En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Eco-emballages voit son agrément menacé de suspension pour cause de gestion financière à risque

Suite à des placements non sécurisés d'une partie de sa trésorerie, Eco-emballages doit faire face à un risque de perte financière de 55 millions d'euros, ce qui conduit le ministère de l'écologie à renforcer l'encadrement des eco-organismes.

Déchets  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
Eco-emballages voit son agrément menacé de suspension pour cause de gestion financière à risque
© Domen Colja
   
Eco-Emballages, l'éco-organisme en charge du recyclage des emballages ménagers en France, a informé le ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire (MEEDDAT) d'un risque de pertes financières, lié à des placements non sécurisés d'une partie de sa trésorerie.
Au titre de la responsabilité élargie des producteurs, les fabricants d'emballages sont en effet invités à verser à Eco-Emballages une contribution financière s'ils souhaitent que ce dernier s'occupe du recyclage des déchets résultants de leurs produits. Calculée en fonction des tonnages mis sur le marché, cette contribution est par la suite reversée aux collectivités sous forme de dédommagement pour les frais de collecte qu'elles engagent. Pendant le laps de temps qui s'écoule entre la perception et le versement de la contribution, Eco-Emballages place cette trésorerie.
Or, l'eco-organisme explique avoir placé 20% de sa trésorerie globale, soit 55 millions d'euros dans deux fonds de placements non monétaires à risque basés à Zurich en Suisse. Dans le contexte de crise financière actuelle, l'eco-organisme doit donc faire face à un risque de perte financière.

 
l'emploi de ce type de fonds à risques est inacceptable au regard de la morale républicaine, s'agissant de fonds publics  
Jean-Louis Borloo
 
Pour le MEEDDAT, l'emploi de ce type de fonds à risques qu'il qualifie de paradis fiscaux est inacceptable au regard de la morale républicaine, s'agissant de fonds publics. Le ministre Jean-Louis Borloo a donc convoqué une réunion avec la cellule de crise constituée au sein d'Eco-Emballages par son conseil d'administration afin que l'ensemble des explications nécessaires puissent être délivrées. Le ministre a demandé que l'ensemble de la trésorerie soit replacé sur des fonds sécurisés aussi vite que possible et que le conseil d'administration tire rapidement en termes de gouvernance toutes les conséquences pour que ce risque ne se reproduise pas. Faute d'une action exemplaire, l'agrément dont bénéficie Eco-Emballages sera suspendu, prévient le ministère.
Le ministère se veut toutefois rassurant en précisant que ces pertes ne remettent pas en cause le fonctionnement de la filière.

Eco-Emballages tient également à rassurer les collectivités et les entreprises contributrices : la situation de trésorerie est saine et n'engendre aucune remise en cause du respect de ses engagements vis-à-vis des parties prenantes, et notamment des collectivités locales sur le court, moyen et long terme, précise l'eco-organisme. Eco-Emballages précise également que ces placements ne relèvent d'aucune forme d'illégalité ou de malversation. Nous avons toujours travaillé avec des institutions financières uniquement européenne, se défend l'eco-organisme.
Selon les premières explications de la société, le Conseil d'Administration d'Eco-Emballages a décidé en avril 2008 par précaution face à un contexte financier incertain, de procéder à un désengagement total des placements non monétaires. Les fonds d'investissement concernés étant dans l'impossibilité de répondre à cette demande, Eco-Emballages attend toujours le retour de son argent et étudie les modalités de recours contentieux afin de faire valoir ses droits auprès de l'organisme financier concerné.

Mise en évidence d'un manque de contrôle

Mais pour les associations environnementales, cette situation est inadmissible. Par conséquent, elles appellent à la mise en place d'urgence d'une instance de régulation des éco-organismes.
Rappelons que cette disposition était prévue dans l'article 41 du projet de loi Grenelle mais a été supprimée en première lecture à l'Assemblée nationale. Il est urgent de la rétablir, commente Gaël Virlouvet, responsable déchets à France Nature Environnement. Ce message s'adresse tout particulièrement aux Sénateurs qui doivent prochainement se pencher sur le texte.

Conscient de la suppression du dispositif, le gouvernement a précisé qu'une instance de régulation, d'avis et de médiation sur l'ensemble de ces dispositifs sera adossée au Conseil national des Déchets, dont les attributions seront prochainement revues à cet effet.
Plus globalement, Jean-Louis Borloo demande un renforcement du contrôle par l'Etat du fonctionnement de l'ensemble des éco-organismes. Le ministre entend proposer des avenants aux agréments existants pour encadrer la gestion de la trésorerie afin de permettre un contrôle économique et financier par l'Etat dans tous les organismes de ce type.

Réactions3 réactions à cet article

 
recyclage financier ? recyclage des financiers ?

Eco-emballages n'est pas un organisme performant dans son aide aux communes. Il envisage même de réduire l'aide à la collecte sélective. Alors il faut d'urgence réformer ses statuts : pas de placements financiers de l'argent public, mais des INVESTISSEMENTS en relation avec la MISSION. Bien sur la révocation sans indemnité et au pilori médiatique des boursicoteurs fera toujours plaisir, mais ne résoudra rien pour l'avenir. PR.

adieu Berthe | 12 décembre 2008 à 10h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Vert de rage !!!

Malgré sa faillite, mon ancienne entreprise qui opérait dans la conserve alimentaire a du faire face à ses obligations en matière d'eco-taxe.
J'espère que la même rigueur sera appliquée au dirigeants d'"Eco-emballages". Ils auraient au moins pu placer leur trésorerie dans des fonds de développement durable!!!!

achel | 12 décembre 2008 à 19h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Economie et environnement !!!!

C'est toujours l'économie qui prend le dessus sur l'environnement.
C'est lamentable!

valou | 15 décembre 2008 à 13h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager