En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Sdage Seine-Normandie 2016-2021 : la Cour d'appel confirme le vice de procédure

Eau  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com
Sdage Seine-Normandie 2016-2021 : la Cour d'appel confirme le vice de procédure

Le schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (Sdage) du bassin Seine-Normandie pour la période 2016-2021 ne retrouvera pas sa force juridique par la voie des tribunaux. La Cour administrative d'appel de Paris a rendu sa décision cet été : elle confirme l'arbitrage du tribunal administratif qui avait annulé le document.

Plusieurs acteurs du monde agricole mais également des carrières l'avaient en effet saisi, mécontents de certaines dispositions actées dans le document mais également pour dénoncer un vice de procédure. En cause : le fait que le préfet rende à la fois un avis sur le document – en tant qu'autorité environnementale - et l'approuve en tant que préfet coordonnateur de bassin.

Une solliciation nécessaire de l'autorité environnementale nationale

Si cette pratique était alors courante au niveau national, le tribunal a rappelé qu'elle n'était pas conforme au droit européen : c'est l'autorité environnementale nationale qui aurait dû rendre son avis sur le document. En mars dernier, le ministère de la Transition écologique avait décidé de faire appel du jugement du Tribunal administratif de Paris.

Dans sa décision, la Cour d'appel maintient donc le premier jugement. Elle revient toutefois sur les dispositions attaquées par les acteurs agricoles et des carrières pour les valider. Elle estime ainsi que la manière dont l'état des lieux du bassin a été réalisé, dont les orientations du Sdage ont été fixées, l'incidence sur les sites Natura 2020 ou le déroulé de la consultation publique, ne sont pas à remettre en cause.

La Cour rappelle également la voie à suivre pour régulariser le Sdage 2016-2021 : rependre la procédure et saisir l'Autorité environnementale nationale. Cette option, au vu des délais nécessaires à la démarche et le calendrier prévu pour le prochain Sdage 2022-2027 – dont l'adoption pourrait se dérouler le 14 octobre – semble néanmoins peu probable.

Reste toutefois à voir ce que décideront le ministère de la Transition écologique, épaulé par le préfet et le comité de bassin.

Réactions2 réactions à cet article

 

Ca rapportera combien de voix en 2022 ?

Xavier Bertrand cajole aussi les chasseurs ... pour 2022

Sagecol | 31 août 2020 à 09h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et voilà comment le/la ministre de la Transition écologique s'assoit sur une directive européenne, qui a édicté un règle de bon sens en matière d'évaluation environnementale des plans et programmes : l'autorité donnant son avis sur un plan (ici en l'occurrence le SDAGE pour tout le bassin Seine-Normandie) ne peut pas l'approuver. L'autorité pouvant l'approuver existe pourtant au niveau national. L'Etat français, maintes fois rappelé à l'ordre et/ou condamné par l'Europe à ce sujet ne veut décidément pas se remettre en cause. Bravo Mme Borne (c'était la ministre de la transition écologique à l'époque) et à ses conseillers : tout le travail pour mettre au point un SDAGE opposable fichu à l'eau !

mangouste | 04 septembre 2020 à 18h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager