrinien.

Le glyphosate est classé ''dangereux pour l'environnement'' notamment aquatique par les autorités européennes. M. Seralini qui est également président du conseil scientifique au sein du Comité de Recherche et d'Information Indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN), avait déjà publié en juillet 2009 une étude dans la revue Toxicology soulignant des effets sur l'action des androgènes et la formation des estrogènes.

En plus d'induire des nécroses et l'apoptose sur des cellules testiculaires de rats à des doses comprises entre 50 et 10000 ppm (partie par million), ''l'équipe caennaise montre dans cette nouvelle étude in vitro des effets de perturbation endocrinienne à des doses aussi faibles de glyphosate et de Roundup que 1 ppm (soit 1 mg/kg)'', commente l'association Générations Futures qui a relayé l'étude. De telles doses sont ''retrouvées dans les urines d'agriculteurs''. La perturbation endocrinienne principale est ''une baisse de testostérone de 35%'', selon l'étude. Le rapport souligne ''qu'une perturbation hormonale des cellules testiculaires pourrait induire des perturbations de la reproduction et du nombre de spermatozoïdes''.

* Référence : Clair, É., et al. A glyphosate-based herbicide induces necrosis and apoptosis in mature rat testicular cells in vitro, and testosterone decrease at lower levels. Toxicol. in Vitro (2012), doi:10.1016/j.tiv.2011.12.009

Réactions3 réactions à cet article

 

Excellent l'article sur le Round Up
Que fait l'Etat dans cette affaire (NKM?) à part rien (sauf des grands discours).
Il est urgent de bien transférer la responsabilité totale et pénale sur le fabricant et vendeur du produit: Monsanto qui se vante d'inonder le monde entier d'OGM que d'ailleurs personne ne veut !

arthur duchemin | 20 janvier 2012 à 10h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Informer les utilisateurs des conclusions de cet article mais ne pas fairen un amalgamme kles pesticides ce sont des poisons L les OGM on connait encore mal et il y a peut etre des risques, mais c'est a étudier car ce pourrait etre utile pour l'alimentaion mondiale dans quelques dizaines d'annéees

FLEURENT | 20 janvier 2012 à 15h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cette étude ne souligne rien du tout.

Les cellules cultivées in vitro sont déjà stressées. Ajoutez une molécule « exotique »dans le milieu, et elles se sentent mal. C'est vrai pour le glyphosate comme pour, par exemple, la caféine. Ajoutez l'adjuvant destiné à faciliter la pénétration du glyphosate dans la plante,et elles se sentent vraiment très mal. C'est aussi vrai pour les tensioactifs du liquide vaisselle ou du shampooing.

Une étude in vitro ne peut pas être extrapolée à l'in vivo.

« Les auteurs sur-interprètent leurs résultats en matière de conséquences sanitaires potentielles pour l’homme, notamment fondées sur une extrapolation in vitro-in vivo non étayée. Compte tenu des facteurs limitants que représentent l’absorption orale (environ de 30 %), l’absorption cutanée (environ de 3 %), la cinétique d’élimination (présence de moins de 1 % de résidus tissulaires à 7 jours) mesurées dans les études de métabolisme du glyphosate, les teneurs mises en jeu dans ces expérimentations impliqueraient des expositions humaines au glyphosate considérables pour obtenir de tels effets cytotoxiques chez l'homme. » (AFSSA, à propos d'une étude antérieure de l'équipe séralinienne).

« ...effets de perturbation endocrinienne à des doses aussi faibles de glyphosate et de Roundup que 1 ppm (soit 1 mg/kg) » ? La DJA (dose journalière admissible) est de 0,3 mg/kg de poids corporel et par jour.

Comme dirait M. Chirac, ça en touche une sans faire bouger l'autre. En fait, c'est nul...

Wackes Seppi | 23 janvier 2012 à 12h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…