Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Mix électrique : RTE présente ses scénarios pour 2050

RTE va étudier deux familles de scénarios pour 2050 : une première aboutissant à un mix 100 % renouvelable et une seconde réduisant la part du nucléaire dans une fourchette allant de 27 % à 50 % de la production électrique.

Energie  |    |  Philippe Collet

Six scénarios énergétiques à l'horizon 2050 vont être étudiés par RTE. Un premier groupe rassemble des scénarios 100 % renouvelables. Une seconde famille prévoit que le nucléaire n'assure plus qu'entre 27 % et 50 % de la production électrique, portant ...

Réactions2 réactions à cet article

 

On sait, et c'est la physique du climat qui l'impose, le politique n'y peut rien, qu'une proportion importante d'intermittentes doit s'appuyer sur un moyen de secours, gaz -ou nucléaire- ou stockage (batteries, hydrogène...), de capacité équivalente : la puissance produite peut descendre à quelques pourcents de la puissance installée, c'est incontestable. Ce second système signifie qu'a minima le prix de l'électricité est doublé par rapport à un parc classique entièrement pilotable : les Français sont-ils prêts à ça ? Tout a déjà été dit sur le sujet, faire mine de l'ignorer est de la manipulation éhontée. Je ne vois pas comment RTE, à moins de pressions importantes, pourrait sortir un scenario honnête qui s'écarte de ce schéma : une proportion élevée d'intermittentes dans nos pays hyper denses hyper complexes hyper gourmands est une ineptie.

dmg | 10 juin 2021 à 10h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Avez-vous lu le rapport ? La synthèse précise :
HYP 1 : il existe un consensus scientifique ... bien mystérieux
HYP 2 : la sécurité d'alimentation électrique est possible avec des ... centrales de pointe, oui du gaz! C'est à dire que pendant 80%, l'électricité sera produite avec du gaz. Question CO2, c'est pas terrible.
HYP 3 : les réserves opérationnelles devront être révisées : en clair, on efface la sécurité d'approvisionnement
HYP 4 : des efforts substantiels devront être consentis : effectivement, on va au minimum doubler voire tripler le coût de l'électricité, tout cela pour importer des éoliennes et des panneaux solaires chinois.
On peut comprendre la velléité des vendeurs de gaz et de pétrole qui sont aussi les investisseurs de panneaux photovoltaïques, mais cette solution ne présente aucun intérêt écologique.

Petit rappel
Le nucléaire produit 380 TWh d'électricité par an.
Sans parler de 100% de nucléaire restons en à 50%. Donc produisons 190 TWh à partir de gaz et d'énergies intermittentes, donc 80% de gaz, et grand maximum si le vent est favorable 20% d'énergies intermittentes. Cela nous fait 152 TWh de gaz et 38 TWh d'ENR.
A raison de 0,418 kg/kWh de CO2 générés par le gaz, on arrive à un total de 63,5 millions de tonnes de CO2 par an, soit 34,1 milliards de m3 de CO2 par an, soit la superficie de Paris (105,4 km²) sur 323 m de haut. Et celà chaque année, et ça s'empile année après année.
En dehors de ce plaidoyer, y a-t-il eu une étude d'impact sérieuse ?

MR | 11 juin 2021 à 18h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

next3, onduleur-chargeur intelligent 16 kW pour l'autarcie énergétique Studer Innotec SA
Afrique : une équipe complémentaire pour vos projets énergétiques LPA-CGR avocats