En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Salon de l'auto : les véhicules électriques peinent encore à convaincre

Entre réalité des verrous technologiques et préjugés du grand public, le développement des voitures électriques semble chaotique malgré une réelle volonté politique. Un flou qui s'illustre par le calme qui règne dans le hall réservé à ces véhicules dits propres.

Reportage vidéo  |  Transport  |    |  Baptiste Clarke Actu-Environnement.com
Le Mondial de l'auto de Paris a voulu faire la part belle aux véhicules électriques et propres. La preuve, le hall 2.1 leur est dédié. Pourtant, il n'y a pas foule. La raison ? Pour le consommateur, voiture électrique rime toujours avec faible autonomie, contrainte voire manque de performance. Des préjugés qui persistent, malgré les innovations en terme de batteries, de vitesse et infrastructures de recharge.

Par ailleurs, les constructeurs peinent encore à s'accorder sur des standards qui permettraient d'accompagner au mieux le développement de ce marché. Des dissonances techniques qui révèle l'immaturité actuelle de l'offre et font fuir les acheteurs potentiels déjà peu nombreux…

Réactions5 réactions à cet article

 
adapter la voiture à l'électrique et non l'inver..

Un véhicule électrique oblige vu l'autonomie limitée à réduire le poids au minimum, les frottements et l'aérodynamisme, sachant que les déplacements urbains et suburbains sont limités à qq dizaines de kms/jour et à des transports "pratiques"....sortons des voitures salons qui depuis 20 ans ont pris plus de 50 % de poids inutile; ALLEGER ET REDUIRE LA VITESSE DE POINTE, on doit faire une voiture autour d'un moteur et non l'inverse:constructeurs réveillez-vous sinon TATA et les chinois vont vite vous dépasser.....souvenez vous de Concorde : on a dessiné un avion nouveau et on lui a collé des moteurs existants; l'auto ce doit être l'inverse, réveillez vous !!!

coucouch | 14 octobre 2010 à 10h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
0% Co2 ??????

le 100% électrique est comme le 100% pétrole, dépendance à une seule énergie... Et la pollution liée à l'extraction des minerais pour les batteries, puis à la fabrication et enfin au recyclage??? Ce n'est pas O% Co2 comme marqué fièrement sur ces autos...
Pourquoi pas des voitures fonctionnant à différentes énergies ?

summitata | 14 octobre 2010 à 11h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Voitures électriques

Je suis OK pour les voitures électriques!!

Et je ne pense pas qu'elles ne soient pas au point, mais que le monopole du petrole ne les laisse pas sortir sur le marché, au prix même de la vie des gens sensibles à la pollution...
Personne n'aime la concurrence.

AS | 14 octobre 2010 à 20h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Dites moi où se trouve l'energie electrique propr.

Quelle centrale est propre (sauf les éoliennes (< à 2%) si on ne compte pas le CO2 de leur fabrication) ???
Il faudrait donc préciser que la propreté de ces véhicules n'est localisée qu'à proximité de la voiture ... la pollution globale reste la même, voir plus importante car il faudrait comparer les chaines énergétiques des deux types de véhicules.
Je ne pense pas que la motorisation électrique serait gagnante, si on additionnait tous les rendements de la centrale, du transport, du rechargement puis du moteur du véhicule...
A réfléchir
Yves

Yves | 15 octobre 2010 à 12h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L’homme n’a jamais été aussi mobile que depuis qu’il s’est sédentarisé.
Ceci est certes source de problèmes environnementaux :
-sa sédentarisation réduit considérablement l’espace dans lequel il pouvait se déplacer.
-sa mobilité oblige la règlementation de cet espace restant.
Mais que dire des problèmes imposés à ceux qui parce qu’ils n’ont pas de maison voire deux maisons qu’ils n’occuperont pas parce qu’ils sont soit au travail soit en voyage, voient leur espace vital se réduire à des espaces règlementés. Comment expliquer à ces écolos par nature et non par conviction qu’il faut vivre avec son temps et non son espace.
Que l’espace ne lui appartient plus. Seul le temps reste.
Le temps de faire comme tout le monde, c'est-à-dire trouver le moyen de continuer à aller mais en étant plus propre.
Que l’homme s’il n’est plus, toujours ira.

christian | 04 novembre 2010 à 11h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager