En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Yvelines : la rupture d'un pipeline de pétrole pollue champs et cours d'eau

900 000 litres de pétrole brut se sont répandus dans des surfaces agricoles et des zones humides des Yvelines, après la rupture d'un pipeline de Total. Le pétrolier devra assurer la dépollution des espaces naturels touchés pendant plusieurs mois.

Reportage vidéo  |  Risques  |    |  Rémi Pin Actu-Environnement.com
Actu-Environnement Le Mensuel N°390 Cet article a été publié dans Actu-Environnement Le Mensuel n°390
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

C'est dans la nuit du 24 au 25 février que l'accident s'est produit. Une rupture sur le pipeline d'Île-de-France de Total, qui transporte du pétrole brut entre le port du Havre (Seine-Maritime) et la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne). Pas moins de 900 m3 de pétrole se sont déversés dans des champs des Yvelines, touchant également des cours d'eau. Plusieurs communes du département sont concernées : Autouillet, Boissy-sans-Avoir, ou encore Vicq.

Plusieurs mois de dépollution des terres agricoles

Depuis, un long travail de dépollution a débuté. Près d'une dizaine d'hectares de terres agricoles, sur une profondeur encore inconnue, doivent être excavées et dépolluées. Un traitement qui prendra plusieurs mois. "Notre engagement est de rendre les terres dans l'état où elles étaient avant la pollution", assure Michel Charton, directeur du raffinage Europe du pétrolier français. En déplacement pour constater les dégâts et les opérations en cours, François de Rugy s'est montré ferme. "Total est responsable de ce pipeline. Tous les travaux seront à sa charge, de même que l'indemnisation des agriculteurs", a garanti le ministre de la Transition écologique et solidaire devant plusieurs dizaines d'élus du département.

Outre la dépollution des terres, c'est la santé des cours d'eau qui inquiète les associations écologistes. Des travaux de pompage ont démarré sur une petite rivière, le Lieutel, un affluent de la Maudre qui se jette dans la Seine. "Il y a une inquiétude pour la biodiversité et les nappes phréatiques, explique Marie-José Rossi-Jaouen, élue locale et membre de France nature environnement (FNE). Total doit donner des garanties sur la dépollution effective des zones touchées, et nous serons vigilants sur l'indépendance des expertises".

Un premier incident en 2014

C'est la deuxième fois que ce pipeline, long de 268 kilomètres et en fonctionnement depuis 1967, cède et pollue le milieu naturel. Le précédent incident s'était produit en 2014 : 500 000 litres de pétrole s'étaient déversés dans des prairies de Seine-Maritime. La dépollution et la remise en état du site avait coûté 8,5 millions d'euros à Total.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Rémi Pin

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager