Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

RTE détaille les coûts de ses scénarios électriques 2050

Le coût du système électrique devrait augmenter d'ici à 2050. Cette prévision s'explique par l'importance des investissements à réaliser pour renouveler le parc de production et par la part croissante de l'électricité dans le futur mix énergétique.

Energie  |    |  Philippe Collet

Actuellement, le coût complet du système électrique est de 45 milliards d'euros (Md€) par an. En 2050, il devrait être compris entre 60 et 80 Md€, selon les Article publié le 02 décembre 2021

Réactions6 réactions à cet article

 

Bonjour
Est-ce que "remplacer les infrastructures existantes" inclut la déconstruction des centrales nucléaires et la gestion des déchets ?

Viniasco | 03 décembre 2021 à 09h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je ne vois rien sur la prise en charge du démantèlement des installations et la gestion des déchets générés dans les différents scénarios. RTE les a-t-il pris en compte ?

Frank Sentier | 03 décembre 2021 à 09h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour et merci pour cet article très intéressant.
Question (après relecture très rapide de l'analyse du 25/10) : RTE intègre-t-il dans ses calculs le montant des dépenses liés au traitement des déchets nucléaires qui j'imagine sont très coûteux (et potentiellement générateurs de polémiques 'NIMBY' car après tout, les gens qui ne veulent pas d'éoliennes ne veulent peut-être pas non plus de sites d'enfouissement de déchets nucléaires...). Dans l'analyse, il est question de coût complets "des scénarios sur l’ensemble de la chaîne production-flexibilité-réseau'' (et du coup, ça ne semble pas inclure le sujet "déchets nucléaires").
Habitués depuis des décennies à une électricité relativement peu chère (mais n'incluant pas ces coûts de traitement des déchets sauf erreur de ma part), un des enjeux de la 'paix civile' va être de faire accepter que l'énergie sera plus chère dans le futur et plus encore qu'aujourd'hui, la meilleure énergie sera celle qu'on ne consomme pas.

Merci encore pour tous ces articles riches.

HMDD | 03 décembre 2021 à 14h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Re-bonjour,
Une autre question se rapportant au rapport RTE du 25 octobre auquel vous faites référence dans l'article d'aujourd'hui : Dans le TABLEAU récapitulatif des 6 scénarii de la trajectoire de référence à horizon 2050, si l'on regarde par exemple la 6eme scénario N03 qui indique 50% de nucléaire et 50% de renouvelables, comment arrive-t-on à cette répartition (50/50) alors que dans ce même tableau, les renouvelables représentent 135GW (70+43+22) et le nucléaire 51GW (24 + 27). Merci pour votre clarification et explications sur comment lire ce tableau des 6 scénarii.
Bonne continuation

HMDD | 03 décembre 2021 à 14h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Entre 100 et 200 milliards d'euros de différence sur 20 ans pour passer en force à 100% d'intermittentes, réseaux non compris... On a peut-être mieux à faire avec cet argent... Par exemple, le consacrer à réduire la fracture énergétique ou améliorer l'habitat... Les intermittentes à haute dose sont anti-sociales.

dmg | 03 décembre 2021 à 15h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,

RTE a bien pris en compte le sujet du démantèlement des réacteurs et des déchets nucléaires. Il s’appuie en partie sur les analyses passées de la Cour des comptes.
Dans les grandes lignes, le démantèlement d’un réacteur « classique » nécessite la constitution de provisions évaluées à 370 millions d’euros et celui d’un EPR à 290 millions d’euros.
Les déchets sont pris en compte dans une analyse de l’ensemble de l’aval du cycle (entreposage, traitement à La Hague et enfouissement à Bure). Il estime ce coût à 10 euros par MWh.

S'agissant du mix 50/50, l'écart entre les 135 GW de renouvelables et les 51 GW de nucléaire s'explique par des facteurs de charge différents. Le nucléaire peut produire à pleine puissance sur de longues périodes. Par contre le solaire ne produit pas la nuit et l'éolien ne produit pas sans vent. Pour obtenir une quantité identique d'électrons, il faut donc installer plus de puissance renouvelable que de nucléaire.

Cordialement,

Philippe Collet Philippe Collet
03 décembre 2021 à 15h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Systèmes de stockage d'énergie pour un rendement maximal Q ENERGY France
Afrique : une équipe complémentaire pour vos projets énergétiques LPA-CGR avocats