En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le grignotage des terres agricoles par l'urbanisation reprend de plus belle

L'artificialisation des terres agricoles, qui avait ralenti avec la crise économique, repart nettement à la hausse avec la reprise de l'urbanisation. La maison individuelle est montrée du doigt.

Agroécologie  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

"L'artificialisation repart et l'accaparement des terres se poursuit ! Deux tendances majeures qui nous conduisent à des impasses", alerte Emmanuel Hyest, président de la Fédération nationale des Safer à l'occasion de la présentation des chiffres 2016 des marchés fonciers ruraux.

 
Nous protégeons d'ores et déjà les forêts et les espaces de biodiversité remarquable. Nous devons, de même, protéger les sols agricoles, en priorité ceux qui présentent le meilleur potentiel  
Emmanuel Hyest, Fédération nationale des Safer
 
L'artificialisation des terres avait tendance à ralentir depuis 2010. Mais ce ralentissement, qui était directement imputable à la crise économique, semble bel et bien terminé avec la reprise de l'urbanisation. Le nombre de transactions notifiées aux Safer, qui portent sur des terrains agricoles qui deviennent constructibles ou aménageables, est en hausse de 22% en 2016, après une croissance de 3,8% en 2015.

L'habitat individuel sur la sellette

"Les particuliers sont revenus les premiers, suivis des personnes morales privées et enfin du secteur public", rapporte l'étude. Le grignotage des terres agricoles résulte en premier lieu des constructions individuelles. La moitié des ventes enregistrées par les Safer concerne des terrains constructibles de moins de 1 hectare acquis par les particuliers pour un prix moyen de 39,20 €/m2. Un prix en baisse de 3,2% par rapport à 2015.

Les ventes de terrains constructibles individuels participent au mitage de l'espace rural, constate le rapport. "Les lots sont généralement plus étendus et beaucoup moins chers au mètre carré que les lots de lotissements viabilisés après promotion immobilière", expliquent les auteurs.

Même si les permis sont accordés sur des lots aujourd'hui plus petits que dans le passé, certaines communes tentant de diminuer la consommation d'espace rural, l'impact de cette artificialisation se révèle considérable. Au rythme actuel, estime la fédération nationale, un département français est artificialisé tous les 5-6 ans. Soit 8 à 9% de la surface agricole utile volatilisée d'ici 2060 et un cinquième du potentiel agricole perdu entre 1960 et cette date.

Un impact d'autant plus considérable que les terres soustraites à l'agriculture sont bien souvent parmi les plus fertiles situées en périphérie des villes. "En région parisienne, on a installé Disney, Roissy, Le Bourget et on veut étendre aussi le Grand Paris sur les terres les plus fertiles, sur des limons qui font 4 à 5 mètres de profondeur, ce sont les meilleures terres agricoles d'Europe", explique à l'AFP Robert Levesque, directeur de Terres d'Europe-Scafr, bureau d'études auteur du rapport.

L'Europe importe l'équivalent de 20% de sa surface agricole

Les constructions individuelles ont également été pointées du doigt par le dernier rapport du Conseil économique, social et environnemental (Cese) sur l'état de la France. Ce dernier souligne que 46% des terres artificialisées en métropole entre 2006 et 2014 avaient été consommées par les maisons individuelles, leurs jardins et annexes. "Cela tient à la croissance de la population, et pour une part à des choix privilégiant la maison individuelle", soulignent les hôtes du Palais d'Iéna.

Pour remédier à cette artificialisation, ceux-ci préconisent de fixer des objectifs chiffrés de réduction de la consommation d'espaces et de veiller à la cohérence des décisions en matière d'urbanisme. Pour cela, ils proposent notamment d'intégrer les valeurs agronomique et environnementale des sols dans les documents d'urbanisme.

"Nous protégeons d'ores et déjà les forêts et les espaces de biodiversité remarquable. Nous devons, de même, protéger les sols agricoles, en priorité ceux qui présentent le meilleur potentiel", martèle Emmanuel Hyest. Une protection qu'il juge indispensable pour s'adapter aux changements climatiques et réduire le déficit européen de terres agricoles. "L'Europe importe déjà l'équivalent de 20% de sa surface agricole", déplore le président de la Fédération nationale des Safer.

Si l'obligation de compensation agricole des projets d'aménagement mise en œuvre à l'automne dernier présente le mérite de reconnaître le problème, elle n'y répond toutefois que de manière imparfaite. Du seul fait déjà qu'elle laisse de côté la principale cause d'artificialisation des terres mise en lumière dans cette nouvelle étude.

Réactions1 réaction à cet article

 

La loi pour la reconquête de la biodiversité dit que les sols contribuent au patrimoine commun de la nation et qu ' il ne doit plus y avoir de perte de biodiversité . Quand cela sera t il réellement pris en compte . Sur les sols qui s ' urbanise , il y a non seulement disparition de l ' activité agricole mais par leur imperméabilisation perte de biodiversité , et des problèmes dans le fonctionnement hydraulique des basin versant .

balxha | 02 juin 2017 à 10h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…