Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La science participative comme outil de suivi des espèces invasives, une stratégie payante

Biodiversité  |    |  Fanny Bouchaud  |  Actu-Environnement.com
La science participative comme outil de suivi des espèces invasives, une stratégie payante

Pour la première fois, l'institut national de recherche agronomique (Inrae), associé au Muséum national d'histoire naturelle (MNHN), a pu suivre l'évolution d'une espèce envahissante en temps réel : la punaise diabolique. Et ce, grâce à une initiative de science participative. Les résultats, publiés dans Scientific Report ce 1er juin, montrent qu'en 2019, la punaise diabolique avait déjà conquis 50 % des départements métropolitains. En 2012 et 2016, dès les premières observations du ravageur, les institutions scientifiques avaient lancé deux programmes de science citoyenne : Agiir et INPN-Espèces. Pendant huit ans, plus de 4 000 participants ont donc identifié, photographié le ravageur puis posté leurs observations sur un site internet.

Halyomorpha halys, c'est son nom, est un exemple typique d'espèce envahissante : originaire d'Asie orientale, elle a voyagé jusqu'à nos latitudes en l'espace de quelques décennies et s'attaque à une large palette de cultures, des vergers aux vignobles en passant par les cultures de tomate. En tout, le ravageur est capable de se nourrir sur 120 plantes hôtes sauvages ou cultivées. Très difficile à repérer dans les cultures, elle a cependant la particularité de se réfugier dans les maisons à l'automne. La science participative était donc toute indiquée pour récolter des données. Une stratégie payante et qui a l'avantage de sensibiliser le public. Les deux organismes envisagent déjà de reproduire cette méthodologie pour la surveillance du hanneton japonais, du capricorne à col rouge et pour le fulgore tacheté, également envahissants.

Réactions1 réaction à cet article

 

Puis nos prédateurs d'insectes ne connaissent pas ces envahisseurs et les laissent tomber, dommage.
Ca devient un problême gràve toutes ces bestioles que des imbéciles rapportent de vacances.

pemmore | 03 juin 2021 à 11h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Fanny Bouchaud

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Sonde EXO : surveiller la qualité des eaux en milieux naturels et marins Xylem Analytics France