Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Sargasses : un nouveau plan de 36 millions d'euros structure la lutte contre ces algues brunes

Après un premier plan de gestion de crise en 2018, le ministère de l'Écologie déploie un second plan de lutte contre les sargasses aux Antilles. Contrairement au premier, il ambitionne de structurer la gestion du phénomène sur la durée.

Déchets  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com
Sargasses : un nouveau plan de 36 millions d'euros structure la lutte contre ces algues brunes

Quatre ans après le lancement du premier plan de lutte contre l'échouage d'algues brunes aux Antilles, le ministère de la Transition écologique en a annoncé un second, le 18 mars dernier. Ce plan interministériel, intitulé « Sargasses II », prévoit l'allocation de 36 millions d'euros de crédits nationaux entre 2022 et 2025. En 2018, les mesures de gestion de crise préconisées par l'ancien ministre, Nicolas Hulot, avaient bénéficié de 13 millions d'euros sur deux ans.

 
Le "plan Sargasses I" a produit des résultats positifs, mais n'a pas atteint pleinement les objectifs visés, notamment en termes de collecte  
Ministère de la Transition écologique
 
« Le "plan Sargasses I" a produit des résultats positifs, mais n'a pas atteint pleinement les objectifs visés, notamment en termes de collecte, avance le gouvernement. La reprise des apports massifs de sargasses et leur constance montrent que sur les plans sanitaire, environnemental ou purement technique, aucune solution de gestion a posteriori des algues n'apparaît entièrement satisfaisante. Seules la contention, la collecte et l'évacuation des algues dans les quarante-huit heures après leur échouement permettent d'éviter le développement des nuisances dues à leur stagnation et leur décomposition. »

Favoriser une gestion locale pérenne

Le plan « Sargasses II » vise donc à structurer la gestion du phénomène dans les territoires d'outre-mer concernés (Guadeloupe, Martinique et les îles du Nord), à la pérenniser et à en savoir davantage sur les sargasses elles-mêmes. Le gouvernement prévoit ainsi l'instauration de plans territoriaux de gestion (actuellement en concertation avec les collectivités impliquées) dès cette année. Dotées chacune d'un comité de pilotage territorial soumis à un futur comité de pilotage national, ces déclinaisons locales seront responsables de l'organisation des actions de prévention, de collecte et de stockage des algues.

Elles seront aidées dans leurs tâches par la création d'un atlas cartographique des sites d'échouement. Elles seront également assistées par la mise en place, dès juillet prochain, d'indicateurs communs de surveillance des gaz toxiques (notamment, le sulfure d'hydrogène ou H2S), émis par les algues en décomposition et détectés localement par un réseau de capteurs. S'agissant du stockage des sargasses collectées, le gouvernement compte sur l'élaboration d'un encadrement ICPE « sur mesure ». En outre, le plan « Sargasses II » mise sur la fourniture, dès 2023, d'un service de prévision (jusqu'à deux mois) des échouements par Météo-France.

De l'enveloppe totale, six millions d'euros seront consacrés à la recherche. Une première moitié financera des études « en amont », afin de mieux prédire la prolifération des algues. La seconde soutiendra des « actions de recherche appliquée », concentrées par exemple sur leur valorisation. Ces crédits complètent les neuf millions déjà alloués aux projets de recherche sélectionnés dans le cadre de l'appel à projets « Sargassum ».

Réactions2 réactions à cet article

 

Est-ce possible de méthaniser ces algues brunes ?
C'est curieux, personne ici ne dénonce l'agriculture intensive coupable de tous les maux...

Albatros | 22 mars 2022 à 16h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

on marche sur la tête

naphtes | 25 mars 2022 à 18h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

BioDECONDITIONNEUR™ sur collecte selective des matières organiques MAVITEC Green Energy