En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un mix électrique moins carboné en 2019

Energie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

Malgré une moindre production nucléaire (-3,5 %) et hydroélectrique (-12,1 %), le mix électrique français a vu ses émissions de CO2 baisser de 6 % en 2019, indique le gestionnaire de réseau RTE, lors de la présentation du bilan électrique 2019. La raison ? Une production en légère baisse (-2 % pour s'établir à 537,7 TWh) mais surtout une baisse significative du recours au charbon (-72 %) et une hausse des productions renouvelables (+21 % pour l'éolien, +8 % pour le photovoltaïque).

« Cela confirme que l'on peut se passer du charbon », analyse Olivier Grabette, directeur général adjoint prospective, expertise et solutions de RTE. Les centrales thermiques prennent en partie le relai (+24 % pour le gaz, +26 % pour le fioul). Le parc renouvelable raccordé augmente d'année en année (+2,3 GW en 2019).

Résultat : ce mix moins carboné aurait permis d'éviter l'émission de 5 millions de tonnes de CO2 à l'échelle de la France, et de 20 millions de tonnes à l'échelle européenne, en prenant en compte les échanges transfrontaliers, estime RTE.

Côté demande, la tendance à la stabilisation se poursuit. La consommation a diminué de 1 % en 2019 (-0,5 % en données corrigées de l'aléa climatique, soit 473 TWh). « Ce recul de la consommation s'explique par les efforts engagés en matière d'efficacité énergétique et la tertiarisation de l'économie », explique RTE. La douceur des températures mais aussi le ralentissement économique et les mouvements sociaux de 2019, ont contribué à cette baisse également, bien qu'il soit difficile d'imputer une part précise à ces derniers.

Bien que le solde français soit largement exportateur, RTE a eu recours au dispositif d'interruptibilité par deux fois : le 10 janvier 2019 à 21 h et le 7 octobre à 21 h. Ce dispositif permet d'activer la baisse immédiate de consommation de 22 sites grands consommateurs d'énergie, volontaires et rémunérés pour ce service. En moins de 30 secondes, 1 500 MW sont ainsi mobilisables.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager