En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La Saur devrait être rachetée par Séché Environnement et la Caisse des Dépôts avec Axa IM

Séché Environnement a annoncé le 19 mars la formation d'un Consortium constitué à 47% par la Caisse des dépôts, à 33 % par Séché Environnement et à 20% par Axa Investment Managers (IM) afin de racheter le Groupe Saur.

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Le Groupe Séché Environnement a annoncé le 19 mars être entré en négociation exclusive sur le rachat du capital de La Saur, 3e acteur français du marché de l'eau et des déchets. Un consortium composé de Séché Environnement (33%), la Caisse des Dépôts (47%) et Axa Investment Managers, filiale de l'assureur Axa (20%) s'est formé dans le but de finaliser l'acquisition du Groupe Saur, détenu à 100% par PAI Partners depuis le rachat à Bouygues en 2004. En cas de succès, le montant de la transaction serait estimé à 1.72 milliard d'euros.

En prenant cette participation, Séché Environnement affiche sa volonté d'accompagner la structuration des métiers de l'environnement et des services aux collectivités en France, en contribuant au développement du troisième acteur français des métiers de l'eau et de la propreté, a indiqué Séché dans son communiqué.

Pour la Caisse des Dépôts et AXA Investment Managers, l'investissement dans le groupe Saur illustre ' la priorité stratégique', 'une opportunité unique' accordée aux infrastructures des métiers de l'Environnement en France.

L'objectif des trois actionnaires est de renforcer la position de l'entreprise sur ces marchés notamment dans l'Hexagone. De quoi rassurer l'Association des maires de France (AMF) qui avait fait connaître le 14 mars sa crainte du rachat de Saur par un fonds de pension étranger, à savoir la banque australienne Macquarie. Les maires français s'interrogeaient sur les conséquences en termes d'emplois et d'investissements d'une telle opération conduite d'abord à des fins financières et dans le souci d'une rentabilité accrue. Le consortium a par ailleurs précisé dans son communiqué qu'il souhaitait ' faire bénéficier le groupe Saur d'un groupe d'actionnaires stable' réunissant 'une expérience de partenariats réussis avec les collectivités locales', 'une solidité financière' et ' des compétences industrielles' : la complémentarité de nos savoir-faire contribuera à créer à la fois pour Saur et pour Séché, une dynamique de développement commune aux métiers de l'Eau et du Déchet selon un modèle français au succès reconnu, a ajouté Joël Séché, Président - Directeur général de Séché Environnement.


Rappelons qu'en France, La Saur dessert en eau potable et traite les eaux usées de 5,5 millions de personnes. À l'international, le Groupe est présent, à travers sa filiale spécialisée Stereau, dans de grandes villes comme Valence en Espagne ou Gdansk en Pologne. Dans le domaine de la propreté, Coved maîtrise les métiers de la chaîne des déchets. Avec ses 12.400 collaborateurs, le Groupe Saur a réalisé un chiffre d'affaires net de 1,4 milliard d'euros sur l'exercice clos au 31 mars 2006.

Réactions9 réactions à cet article

 
Vive le service public de l'eau

Rien ne vaudra jamais la gestion directe des éléments vitaux par la collectivité (Commune, groupe de communes, collectivités territoriales, etc…). La spéculation sur ces éléments amène le profit et la non disponibilité de services essentiels pour une partie de la population.
La gestion directe permet un contrôle réel de la finance et des techniques ainsi que la limitation des prix de vente à l'usager.
Je me demande toujours pourquoi tant de collectivités se sont séssaisies de leurs compétences au profit de financiers et d'actionnaires avides de retour sur investissement.
FQuiniou

univers12 | 22 mars 2007 à 09h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Vive le service public de l'eau

Quelle naïveté de croire en la vertue du tout public. La vérité est dans un équilibre entre contrôle public et créativité du privé et non dans le dogmatisme qui peut conduire à tous les abus.

Vincent de Martinique.

Anonyme | 24 mars 2007 à 01h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Vive le service public de l'eau

J'ai payé des factures d'eau de la SAUR pour un studio en Bretagne ou vivait une personne. Je peux vous assurez que la note est salée.
Il y a cinq ans le montant pour le studio était à peine inférieur à celui déboursé pour mon pavillon avec jardin et ou vivaient 3 personnes. La gestion de l'eau pour le pavillon est assurée par la communauté urbaine.
Mais ce n'est pas comparable ce ne sont pas les mêmes lieux et en Bretagne pour creuser une tranchée, c'est plus dur il y a le granit et les actionnaires de la Saur

activ72 | 24 mars 2007 à 19h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Comparatif des prix de l'eau

Encore faut-il comparer ce qui est comparable, une facture d'eau comprenant de nombreuses lignes pour l'eau potable, l'assainissement et les taxes. Il n'est pas rare dans le cas de services public gérés directement par des collectivités que leur budget ne soit pas équilibré et que le déficit soit financé par les impots. Ce mode de fonctionnement permet de donner l' impression d'un prix de l'eau plus faible, alors même qu'une partie est directement financé par nos impots ...

Anonyme | 25 mars 2007 à 19h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Vive le service public de l'eau

Hmm en Bretagne, superbe région au demeurant..

Mais bon, il y a y de grosses pollutions la bas, principalement agricole avec le bon gros cochon qui nous fait du bon jambon mais aussi beaucoup "caca" et une bonne partie des effluents se retrouve d'une manière ou d'une autre de la nappe.

Ce qui contraint à des efforts supplémentaire pour amener une eau du robinet qui ne soit pas plein de nitrates ou autre polluants type PCB et que l'on puisse boire, notamment pour les bébés et femme enceinte avec le NH3 ou NH4.

Enfin c'est à voir, c'est vrai aussi que certaines sociétés se gavent et même parfois font palper des élus derrières, ça a existé et çà existera toujours...
Mais en grande majorité ces boites prennent leurs marges, ce qui dans un contexte entreprenarial privée est assez normal.
Alors dans ce cas ou le maitre d'oeuvre, le donneur d'ordre (=La collectivité quoi) n'a qu'a institué des organismes de contrôle performants, avec du personnel compétent, suffisamment en nombre pour le secteur et charge à contrôler et puis pas trop mal rémunéré sinon il y aura encore corruption...

Et oui, mais quand on voit déja comment ça se passe pour les ICPE, des installations potentiellement dangereuses comme AZF TOULOUSE ou meme plus délirant que ça, que ces société à qui je ne jette pas la pierre car la plus part du temps ils font au mieux avec leurs contraintes mais bref:

Dans ce cas qui est quand sensible, l'entreprise doit exercer un AUTOCONTROLE qu'elle tien a disposition des autorité, en l'occurence la DRIRE qui doit passer controler genre 4 à 6 fois par an sachant que pour moitié, l'entreprise est avertie à l'avance du controle et qu'il reste donc 2 à 3 contrôles inopinés par an;

Bon ça c'est ce que dit le règlement, reste à voir l' application dans la réalité vu qu'il doit y avoir moins de 10 inspecteurs DRIRE par département, et je suis large sur le compte, que leur domaine de compétence va de la petite installation genre station service ou autres jusqu'aux entreprises spécialement surveillées dites de type SEVESO, selon les département tu peux imaginer le délire genre Bouche du RHone, Normandie Paris 76 27 75, industrie pétrolière, vers Lyon Rhone et bien d'autres...

Enfin, bref en France on fait +ou-confiance aux industriels pour s'auto surveiller, déja niveau pollution et un peut etre 1peu- niveau tarification mais bon quoi c'est au citoyen de contrôlez et d'etre responsable, d'allieurs plutôt souvent et surtout en cas de soucis..

A bon entendeur, salut

MATT | 10 août 2007 à 08h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Comparatif des prix de l'eau

premièrement, l'impôt est une solution de solidarité envers les plus pauvres (rappelez moi la devise oubliée de notre république (liberté égalité f r a t e r n i t é !!!)
secondo; depuis que l'eau à été privatisée vers les grands groupes, une bonne part du scandale des augmentations de prix de l'eau (jusqu'à 150% depuis une dizaine d'années vient du fait que ces multinationales n'investissent plus dans l'entretien des réseaux ( il est courant de constater des fuites de + de 1/3) 2 litres utiles pour 3 payés!! (l'actionariat est ravi; pas de dépense, que des bénéfices puisque de toute façon vous payez le prix de 3l pour 2 consommés
à méditer et à vérifier auprés des communes qui ont depuis quelques années repris la main ; ils réparent les réseaux, déscendent de 30 à 3% de perte (fuites) et répercutent sur les prix
lionel: un contribuable de + en + seul dans ses convictions républicaines

Lionel | 19 février 2008 à 18h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Comparatif des prix de l'eau

Premièrement : En effet, l'impôt ou plutôt les impôts (Impôts sur le revenu, impôts sur les bénéfices, taxe foncière, taxe locative, taxe professionnelle, taxe sur l'audiovisuel) j'en passe et des meilleurs sont bien le moyen de financer la solidarité. L'inconvénient est que la multiplicité des aides ne permet pas d'avoir une politique de solidarité cohérente. Maintenant, faut-il que l'impôt paye notre facture d'eau, et pourquoi pas aussi notre nourriture et notre logement qui sont aussi vitaux....

Deuxièmement : Concernant les augmentations du prix de l'eau, elles correspondent plus aux augmentations des exigences réglementaires qu' à une augmentation des bénéfices des sociétés d'eau, ces bénéfices étant plutôt à la baisse depuis 10 ans qu'en augmentation. Enfin concernant les fuites sur les réseaux, il semble qu'il y ait une certaine méconnaissance des raisons des ces fuites et des responsabilités entre collectivités et sociétés privées. En résumé, une collectivité est dans la majorité des cas responsable du remplacement des canalisations, la société privée devant en assurer l'entretien avec des pénalités si cet entretien n'est pas fait. Donc, fuite sur les réseaux peuvent autant provenir de l'exploitant qui n'assure pas les réparations des canalisation avec pénalités à la clé que de la collectivité qui ne remplace pas les vieux réseaux qui ne sont plus réparables.

J'aimerais bien connaître ces collectivités qui sont passées de 30% à 3% de pertes. J'ai quelques doutes dans le calcul de ces 3%, techniquement impossibles.

Enfin, il semble y avoir une certaine incohérence dans le raisonnement :

Les grands groupes ne réparent pas les fuites parce que cela coûte trop cher.
Les régies réparent les fuites ce qui permet de faire des économies sur le prix de l'eau.

Ce qu'il faut savoir, c'est que réparer une fuite coûte dans la majorité des cas plus cher que les économies d'eau ainsi engendrées. Si on répare les fuites; c'est plus pour diminuer le prélèvement d'eau dans le milieu naturel que pour faire des économies.

Un contribuable qui paye ces impôts, ses factures d'eau et reste aussi convaincu des valeurs républicaines.

Anonyme | 24 février 2008 à 13h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Comparatif des prix de l'eau

Salut et fraternité....Anonyme
Merci pour votre caricature de mes propos sur le rôle de l'impôt
bien évidemment, j'entends par solidarité celle en direction des pauvres (de+ en + nombreux dans notre 6ème puissance mondiale (ref: INSEE TEF 2006 augmentation seuil de pauvreté et augmentation de la proportion des bas salaires)

Pour ce qui concerne les fuites ramenées à 3%, j'admets que mon info n'est pas une moyenne mais un exemple cité par un maire de France (émission "là bas si j'y suis" France inter 19/02/2008)

pour mon incohérence de raisonnement, merci encore...
les collectivités peuvent entretenir et baisser les factures parce que peut être n'ont-elles pas d'actionnaires profiteurs non productifs à régaler.
Je précise que je ne suis pas un anticapitaliste rouge de l'ancienne garde et qu'il existe encore quelques actionnaires d'investissements productifs, des vrais avec l'esprit d'entreprise, l'esprit de recherche, l'esprit de culture, les valeurs du travail quoi...
Lionel

Lionel | 01 mars 2008 à 15h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Comparatif des prix de l'eau

Un grand bonjour à vous (toi?), Lionel, de la part de Vincent, l'anonyme,

Pour compléter mes commentaires et ta réponse :

Premièrement : l'eau a hélas un coût de plus en plus élevé pour le rendre potable et ensuite la dépolluer avant de la rejeter dans le milieu naturel. Il est indispensable que tout consommateur prenne conscience de ce coût et la meilleure action pour réduire sa facture d'eau est encore de baisser sa consommation autant que possible, une douche coûtant tellement moins chère qu'un bain...alors avoir l'eau gratuite n'est sûrement pas la meilleure solution pour pousser à son économie.

Deuxièmement : concernant les plus pauvres, il est en effet fondamental de faire jouer la solidarité des plus riches, et comme tu l'as bien précisé, les impôts sont là pour ça. Maintenant, rien n'empêche les collectivités (Etat, Région, Département, Commune) d'utiliser ses recettes pour aider (sans assister) les plus pauvre à s'en sortir. Les services sociaux de proximité existent à cet effet et peuvent alors proposer à nos politiques les meilleures actions en la matière. Il y a prochainement des élections, choisis les politiques qui répondront le mieux à tes aspirations. Et si aucun n'y répond, présente-toi... Pour ma part, je préfère une aide ciblée et individualisée par des services sociaux compétents qu'une assistance anonyme et globale à l'efficacité incertaine

Troisièmement : Concernant l'émissions "Là bas ci j'y suis" et étant moi même un fervent auditeur de France Inter, je ne peux que conseiller de vérifier à 2 fois ce qui est dit dans cette émission, peut-être un peu trop partisane. En effet j'ai pu constater sur des sujets bien précis une vérité pour le moins approximative. J'ai également essayé sans succès de réécouter l'émission du 19/02, mais je ne peux que confirmer qu'il est impossible d'avoir ramené les fuites à 3%. Je suis toujours preneur du nom de la ville concernée.

Quatrièmement : concernant les actionnaires ayant un vrai esprit d'entreprise, ne crois-tu pas que les actionnaires des sociétés privés des gestion des services des eaux en font partis ? sinon comment expliques-tu que la France soit leader en ce domaine ?

Enfin, je suis tout à fait d'accord pour un contrôle des services des eaux privés et publiques par des services indépendants et compétents, cela éviterai sûrement des propos souvent simpliste sur un sujet complexe.

Bien à toi -> Vincent

Vincent | 02 mars 2008 à 19h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…